J’apprécie mes nuits et mes week-ends libérés, la cadence spécifique des jeux d’action du monde ouvert me manque : cette combinaison caractéristique de combats sur le terrain et de récupération méthodique et à faible enjeu. Le nouveau jeu de réalité virtuelle Star Wars : Tales from the Galaxy’s Edge est étonnamment proche de proposer un compromis ou il le serait, s’il y en avait davantage.

Star Wars Tales from the Galaxy’s Edge
Star Wars : Tales from the Galaxy’s Edge capture d’écran

Galaxy’s Edge a été développé par le studio d’effets spéciaux ILMxLAB de Lucasfilm, créateur du titre de lancement d’Oculus Quest, Vader Immortal. Là où Vader Immortal était une montagne russe cinématographique interactive (et pas dans un mauvais sens), Galaxy’s Edge est plus ouvert. Il se déroule dans la nature sauvage de Batuu, le cadre de l’attraction Galaxy’s Edge de Lucasfilm à Disneyland et Disney World. Votre personnage, un mécanicien droïde, a attiré la colère du gang de la mort locale, le Guavian Death Gang. Entre les discussions avec un barman de cantine calme nommé Seezelslak (dont la voix est entendue par Bobby Moynihan, ancien élève de Saturday Night Live) et un dealer de droïdes légèrement nerveux nommé Mubo (dont la voix est entendue par Matthew Wood), ils doivent explorer Batuu et vaincre le gang de la mort en utilisant leurs blasters et quelques droïdes volants distants très utiles.

Casque Dimension Poids Écran Résolution Vision Suivi FPS
Casque VR Oculus QuestOculus Quest‎193 x 105 x 222 mm571 gOled1440 x 830 par œil 110 °6 DOF72 Hz
Casque VR Quest 2Oculus Quest 2 (250 Go)191.5 mm x 102 mm x 142.5 mm 503 gLCD1832×1920 par œil120 °6 DOF90 Hz
Casque VR Quest 2Oculus Quest 2 (64 Go)191.5 mm x 102 mm x 142.5 mm 503 gLCD1832×1920 par œil120 °6 DOF90 Hz

GALAXY’S EDGE : JOUABILITÉ

ILMxLAB a développé Galaxy’s Edge pour le casque Oculus Quest 2 de Facebook. Comme beaucoup d’exclusivités d’Oculus, le jeu vise une fidélité graphique et des options qui rappellent les grands titres pour PC et consoles, mais conçues pour une console mobile moins puissante par une équipe relativement petite dans un délai ridiculement court.

Par conséquent, Galaxy’s Edge se joue comme la démo d’un jeu environ cinq fois plus grand. Il se déplace rapidement, mais seulement entre une demi-douzaine d’endroits, dont la cantine et l’atelier de Mubo. Il a un système d’artisanat mais un seul objet à fabriquer. Si vous créez cet objet, vous pouvez accéder à une mini-histoire distincte dans le jeu, qui est présentée comme un conte épique de Seezelslak. Mais c’est à peine la durée d’une mission secondaire. J’ai joué à presque tout Galaxy’s Edge en quatre heures, soit moins de la moitié de la durée de Spider-Man : Miles Morales, une autre version récente des jeux en libre accès.

ILMxLAB a annoncé un second épisode de Galaxy’s Edge pour l’année prochaine. Et pour être franc, si vous cherchez vraiment à vous enfoncer dans un monde virtuel, vous devriez attendre que celui-ci se développe. Pour l’instant, il s’agit d’une expérience intéressante : un studio comprime un genre particulier de jeu géant dans un ensemble extrêmement compact.

ON A L’IMPRESSION D’ÊTRE UNE DÉMO POUR UN JEU CINQ FOIS PLUS GRAND

Galaxy’s Edge conserve essentiellement l’esthétique d’un jeu à budget élevé du monde ouvert, mais dispense de toute forme de progression statistique ou mécanique. Il ne comporte pas de système d’amélioration des armes ou des personnages et ne dispose que d’un seul pouvoir déverrouillable : un jetpack vous permet d’atteindre des endroits élevés, et à mi-parcours du jeu, il vous permet de planer légèrement plus haut. Les blasters ne peuvent pas être rechargés, donc vous passez la totalité du jeu à tuer les soldats du Gang de la mort et à voler leurs armes, qui existent en quelques variantes. Vous disposez d’un multi-outil pour vous aider à résoudre des énigmes mécaniques et à réparer vos droïdes de combat, mais les énigmes ne deviennent que légèrement plus complexes au cours du jeu.

Le système de combat semble un peu maladroit et peu testé. Entre autres choses, les droïdes sont détruits si soudainement que les réparations sont pour la plupart inutiles, et l’interface qui consiste à retirer les armes et l’équipement du corps m’a empêché de saisir accidentellement le mauvais appareil. (Certains placements sont particulièrement gênants si vous tirez de la main gauche.) Des jeux comme Half-Life : Alyx ont placé la barre très haut pour le tir VR bien conçu, et Galaxy’s Edge ne la franchit pas.

Mais Galaxy’s Edge met l’accent sur le rythme du tir et de l’exploration. Ses récompenses narratives même les plus petites comme la découverte d’objets de collection – se sentent plus riches parce qu’elles ne concurrencent pas la mécanique. Sans aucune mise à jour pour vous aider, vous aurez un réel sentiment d’accomplissement lorsque vos compétences au combat s’amélioreront. Pendant ce temps, les armes jetables vous permettent d’être constamment à la recherche de nouveaux équipements.

Malgré sa courte durée…

Galaxy’s Edge est l’un des rares jeux d’action modernes où votre personnage ne devient pas vraiment plus puissant, à côté de titres indépendants comme le jeu de balles Furi. Dans une expérience par ailleurs bourrée de fonctionnalités malgré sa courte durée, c’est une décision intéressante et élégante. Les jeux contemporains que Galaxy’s Edge évoque clairement sont structurés autour d’arbres technologiques et de mises à jour progressives. Mais grâce au simple plaisir du tir en RV, Galaxy’s Edge est sans doute meilleur sans eux.

PAS DE GRINCEMENT, JUSTE UNE CHASSE CONSTANTE À DE NOUVELLES ARMES

Combien de temps cette formule resterait-elle satisfaisante ? Presque certainement pas les 20 à 60 heures que je pourrais passer sur un jeu ouvert non-VR. ILMxLAB a conçu Galaxy’s Edge comme un jeu qui se joue pour son histoire, mais l’intrigue du jeu n’est pas aussi concentrée ou convaincante que celle de Vader Immortal. Et malgré les solides performances vocales de Moynihan et d’autres, il n’y a pas de personnage aussi marquant que ZO-E3, le droïde interprété par Maya Rudolph dans Vader Immortal. L’histoire fait appel à l’affection des joueurs pour l’univers de Star Wars, mais elle n’élargit pas cet univers de manière très mémorable.

Mais en fin de compte, cela n’a pas d’importance car je ne veux pas passer des dizaines d’heures avec Galaxy’s Edge. Je veux une petite partie d’un monde qui a un sentiment d’expansion… mais pas un monde aussi petit.

Star Wars : Tales from the Galaxy’s Edge est disponible depuis le 19 novembre pour Oculus Quest et Oculus Quest 2.


Les contenus sur les mêmes sujets :
jeu VR, Oculus Quest 2, quest 2 jeu

Partagez ce moment !

Publié par Al

Abdelghafour Lammamri, 27 ans, Rédacteur Web, passionné par le monde des technologies (les smartphones et la réalité virtuelle/augmentée).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *