Star Trek : Bridge Crew est un jeu VR disponible sur PS4 et PC (avec support PSVR, Oculus Rift et HTC Vive.)

Jeu VR Star Trek : Bridge Crew
Photo du jeu VR Star Trek : Bridge Crew

Star Trek Bridge Crew est le jeu que tous les fans de science-fiction, moi y compris, attendent depuis la première fois que nous avons vu le Capitaine Kirk aller là où aucun homme n’est jamais allé auparavant. Et non, je ne veux pas dire romancing blue aliens, comme dans Mass Effect Andromeda.

Le jeu vous met, vous et jusqu’à trois copains, aux commandes du nouveau vaisseau USS Aegis de Star Fleet et vous charge de mener à diverses missions, allant des opérations de recherche et de sauvetage aux combats de feu avec Klingon Warbirds.

Le gameplay est divisé en sections classiques de l’équipe à la passerelle : Capitaine, timonier, Tactique et Génie. Chaque section est responsable d’une partie différente des systèmes du navire. Sauter d’un rôle à l’autre pendant le tutoriel d’ouverture du jeu semble assez simple.

Le rôle du capitaine est un rôle de coordination, vous donnant une vue d’ensemble de tous les systèmes du navire. C’est seulement dans ce rôle que l’on peut tout voir, de la quantité d’énergie que le Génie énergétique met dans les armes et les boucliers, par exemple, aux objets à proximité du navire et aux objectifs de mission actuels de l’équipe.

Le timonier est un pilote chargé d’amener l’Aegis là où il doit se trouver. Il contrôle la navigation du navire, la direction et active les sauts à la vitesse de distorsion. L’ingénierie s’occupe de la distribution de l’énergie du navire, décidant combien de jus se trouve dans les boucliers, les moteurs et les phaseurs de l’Aegis. Enfin, le siège tactique gère les armes et les scanners de l’Aegis.

Quelle que soit la station que vous jouez, le jeu est superbe et possède l’un des systèmes de contrôle VR les plus immersifs que j’aie jamais vu. Le pont virtuel dans lequel vous jouez laissera n’importe quel fan de Trek avec ‘Quch’ (joie). Ubisoft a réussi à reproduire fidèlement l’aspect, la sensation, les sons et l’atmosphère du classique Star Trek. Bien qu’il s’agisse techniquement d’un nouveau navire, le pont de l’Aegis emprunte des éléments aux vaisseaux Enterprise et Voyageur, créant une configuration nostalgique qui donne l’impression que vous êtes assis dans un vaisseau de la Fédération.

Le souci du détail et de l’exactitude se reflète dans les systèmes de contrôle interactifs de chaque station. Le jeu peut être joué en utilisant une manette de base (PS4 ou Xbox One) ou l’Oculus Touch, HTC Vive Wands ou PlayStation Move. En jouant avec les commandes de mouvement, c’est une véritable explosion, car il vous charge de contrôler le vaisseau en le retournant manuellement et en appuyant sur les commandes virtuelles du vaisseau. Vous voulez engager le moteur de distorsion ? Vous devez appuyer sur la grosse manette rouge de l’accélérateur à la station Helmsman.

Cela semble insignifiant, mais cela rend le jeu beaucoup plus immersif et renforce le fait qu’il s’agit d’un jeu Star Trek construit par et pour Trekkies. Chaque station a exactement la même apparence et la même maniabilité que sur le salon : la direction se fait via un écran tactile virtuel, tandis que l’alimentation électrique est acheminée vers les différentes sections en tirant l’énergie sur les colonnes verticales de l’ingénierie, comme c’était le cas sur Next Generation.

Les choses ne se sont améliorées qu’en sautant dans le multijoueur, Ubisoft ayant une fois de plus conçu les différents rôles pour interagir comme ils l’ont fait à l’écran. Par conséquent, chacun des rôles se chevauchent fortement et l’exécution de tâches même élémentaires, comme le gauchissement vers une autre région de la galaxie dans laquelle vous vous trouvez, exige une coopération entre tous les membres de l’équipe.

La complexité mène à des situations assez divertissantes quand on joue avec des amis, et crée une dynamique d’équipe très agréable.

Au cours de notre première mission, nous avons été envoyés pour enquêter sur une balise de détresse destinée à un navire abandonné de la Fédération. Tout juste sorti de l’académie, notre intrépide leader nous a indiqué l’endroit où nous devions nous rendre sur la carte stellaire du navire, avant de reproduire les mouvements iconiques d’avant-guerre de Picard, levant la main de son avatar virtuel avec son index tendu et prononçant le mot « engage ».

