Le fait que Medal of Honor : Above and Beyond fonctionne sur Quest 2, c’est un miracle, mais cela ne change rien aux problèmes fondamentaux qui se trouvent au cœur d’un jeu de tir par ailleurs décent. Poursuivez votre lecture pour notre test de Medal of Honor : Above and Beyond sur Oculus Quest !

Medal of Honor : Above And Beyond
Medal of Honor : Above And Beyond

Lors de notre premier test de Medal of Honor : Above and Beyond sur les casques VR pour PC, nous avons dit ceci :

« Si vous êtes impatient de plonger dans une version VR de la Seconde Guerre mondiale avec des moments passionnants, des séquences historiques authentiques et un mode multijoueur en ligne amusant et addictif, alors vous devriez en ressortir satisfait. Mais si vous recherchez une narration immersive enveloppée dans une évolution de pointe de la conception de jeu VR avec un rythme expert – ne retenez pas votre souffle. »

Il y a eu beaucoup de battage autour de ce qui allait être l’une des dernières superproductions VR pour PC d’Oculus Studios, surtout dans le sillage d’autres succès comme Half-Life : Alyx et The Walking Dead : Saints & Sinners. Et Above and Beyond a certainement tenu ses promesses sur certains fronts. Le jeu offre un bon maniement des armes, même s’il n’est pas particulièrement avancé, des moments cinématiques que l’on ne trouve pas dans beaucoup d’autres jeux VR et une grande richesse de contenu entre sa campagne et ses offres multijoueurs. Mais il était également freiné par un rythme lent qui interrompait constamment le joueur et une conception de niveau simpliste qui se concentrait souvent sur des missions de taille réduite qui se terminaient avant que vous ne le sachiez. Le passage à Quest ne fait pas grand-chose pour absoudre la campagne du jeu de ces problèmes.

Campagne

Medal of Honor : Above and Beyond Oculus Quest 2 – Les faits

  • De quoi s’agit-il ? Une version autonome du jeu de tir VR à succès de l’année dernière sur PC, qui emmène les joueurs en mission à travers le monde pendant la Seconde Guerre mondiale, avec un mode multijoueur en prime.
  • Plateformes : Oculus Quest 2, PC VR.
  • Date de sortie : Disponible maintenant.
  • Prix : 39,99 €.

J’ai quand même été frappé par la lenteur de l’ouverture du jeu en particulier, dans laquelle vous êtes projeté dans une succession de scènes interminables, avec seulement quelques minutes de jeu entrecoupées d’une autre longue section de dialogue de groupe. Certains de ces moments offrent des bribes intéressantes de narration en RV, mais ils sont aussi étrangement placés et, même si le jeu promet plus de 10 heures d’action, il est considérablement rempli de ces moments.

Tout cela fait que la campagne est difficile à prendre en main. Vous êtes soit impatient de passer une scène et de reprendre le combat, soit désireux de voir le dernier niveau s’allonger un peu plus – les arrêts et redémarrages constants perturbent vraiment le rythme. Vous pouvez maintenant sauter les cutscenes mais vous allez supprimer une grande partie du contexte du jeu et vous passerez toujours du temps à sauter entre les écrans de chargement. Il s’agit plus d’un problème fondamental que de quelque chose qui peut être résolu simplement en ignorant l’histoire.

Plusieurs campagnes

Cela dit, il est également vrai que vous ne trouverez pas beaucoup d’autres campagnes de jeu de tir sur Quest avec autant d’ampleur et de variété. La campagne de Medal of Honor vous emmène à travers le monde avec des missions qui tentent d’offrir quelque chose de nouveau, qu’il s’agisse de segments de véhicules, de missions de tireurs d’élite ou autres, et vous avez vraiment l’impression qu’il s’agit d’un jeu « complet » comparable à celui des consoles. De ce point de vue, il s’agit d’un jeu très complet, comparable à ce qui se fait sur les consoles. Espérons que le prochain jeu à la hauteur de sa production saura également faire monter les enchères en matière de gameplay.

