La réalité virtuelle est un moyen de créer un environnement généré par un ordinateur qui plonge l’utilisateur dans un monde virtuel. Lorsque nous enfilons un casque VR, il nous amène à une configuration simulée qui nous rend complètement à l’écart de l’environnement réel. Si jamais vous en aviez mis un, vous sauriez exactement de quoi je parle.

    Vous trouverez dans cette page les réponses à plusieurs autres questions concernant la réalité virtuelle et les casques VR.

    Un homme qui porte un casque Gear VR
    Photo d’un homme qui porte un casque Gear VR

    D’un point de vue expérientiel, nous comprenons le concept, mais qu’en est-il de l’arrière-plan technique qui rend tout cela possible ? Savez-vous vraiment comment fonctionne la réalité virtuelle ? Dans Virtual-Guru, nous comprendrons la technologie derrière la réalité virtuelle et la terminologie de base entourant le développement d’un écosystème simulé pour un écran monté sur la tête (HMD).

    Les bases du fonctionnement de la RV :

    Le sujet principal de la réalité virtuelle est la simulation de la vision. Chaque casque vise à perfectionner son approche pour créer un environnement 3D immersif. Chaque casque VR place un écran (ou deux – un pour chaque œil) devant les yeux, éliminant ainsi toute interaction avec le monde réel. Deux lentilles autofocus sont généralement placées entre l’écran et les yeux qui s’ajustent en fonction du mouvement et du positionnement de chaque œil. Les images à l’écran sont rendues soit à l’aide d’un téléphone portable, soit à l’aide d’un câble HDMI connecté à un PC.

    Pour créer une réalité virtuelle véritablement immersive, certaines conditions préalables doivent être remplies : une fréquence d’images d’au moins 60 images par seconde, un taux de rafraîchissement tout aussi compétent et un champ de vision d’au moins 100 degrés (FOV) (bien que 180 degrés soit idéal). La fréquence d’images est la fréquence à laquelle le GPU peut traiter les images par seconde, la fréquence de rafraîchissement de l’écran est le rythme d’affichage pour rendre les images, et FOV est la mesure dans laquelle l’écran peut supporter les mouvements des yeux et de la tête.

    Si l’un ou l’autre ne fonctionne pas selon les normes, l’utilisateur peut éprouver une latence, c’est-à-dire un décalage trop long entre ses actions et la réponse de l’écran. Nous avons besoin d’une réponse inférieure à 20 millisecondes pour tromper le cerveau, ce qui est obtenu en combinant tous les facteurs ci-dessus dans la bonne proportion. Une autre question qui doit être abordée ici est d’éviter le déchirement (mal de l’informatique) résultant de l’incohérence entre la fréquence d’images par seconde et la fréquence de rafraîchissement. Si les images par seconde du GPU sont supérieures à la fréquence de rafraîchissement de l’écran, l’image peut être déformée. Pour contrer ce problème, nous limitons la fréquence d’image au taux de rafraîchissement du moniteur en utilisant une technique appelée Vertical Sync (VSync).

    Parmi les principaux casques disponibles aujourd’hui, Vive et Rift ont tous les deux 110 degrés FOVs, Google Cardboard a 90, le GearVR a 96 et le nouveau Google Daydream offre jusqu’à 120 degrés. Comme pour la fréquence d’images, les deux HTC Vive et Oculus Rift viennent avec des écrans 90hz, tandis que le PlayStation VR offre un écran 60hz.

    Autres éléments de la technologie VR :

    En plus de l’image, il y a d’autres éléments qui entrent dans la création d’une expérience immersive de RV, rendant les utilisateurs complètement absorbés par l’environnement virtuel.

    L’impact du son :

    Les effets sonores, lorsqu’ils sont synchronisés avec les visuels, peuvent créer des effets très engageants. L’utilisation d’un casque VR et d’effets sonores 3D permet de rassurer l’utilisateur quant à sa confiance dans l’environnement virtuel. Lors de la création d’effets sonores, il faut faire attention à la cohérence entre le graphisme et le son. Si vous commencez à jouer de la musique d’horreur en arrière-plan d’un film de conte de fées, l’utilisateur sera simplement déconcerté.

    Suivi des yeux et de la tête :

    Le suivi de l’œil et de la tête peut être assuré à l’aide de pointeurs laser, de lumières LED ou de capteurs mobiles. Sur mobile, nous utilisons l’accéléromètre pour détecter les mouvements tridimensionnels, le gyroscope pour les mouvements angulaires et le magnétomètre pour identifier la position par rapport à la Terre. Si nous avons besoin d’atteindre une très grande précision, des caméras et des capteurs peuvent être installés dans la pièce où vous utilisez le casque. Bien que cette configuration soit beaucoup plus coûteuse par rapport à l’utilisation de capteurs téléphoniques de base.

    A quoi pouvez-vous vous attendre à l’avenir ?

    À l’avenir, nous verrons des progrès rapides dans la création d’une expérience numérique véritablement immersive. Avec des acteurs majeurs comme Google, Microsoft, Oculus et HTC qui font d’énormes efforts pour améliorer les capacités actuelles, nous ne sommes pas loin d’atteindre une réalité virtuelle qui serait tellement mieux que le monde réel.

    La technologie VR offre aux marques d’innombrables possibilités de créer un contenu marketing époustouflant. Cette approche leur permettra non seulement de conquérir des clients, mais aussi de s’imposer comme le chef de file de l’innovation.


    Les contenus sur les mêmes sujets :
    casque réalité virtuelle comment ça marche, comment fonctionne la réalité virtuelle, comment fonctionne un casque de réalité virtuelle

      Partagez ce moment !