Il est temps de se lancer dans The Walking Dead : Saints & Sinners. Découvrez notre test de 2021 The Walking Dead : Saints & Sinners !

The Walking Dead Saints & Sinners PSVR
Photo du jeu The Walking Dead Saints & Sinners

Les zombies. Ils sont partout, ils sont dans nos films, nos séries télévisées et nos bandes dessinées mais, ils sont également dans nos jeux. Ils dévorent nos jeux de tir, rongent les restes des RPG de survie et infectent même nos expériences VR. La simple vue de ces hordes de logiciels morts-vivants suffit à nous rendre malades. Il est certain que, parmi la mer de marques en décomposition et la puanteur de la créativité en décomposition, nous avons tous au moins une fois proclamé : « S’il vous plaît, plus de jeux de zombies. »

Comment, parmi cette puanteur putride, The Walking Dead : Saints & Sinners peut-il encore être une telle bouffée d’air frais ?

Parce que, même près de deux ans après son lancement, le jeu de survie VR de Skydance reste exactement cela. Votre combat de plus de 15 heures dans les rues de la Nouvelle-Orléans, désormais renforcé par deux généreuses mises à jour de contenu, est toujours aussi tendu et divertissant. C’est peut-être dû à ce système de mêlée mortellement efficace, un mélange de physique convaincante et de coups de couteau. Dans Saints & Sinners, chaque coup de tournevis ou de crosse de pistolet doit être fait avec intention. Il faut un sens de la force et de la direction qui, s’il est bien fait, sera accueilli par un impact authentique (et souvent grimaçant).

Cela va au-delà des couteaux et des battes de baseball à pointes ; plutôt que de tirer des coups de feu de loin, il est souvent préférable d’attraper la tête d’un walker, de se débattre avec lui pour trouver un endroit ouvert derrière son armure (s’il en porte une) et de tirer un coup de pistolet. Pour se soigner, il suffit d’enrouler un bandage autour de son bras ou de frapper des planches avec le bout de son fusil, tout comme pour escalader des ruines ou fouiller dans l’interface utilisateur.

La mise au point de tout cela a dû prendre plus de temps que je n’ose l’imaginer, mais le travail en valait la peine. Saints & Sinners ne vous laisse jamais croire que vous contrôlez deux mains magiques en apesanteur qui peuvent traverser des murs et des objets ou décapiter des morts-vivants d’un simple mouvement du poignet. Sa lourdeur confère au jeu une intensité dynamique ; pour gérer une horde de zombies, il ne suffit pas de maintenir la durabilité de l’arme et des munitions, mais aussi de faire des efforts physiques (bien que le jeu dispose d’un compteur d’endurance ennuyeux mais nécessaire) et d’avoir une conscience spatiale.

The Walking Dead : Saints & Sinners – Les faits

  • De quoi s’agit-il ? Un RPG de survie zombie qui met l’accent sur le combat physique en VR et les choix du joueur.
  • Plateformes : Quest, PC, PSVR.
  • Date de sortie :  Disponible immédiatement.
  • Prix : 39,99 €.

Je prendrais une grande inspiration avant de saisir la tête d’un zombie et de faire tomber une brique sur le dessus, ou de repousser un méchant sans cervelle pour me donner quelques secondes pour tirer quelques balles supplémentaires dans mon revolver avant de me pencher autour du troupeau pour attraper un ennemi humain qui utilise les morts-vivants à son avantage.

Mais la magie macabre de Saints & Sinner est plus profonde que cela. C’est aussi le résultat d’un système tentaculaire de loyautés et de réactions des PNJ qui rend chacun de ses niveaux véritablement imprévisible. Vous êtes pris au milieu d’une guerre de territoire pour la Nouvelle-Orléans infestée de zombies, avec deux camps tout aussi vicieux l’un que l’autre : la Tour, bien fournie et autoritaire, prêche l’ordre et le fait respecter avec une efficacité brutale, tandis que les Récupérés, fous et primordiaux, sèment la terreur avec leur apparence animale.

La façon dont vous jouez influe sur votre relation avec chacun d’entre eux, à la fois dans ces moments de choix moralement douteux et dans les personnes que vous décidez de tuer. Il est tout à fait possible de lier l’amitié avec l’un des deux camps et d’avoir un accès facile à leurs campements, mais il est plus que probable que vous vous trouverez dans une zone grise entre les deux, oscillant entre le bienvenu et le redouté à chaque nouveau développement.

Bien que la portée de chaque niveau – et par conséquent du jeu dans son ensemble – soit un peu limitée, cela ouvre Saints & Sinners à une rare agence du joueur. À un moment donné, un chef de gang présente une tentation. Je peux doubler un autre camp et récolter les récompenses ou retourner chez eux et mettre à exécution ses plans. Mais ce qu’il n’a pas prévu, c’est que je stocke suffisamment de munitions pour combattre ses voyous à l’extérieur, alors je sors un revolver et je l’élimine. Ce degré de contrôle n’est pas quelque chose que les jeux ont le courage de faire très souvent, mais c’est un ingrédient vraiment puissant ici.

blank

Jouabilité

C’est entre ces deux systèmes contradictoires que se trouve la véritable accroche de Saints & Sinners. C’est la crédibilité de son monde, de ses actions et des vôtres qui vous fait vraiment adhérer à cette forme d’apocalypse. Un troupeau de marcheurs vous poursuit ? Passez devant la forteresse de la Tour et demandez aux gardes de les allumer pour vous. Vous avez besoin de quelque chose dans un camp hostile ? Faufilez-vous à l’intérieur et abattez un ennemi sans méfiance, puis attendez qu’il se zombifie et utilisez la distraction pour passer inaperçu.