Multijoueur

blank

Vous vous souvenez peut-être que notre test de l’année dernière était nettement plus positif sur le segment multijoueur du jeu et, encore une fois, tout cela est intact ici. Above and Beyond propose des modes multijoueurs propres et accessibles, dans lesquels il est incroyablement facile de se lancer, avec cinq types de jeu sur des niveaux réorganisés à partir de la campagne. Ici, le jeu s’accélère considérablement, avec des matchs rapides de type arène. Vous trouverez des réserves de santé et des grenades un peu partout sur la carte et vous pourrez choisir parmi toutes les armes disponibles. Les modes sont pour la plupart standard, à l’exception de Mad Bomber, qui utilise la RV en demandant aux joueurs de cacher des bombes où ils peuvent et d’essayer de faire exploser les autres avec, tout en cherchant les explosifs des adversaires.

Manque d’agitation

C’est un mode brillamment frénétique qui montre vraiment que Respawn sort des sentiers battus, ce qui n’est pas le cas dans d’autres parties du jeu. Et, d’une manière plus générale, le manque d’agitation autour du multijoueur – des options de match rapide faciles, etc. – en fait un excellent moyen de jouer à la VR pour la première fois.

Le problème est que cette offre est très légère, sans système de récompense pour inciter les joueurs à revenir. Il est vrai qu’il y a une forte demande pour des campagnes et du contenu solo dans la RV, mais il semble qu’Above and Beyond aurait été mieux vendu en tant que jeu de tir multijoueur. Avec un système de progression et la promesse d’un support post-lancement, Above and Beyond aurait pu être le parfait jeu de tir compétitif AAA pour ceux qui ne veulent pas des difficultés tactiques d’Onward mais qui n’aiment pas non plus l’action inspirée de Fortnite de Population : One. Mais étant donné qu’il est probable que nous ne verrons pas de nouveau contenu post-lancement pour le jeu, alors que les autres jeux de tir de VR sont tous rafraîchis à peu près en permanence, le multijoueur ne compense pas entièrement les ratés de la campagne.

Performances

Vous pouvez trouver plus de détails dans notre comparaison graphique, mais Oculus Studios a fait un travail incroyable, non seulement en mettant le jeu sur Quest 2, mais, dans certains niveaux au moins, en gardant une grande partie des détails intacts. Oui, les modèles de personnages ont l’air un peu étranges avec des actifs dégradés et la suite habituelle d’effets – panaches de fumée, fragments de verre brisé, balancement des arbres et éclairage dynamique – ont tous été supprimés, mais le coût n’est pas aussi lourd qu’on pourrait le penser. Bien sûr, il faut prendre les choses au cas par cas, car certaines zones extérieures ont été considérablement réduites en termes de feuillage, etc. mais le résultat est tout de même impressionnant.

En outre, il est tout à fait incroyable que certaines des séquences les plus intenses du jeu soient restées intactes. Je n’aurais pas été surpris de voir des moments comme la scène explosive de la poursuite à ski en Norvège ou des sections de vol manquantes, mais c’est tout à l’honneur de l’équipe que d’avoir conservé l’intégralité du jeu sur Quest.

Medal of Honor : Above And Beyond : Impressions finales

D’un point de vue technique, Medal of Honor : Above and Beyond est l’un des jeux les plus impressionnants de Quest, apportant une campagne cinématographique à grand spectacle à la VR autonome avec des différences qui ne sont souvent pas aussi radicales qu’on pourrait le penser. Et certains correctifs postérieurs au lancement ont également introduit des options bienvenues, comme la possibilité de sauter les très nombreuses scènes de la campagne.

Mais, même dans ce cas, le rythme des niveaux courts reste un gros problème dans un jeu de tir qui a l’air d’être un cran en dessous de la concurrence, y compris des portages récents comme Resident Evil 4 VR. Cela dit, le jeu réussit toujours dans l’arène multijoueur et vous ne trouverez pas beaucoup de jeux aussi polis que celui-ci sur la plate-forme. Medal of Honor est une référence en matière de performances sur Quest 2, mais il y a beaucoup d’autres jeux qui sont tout simplement meilleurs.


Les contenus sur les mêmes sujets :
quest 2 jeu

Partagez ce moment !

Publié par Al

Abdelghafour Lammamri, 27 ans, Rédacteur Web, passionné par le monde des technologies (les smartphones et la réalité virtuelle/augmentée).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.