Jurassic World Aftermath : Part 2 est maintenant disponible, terminant l’histoire sous la forme d’un achat DLC qui poursuit la partie 1. Mais y a-t-il assez d’action de dinosaures ici pour justifier de s’y replonger, presque un an après ? Voici notre test complet.

Jurassic World Aftermath : Part 2
Jurassic World Aftermath : Part 2

Jurassic World Aftermath est sorti l’année dernière en tant que titre furtif exclusif à Quest, basé sur la série de films emblématiques qui a débuté avec Jurassic Park en 1993. L’histoire d’Aftermath est une continuation des nouveaux films Jurassic World, mais la version de l’année dernière ne racontait pas toute l’histoire. La partie 1 est sortie l’année dernière et la partie 2 est maintenant disponible en tant que DLC, poursuivant et terminant l’histoire.

Dans le test de la première partie, j’ai trouvé que le jeu était plutôt agréable, mais qu’il présentait tout de même quelques défauts assez notables. Les graphismes étaient fantastiques, tout comme les animations des dinosaures et la bande-son luxuriante. Les séquences furtives étaient répétitives, il n’y avait que deux types de dinosaures et, pire encore, l’histoire était inintéressante et incomplète.

blank

La fin de l’histoire

Étant donné qu’Aftermath est une continuation de l’original et non une véritable suite, il n’est pas surprenant que tout ce qui précède soit aussi vrai pour la partie 2 que pour la partie 1. Ceci étant dit, il introduit quelques nouveaux éléments et la seconde moitié de cette partie présente une plus grande variété de gameplay et de dinosaures, ce qui est formidable. Cependant, le problème majeur est que la division en deux parties a donné aux deux parties une impression de rythme étrange, de gonflement et de répétitivité. La fin de la partie 1 est abrupte, tout comme le début de la partie 2. Un bref rappel de l’histoire (franchement inintéressante) se déroule, avant que vous ne soyez de retour dans la salle des opérations, exactement là où vous vous étiez arrêté.

Un an s’est écoulé depuis la première partie, alors en me lançant dans la deuxième partie, j’ai eu du mal à me rappeler ce que je faisais et dans quel but. Pire encore, vous vous rendrez vite compte que cela n’a pas d’importance : l’histoire d’Aftermath n’est pas très convaincante et est racontée par Mia, une voix sur votre intercom, qui donne une abondance d’informations contextuelles inutiles.

De la répétition !

L’histoire n’existe vraiment que pour vous fournir des excuses pour vous déplacer d’un point A à un point B, ou vous faire miroiter un objectif avant qu’une porte bloquée ou un autre inconvénient ne vous oblige à changer d’itinéraire. C’est laborieusement répétitif, et cela n’aide pas qu’il y ait des sections où vous devez juste rester debout et écouter des enregistrements vocaux avec une performance téléphonée de Jeff Goldblum. Étant donné que Goldblum est habituellement plein de charisme, il est révélateur que ses sections tombent à plat ici, tout comme la première partie.

blank

La furtivité du vélociraptor… encore une fois !

De la même manière que l’histoire reprend brusquement là où elle s’est arrêtée, il en va de même pour le gameplay. La majeure partie de la deuxième partie est constituée des mêmes sections de furtivité en vélociraptor, mais cette fois avec de nouveaux éléments. Ce n’est qu’à partir de la seconde moitié de cette partie que nous faisons des rencontres plus intéressantes avec différents types de dinosaures.

C’est un choix de rythme étrange que de commencer par une grande partie du jeu qui est si similaire à la partie 1, mais il y a une complexité et un défi supplémentaires. Vous devrez peut-être connecter des câbles électriques sans vous faire repérer dans une section, ou éviter les vélociraptors dans l’obscurité totale dans une autre. Ou encore, dans certaines sections, vous devrez éviter de dévoiler votre position en vous assurant de ne pas marcher sur du verre brisé ou de vous approcher trop près des minuscules dinos compsognathus, qui gazouillent et font venir les grands garçons droit sur vous. Ces nouveautés apportent un peu plus de profondeur, mais cela n’empêche pas d’avoir l’impression de fouler un terrain très similaire à celui de la première partie.

La vraie variété vient lorsque l’histoire commence à atteindre sa conclusion dans les deux dernières heures d’Aftermath. Le temps passe et on a l’impression, heureusement, qu’il y a un peu plus de pression et des enjeux plus élevés que tout ce qui a été fait jusqu’à présent. Ces dernières heures sont les meilleures de la première et de la deuxième partie, et offrent des moments vraiment géniaux avec quelques nouveaux dinosaures emblématiques qui semblent plus cinématiques et plus intéressants que les salles furtives à vélociraptor répétitives.

blank
Jurassic World Aftermath : Part 2

Jurassic World Aftermath : Part 2 : Rencontres rapprochées du genre T-Rex

Le meilleur segment est, bien sûr, la rencontre avec l’emblématique tyrannosaure rex de la franchise. Le t-rex est apparu pour la première fois juste après le crash de votre avion dans la première partie, mais ici, il a droit à son propre segment de jeu dédié et il est tout aussi terrifiant qu’exaltant. La séquence implique une astuce de furtivité qui vous obligera à vous déplacer lentement à travers les zones pendant que le t-rex les scrute d’en haut. Si son regard se pose sur une zone où vous vous trouvez, vous devez rester complètement figé, le moindre mouvement et vous devenez un mets savoureux. Le tout culmine dans un segment fantastiquement bref mais tendu, qui joue bien sur les forces de VR et constitue l’un des moments les plus mémorables du jeu.