En tant que timonier du navire, j’ai essayé de suivre ses ordres et j’ai appuyé sur le levier pour activer notre distorsion, seulement pour entendre un petit murmure des moteurs et pour que nous restions immobiles. Le mécanicien avait oublié de dévier l’énergie vers le moteur de distorsion. Après un échange de coups de poing entre moi et l’étincelant glorifié, nous avons réessayé les bobines de distorsion chargées, et nous avons finalement atteint notre destination.

Une fois sur place, notre incompétence s’est poursuivie, lorsqu’un oiseau rebelle Warbird est descendu sur nous alors que nous tâchions d’évacuer l’équipage de la Flotte étoilée en détresse. Toujours vert, notre capitaine a donné des ordres contradictoires entre les stations, ordonnant à la Tactique de continuer à téléporter des personnes à bord tout en exigeant simultanément que le Génie relève les boucliers au maximum, vous ne pouvez pas téléporter des personnes à bord avec les boucliers relevés.

Alors que notre ingénieur criait une version non-PG-13 de « I cannae do it, Cap’n, I don’t have the power », la salve d’ouverture du Warbird a frappé, endommagé notre coque et créé une série d’explosions sur le pont.

Réalisant que notre capitaine était Zapp Brannigan et non pas Jean-Luc Picard, j’ai décidé de prendre des manœuvres d’évitement et de faire une abeille pour une ceinture d’astéroïdes voisine sans consulter mon capitaine ou mes collègues officiers, déclenchant une série de catastrophes. Avec toute la puissance des moteurs, ma tactique ne nous a pas seulement mis hors de portée pour riposter, elle nous a aussi menés directement dans un champ de mines sans boucliers, un geste que je ne recommande vraiment pas.

De là, nous avons rapidement rejoint les maillots rouges et sommes retournés à l’entremetteuse, riant de notre propre incompétence et nous avons rapidement monté une mutinerie contre notre capitaine, qui, comme il s’avère, avait bu au volant.

Ce sont ces petites interactions humaines et ces moments d’humour qui font de Star Trek Bridge Crew un jeu si divertissant lorsqu’il est joué avec le bon groupe de personnes.

C’est une bonne chose, car en mode solo le jeu est limité. Il vous voit jouer le rôle de capitaine par défaut, et bien que ce soit amusant pour la première ou les deux premières missions, la nature répétitive du jeu devient rapidement évidente lorsque vous jouez seul. La plupart des missions sont un simple cas d’aller à divers marqueurs sur la carte des étoiles, puis de scanner, de tirer ou de sauver tout ce qui s’y trouve. En multijoueur avec des amis, le jeu parvient à rester amusant malgré cela, grâce à la menace constante d’erreur humaine et à l’interaction entre les joueurs.

Avec une équipe d’IA qui fait exactement ce que vous lui dites, le gameplay devient rapidement stagnant.

Le recours à des coéquipiers motivés est aussi une épée à double tranchant qui peut mener à des situations désagréables dans le cadre d’un match public. Plus d’une fois, en jouant avec des inconnus, les gens ont commencé à prendre les choses beaucoup trop au sérieux, et les incidents qui auraient pu mener à des rires avec des amis se sont transformés en échanges verbaux qui ont donné l’impression d’un discours poli sur DOTA II et sur YouTube.

Heureusement, ce n’est plus un problème, car Ubisoft a pris l’excellente décision de rendre Star Trek Bridge Crew multiplateforme, vous permettant de joindre vos forces avec n’importe quel partenaire sur votre compte UPlay, qu’il joue sur Oculus Rift, HTC Vive ou PSVR.

Mon seul autre problème est le manque de variété quand il s’agit de missions et de modes de jeu. En l’état actuel des choses, il n’y a que des missions de base et un mode Expert personnalisé, qui vous fait partir dans l’espace pour explorer sans but. Bien que cela semble amusant, cela commence rapidement à devenir aussi ennuyeux et répétitif que les premières versions d’Elite Dangerous.

Personnellement, j’aimerais qu’un mode JcJ soit ajouté pour permettre à mon équipage d’affronter un Warbird sous contrôle humain. 

Verdict

Doté d’un gameplay coopératif d’une profondeur trompeuse, Bridge Crew est le meilleur jeu multijoueur en réalité virtuelle actuellement sur le marché et il donnera aux Trekkies de nombreuses heures de plaisir.

Cependant, le manque de variété dans les missions, et l’assaut général de certains joueurs dans le matchmaking public, signifie que c’est un plat qu’il vaut mieux déguster avec une équipe d’amis.


Les contenus sur les mêmes sujets :
HTC Vive, jeu VR, Oculus, PSVR, Star Trek

Partagez ce moment !