Il y a deux ans, la renaissance de la franchise DOOM a été accueillie avec enthousiasme par les consommateurs, alors que la Xbox One, la PlayStation 4 et le titre PC ont redéfini le jeu de tir à la première personne (FPS) pour une nouvelle génération de joueurs. Le port de la console Nintendo de cette année a également été bien accueilli, et nous en arrivons maintenant à DOOM VFR, la suite exclusive de la réalité virtuelle (VR).

Jeu Doom VFR
Photo du jeu VR Doom VFR

DOOM VFR est une version autonome pour PlayStation VR et HTC Vive qui ne nécessite pas le DOOM 2016. Alors que DOOM VFR a une histoire qui se rattache à cette inspiration et partage de nombreux atouts de jeu, c’est une entrée unique dans la franchise qui s’étend dans l’univers.

L’histoire elle-même est à peu près aussi importante que l’histoire de la famille de Marcus Fenix : loin d’être une pièce essentielle du puzzle, mais vous vous demandez pourquoi les développeurs ont décidé d’entrer dans les détails. Ici, pour la première fois dans un jeu vidéo DOOM, le personnage du joueur racontera l’action en plus des simples gémissements et blagues. Le joueur entre dans les chaussures d’un personnage qui est plus qu’une simple ardoise vierge, un peu en désaccord avec la tendance actuelle de la philosophie de conception VR, mais rien de pire pour autant.

Ce qui est vraiment important dans une expérience DOOM, c’est bien sûr l’action, et DOOM VFR ne déçoit pas. Une variété décente d’armes apportées de la version 2016 donnera au joueur l’occasion de choisir un dispositif favori de destruction de démons et bien qu’il n’y ait plus d’animation forcée sur le mécanisme de destruction de la gloire, la possibilité de téléporter en chaîne les ennemis dans une pluie de viscères sera rapidement établie comme tactique valable.

En dehors du matraquage, le DOOM VFR de DOOM prend souvent un rythme plus lent que n’importe quelle entrée précédente dans la franchise en demandant au joueur de rechaper un terrain familier de combat presque vide afin de trouver un moyen d’aller de l’avant. Mais bien que cela puisse sembler une erreur, cela permet en fait de réduire au minimum les temps de chargement et aide le joueur à apprendre les détails de la navigation avec ce qui pourrait facilement être considéré comme une sélection limitée d’options de mouvement par rapport à une expérience FPS plus traditionnelle. Sur PlayStation VR (PS4 VR), trois options d’entrée sont disponibles : PlayStation Move, PlayStation Aim et DualShock 4, chacune avec ses propres forces et faiblesses.

Les options de locomotion de base sont la téléportation ; maintenir un bouton ralentira le temps lorsqu’une icône rougeoyante apparaîtra indiquant votre point d’atterrissage. Avec le PlayStation Move, il n’y a pas d’options de locomotion en douceur, mais le pas rapide est une bonne alternative similaire à la rotation brusque (un tour de 180 degrés) pour éviter le mal de simulation. Le contrôleur DualShock 4 offre toutefois un schéma de commande FPS plus traditionnel, bien que la rotation sur la manette analogique droite soit encore par petits incréments. La locomotion douce est disponible en utilisant le but de PlayStation par l’intermédiaire d’une case à cocher sur l’écran de contrôleur en combinaison avec le système de rotation instantanée.

Le système de contrôle PlayStation Move peut être un peu frustrant au début, exigeant un peu de temps pour s’adapter malgré les possibilités de personnalisation offertes dans les options de disposition des boutons. Bien sûr, avec DOOM VFR essayant de rester aussi proche que possible de la formule DOOM, ce temps ne vous est pas offert facilement ; ce n’est que quelques minutes dans le jeu vidéo avant que vous ne soyez largement dépassé en nombre, et moins de 30 minutes avant de rencontrer votre première vraie fusillade.

Bien que DOOM VFR ne sera pas considéré comme une longue expérience par beaucoup, avant le lancement de The Elder Scrolls V : Skyrim VR, il serait l’une des meilleures expériences sur PlayStation VR. Le fait que le jeu vidéo soit proposé à un prix budgétaire (environ 19,99 €) est le reflet de la durée d’une seule campagne de playthrough, et Bethesda Softworks mérite certainement d’être félicité pour cela.

En fin de compte, DOOM VFR est un bel exemple de ce qui peut être réalisé avec le genre FPS en VR à partir d’aujourd’hui, s’alignant contre Robo Recall comme une expérience d’action lourde qui jette le livre de règles par la fenêtre.

CORRECTION : La locomotion douce est disponible en utilisant le but de PlayStation par l’intermédiaire d’une case à cocher sur l’écran de contrôleur. Cela n’a pas affecté la note attribuée à DOOM VFR.


Les contenus sur les mêmes sujets :
Doom VFR, HTC Vive, jeu VR, PS4 VR

Partagez ce moment !