Le degré de contrôle, mélangé à l’interaction tactile, vous aide vraiment à vous enraciner dans son monde d’une manière que peu d’autres jeux VR ont reproduit. Il est difficile d’exagérer à quel point il est amusant et révélateur de se plonger dans l’un des niveaux du jeu et de jouer avec ces mécanismes. Ce qui est peut-être le plus révélateur, c’est qu’il s’agit d’une expérience que vous ne pourriez vraiment pas vivre sur un autre support que la RV.

Les éléments RPG du jeu sont également à la hauteur. L’artisanat est bien rationalisé, avec des bibelots que vous ramassez dans le monde automatiquement triés en ressources en les déposant dans une boîte dans la zone centrale. Vous pourrez les utiliser pour fabriquer de nouvelles armes plus fiables et améliorer vos propres attributs. Quelle que soit la façon dont vous le regardez, Saints & Sinners est à la hauteur de la profondeur que vous attendez des jeux de survie sur écran plat, mais va encore plus loin avec la VR pour offrir une expérience tangible dont vous pouvez vraiment croire que vous faites partie.

L’IA humaine

Il y a cependant des éléments qui freinent tout cela. L’IA humaine, par exemple, n’est pas très bonne. Elle est erratique, non pas parce que vous ne savez pas si elle vous aime ou non, mais simplement parce que vous ne savez pas si elle suit le monde qui vous entoure, si elle ignore votre présence dans le feu de l’action ou si elle ne vous poursuit pas lorsque vous disparaissez en une fraction de seconde. Ils sont tellement décérébrés qu’ils pourraient aussi bien être des zombies eux-mêmes et, bien que leur manque d’intelligence soit souvent assez drôle à voir dans le genre Skyrim/Oblivion, il est décevant qu’ils ne puissent pas maintenir la cohérence des règles du jeu.

Et c’est aussi un peu dommage pour le côté plus émotionnel du jeu. Saints & Sinners est rempli de moments troublants où les chemins bifurquent, dont certains font mouche grâce aux choix extrêmes qui s’offrent à vous. Mais il est plus difficile de s’attacher à un groupe de personnages avec lesquels vous n’avez que des interactions éphémères et, bien que l’excellent style de bande dessinée (fidèle à la série) permette une certaine expression, il donne aussi au groupe une impression d’identité. Il y a très peu d’acteurs majeurs dans ce monde, et c’est dommage qu’il n’y ait pas un casting plus large et plus diversifié pour interagir avec et marteler cette histoire largement oubliable.

Durée

Il est également vrai que, même avec sa durée respectable de plus de 15 heures, la campagne principale du jeu vous laisse sur votre faim. Comme il s’agit d’un RPG de survie, vous ne serez correctement équipé que vers la fin, et lorsque le générique de fin défilera, vous aurez envie de passer plus de temps avec les meilleures armes et le meilleur équipement du jeu pour faire face à ses plus grandes menaces.

Heureusement, grâce aux deux principales mises à jour gratuites, c’est désormais possible.

Meatgrinder et Aftershocks s’appuient sur les ressources existantes de Saints & Sinner pour étoffer l’expérience de manière significative. Le premier inclut non seulement le mode de survie basé sur les vagues, mais aussi la possibilité d’accumuler des points en tuant des zombies de manière plus élégante et plus variée, ce qui vous permet de profiter pleinement de l’éventail d’armes du jeu. Aftershocks, quant à lui, donne enfin à Saints & Sinners le contenu de fin de partie dont il avait besoin, avec plus de 4 heures de missions qui vous font retourner sur des cartes réorganisées pour chercher des butins précieux qui, à leur tour, vous aident à renforcer votre arsenal.

Ensemble, ces mises à jour font de Saints & Sinners un jeu plus complet. Aftershocks permet d’étendre le côté RPG de l’expérience pour en faire quelque chose de plus gratifiant, tandis que Meatgrinder vous offre un moyen rapide et facile de vous lancer dans le combat.

The Walking Dead : Saints & Sinners – Impressions finales

Avec les mises à jour gratuites Meatgrinder et Aftershocks, The Walking Dead : Saints & Sinners va de mieux en mieux. Il s’agit d’un mélange explosif de physique et d’interaction à la pointe de l’industrie, qui offre des combats de mêlée viscéraux et tactiles dont on ne se lasse jamais, et d’un ensemble de systèmes dynamiques qui remplissent chacun des bacs à sable qu’il contient d’un flot constant de surprises imprévisibles et d’un accent rafraîchissant sur l’agencement du joueur. C’est l’apocalypse zombie à portée de main, une ruine virtuelle vivante, qui respire, et dont les hauts sont pilotés par les joueurs et dépassent facilement les bas expérimentaux. Dans une mer de clones de morts-vivants, The Walking Dead : Saints & Sinners est un cran au-dessus.


Les contenus sur les mêmes sujets :
jeu de tir VR, jeu VR

Partagez ce moment !

Publié par Al

Abdelghafour Lammamri, 27 ans, Rédacteur Web, passionné par le monde des technologies (les smartphones et la réalité virtuelle/augmentée).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.