L’ensemble de ce segment constitue une pause agréable dans le gameplay et un mécanisme véritablement nouveau que j’aurais aimé voir plus souvent dans Aftermath. Bien qu’il y ait de nouvelles énigmes et d’autres rencontres de dinosaures dans la deuxième partie, rien ne semble avoir autant d’impact que le t-rex. C’est dommage qu’il se termine assez rapidement et qu’il ne représente qu’un petit segment de l’offre de la partie 2.

Aller et retour

L’autre grande frustration de la partie 2, c’est que l’on se retrouve à marcher d’un point A à un point B, puis à revenir sur ses pas dans la zone que l’on vient de nettoyer, pour revenir à la zone centrale. Cela augmente vraiment le sentiment de répétitivité et constitue une activité très passive pour un jeu VR. Il n’y avait rien de pire que de terminer une partie du jeu et d’entendre Mia dire « Ok, retour à la salle d’opérations » et de réaliser que je devais retraverser les mêmes zones, maintenant vides, avant de pouvoir commencer la section suivante.

Il y a même eu des moments où j’ai traversé des zones plus vite que le jeu ne le voulait, et j’ai été obligée d’attendre devant une porte verrouillée que Mia ait terminé ses lignes de dialogue pour la zone.  

blank
Jurassic World Aftermath : Part 2

Jurassic World Aftermath : Part 2 : Une histoire en deux parties

Il est difficile d’analyser la deuxième partie d’Aftermath en tant que telle. J’ai peut-être l’impression de m’être concentré sur les points négatifs, mais c’est parce qu’une grande partie de ce qui fonctionne dans la deuxième partie d’Aftermath était déjà présente dans la première partie. Le jeu a toujours un aspect fantastique, les performances de Quest 2 sont impeccables, la musique est succulente et, dans l’ensemble, le jeu vous offre réellement des séquences furtives amusantes impliquant des dinosaures. Il est également utile de répéter que les dinosaures eux-mêmes sont absolument superbes et que leurs animations sont vivantes et soignées. Tous les aspects positifs de la première partie ont été transférés ici.

Mais cela signifie aussi que les mauvais éléments sont également transférés. Les deux dernières heures sont les meilleures de toute l’expérience, partie 1 incluse, mais tout ce qui précède ressemble à une redite. Les nouveaux rebondissements ne suffisent pas à empêcher les niveaux de furtivité d’être plus répétitifs que jamais. Au moment où tout se met en place pour une dernière séquence de vélociraptor à la fin, j’étais tellement épuisé que j’avais juste envie de me précipiter.

On a vraiment l’impression que la division en deux parties a fait plus de mal que de bien – pour quelqu’un qui jouerait aux parties 1 et 2 dos à dos, comme le jeu était censé sortir, je soupçonne qu’il se sentirait épuisé, en particulier au milieu. Je pense qu’il serait difficile d’argumenter que ça vaut la peine de passer à travers tout ça, en plus de l’histoire médiocre, juste pour arriver aux parties vraiment bonnes, t-rex inclus, dans les dernières heures.

Un autre coté

D’un autre côté, si vous avez déjà joué à la partie 1 l’année dernière, même si vous l’avez vraiment appréciée, vous allez devoir vous préparer à passer une ou deux heures de plus de gameplay très similaire avant d’arriver aux nouvelles parties. C’est comme un scénario perdant-perdant.

Jurassic World Aftermath : Part 2 – Verdict final

Quelque part dans Jurassic World Aftermath, il y a une expérience plus succincte, plus distillée, qui aurait pu vraiment tirer le meilleur des deux parties sans autant de répétitions, de boursouflures et d’histoire inutilement envahissante. Mettez-moi sur l’île, donnez-moi quelques sections de vélociraptors vraiment effrayantes, quelques observations de ptérodactyles palpitantes, quelques autres puzzles cool liés aux dinosaures et un grand final avec le t-rex, le tout en quelques heures seulement. C’est dommage que cela n’ait pas été le cas, car je pense que quelque chose de plus ciblé (et terminé dès la première sortie) aurait pu être une nouvelle expérience intéressante pour ceux qui commencent à découvrir la bibliothèque Quest.

Malheureusement, le verdict final est assez simple : c’est à peu près ce que l’on peut attendre d’un DLC qui termine essentiellement un jeu dont la première moitié est sortie avant que la seconde ne soit prête. Les deux parties partagent les bons et les mauvais côtés de l’autre : les dinosaures sont formidables, mais ils sont intégrés à un gameplay répétitif et gonflé, avec une histoire au rythme étrange et largement inintéressante. 


Les contenus sur les mêmes sujets :
jeu VR, quest 2 jeu

Partagez ce moment !

Publié par Al

Abdelghafour Lammamri, 27 ans, Rédacteur Web, passionné par le monde des technologies (les smartphones et la réalité virtuelle/augmentée).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.