Nreal est sans aucun doute l’une des start-up les plus intéressantes sur le marché de la RA. Elle a attiré l’attention de toute la presse au CES 2019 en dévoilant des lunettes de RA, à la mode et abordable. En 2020, elle a consolidé son produit grâce à une série de partenariats et à un solide plan de développement de produits. Cette entreprise suscite beaucoup d’intérêt, mais aussi un certain scepticisme puisqu’elle promet de vendre les lunettes AR pour seulement 500 euros, alors que ses concurrents coûtent tous entre 2 et 3 000 euros.

Un homme portant les lunettes Nreal Light
Un homme portant les lunettes Nreal Light

Grâce à mes amis chez Nreal et FXG, j’ai pu recevoir un devkit (kit de développement) de cet appareil, afin de pouvoir l’expérimenter et le tester. Une fois que j’ai analysé l’appareil, il est temps pour moi d’écrire un compte rendu détaillé à son sujet. Êtes-vous prêt ?

Nreal Light devkit vs édition grand public

Avant de commencer, permettez-moi d’apporter une précision : ce que j’ai essayé est le devkit Nreal Light, c’est-à-dire l’édition qui est actuellement expédiée par la société chinoise, tandis que l’édition grand public devrait commencer à sortir au troisième trimestre de cette année. Les deux versions seront presque équivalentes, les principales différences étant que le devkit :

  • est publié sans presque aucune application ;
  • a une interface utilisateur très sommaire ;
  • peut contenir quelques bogues logiciels ;
  • n’a pas encore toutes les fonctionnalités (il manque encore le suivi des mains, par exemple) ;
  • doit fonctionner en connexion avec une unité de calcul, tandis que la version grand public sera connectée à votre téléphone ;
  • coûte environ 1 200 €, tandis que la version grand public coûtera environ 500 €.

Ce test concerne le devkit dans son état actuel, et certaines choses peuvent rester les mêmes dans la version grand public (par exemple l’optique), alors que d’autres vont sûrement changer (par exemple la version grand public aura une interface utilisateur très sophistiquée appelée Nebula).

Nreal Light : Spécifications

Les lunettes :

  • Poids : 88g
  • Connectivité : compatible USB-C
  • L’optique : Guide de lumière combiné
  • FOV : 52°.
  • Résolution maximale : 1080p
  • Compréhension de l’environnement : SLAM (Simultaneous Localization and Mapping), 6DoF tracking, Détection de plan, Suivi d’image
  • Caméras : deux caméras de suivi + une RGB

Contrôleur :

  • Poids : 23g
  • Suivi : 3DoF
  • Connexion : Bluetooth
  • Contrôles : Touchpad, Click, Feedback haptique

Unité de calcul :

  • Poids : 170g
  • Plate-forme matérielle : Qualcomm Snapdragon 845
  • Système d’exploitation : Android

Déballage

Je dois dire que j’ai adoré déballer ce casque : bien que Nreal n’ait pas atteint la maîtrise de l’emballage qu’a Oculus, il a fait un excellent travail : la boîte extérieure est d’une très élégante couleur argentée, et le boîtier des lunettes est petit et beau. L’étui est également très bien structuré à l’intérieur, et permet de mettre facilement tous les composants de manière ordonnée. Je pense que l’entreprise chinoise a fait un excellent travail en offrant à ses utilisateurs une très bonne expérience de déballage.

Boîte Nreal Light
Boîte Nreal Light

Nreal Light : Conception

Le stéréotype de l’entreprise chinoise consiste à faire des choses avec une fabrication bon marché et une bonne esthétique. Nreal montre que ce stéréotype est faux et que les entreprises chinoises peuvent aussi faire quelque chose de beau.

Les lunettes Nreal Light sont très légères et très à la mode, et elles ressemblent beaucoup aux lunettes de soleil standard très tendance. Même le contrôleur, avec son joli design arrondi, est mignon. En ce qui concerne le design, elles sont très cool.

Aperçu

Developer | Nreal
Nreal Light aperçu

Pour donner un aperçu plus détaillé des lunettes, on peut voir que sur le devant, il y a deux caméras de suivi sur les côtés et une caméra RGB au centre. Les lentilles semblent transparentes mais aussi foncées.

Les deux côtés extérieurs des lunettes n’ont rien de particulier, si ce n’est un grand logo Nreal avec un style qui rappelle celui de certaines marques de mode.

Sur la face interne, il est possible de voir une autre marque, plus les deux haut-parleurs qui sont intégrés dans la monture.

La vue de dessus montre que la partie avant avec les éléments optiques est beaucoup plus grande que celle des lunettes standard.

En bas, on peut voir deux petites paires de boutons : l’un sert à réduire et à augmenter la luminosité de l’écran et l’autre à modifier le volume des haut-parleurs. Du bas, on peut également voir la plaquette nasale qui rend le verre plus confortable sur le nez.

Nreal Light : Visuels

Nreal Light visuels
Nreal Light visuels

Les visuels des lunettes Nreal sont toujours les mêmes. Ce qui est impressionnant à première vue, c’est la définition des images : grâce à la résolution de 1080p (au maximum, j’ai lu que parfois le contenu est rendu à 720p) et à des couleurs très nettes, les augmentations apparaissent détaillées et très vivantes. J’ai pu connecter les lunettes à mon PC, et j’ai pu naviguer sur le web et lire facilement chaque mot du texte. C’est impressionnant, si l’on considère que c’est un luxe qui n’est pas encore disponible sur les casques VR.

La VF de 52° n’est pas du tout mauvaise pour être celle de lunettes AR, surtout sur le côté horizontal. Sur le côté vertical, elle semble plus limitée, et parfois elle peut être cassante par immersion, mais après avoir appris à positionner les lunettes sur votre nez, vous vous y habituez. Surtout parce que les augmentations se terminent exactement avec la monture des lunettes, et donc votre cerveau s’habitue au fait que les augmentations n’existent qu’à l’intérieur des lunettes, et c’est bien mieux que ce qui s’est passé avec l’HoloLens 1, où vous aviez une fenêtre de vision abrupte.

Hologrammes

Les hologrammes sont encore légèrement transparents, comme c’est le cas sur toutes les autres lunettes AR, mais grâce aux couleurs vives, cela est moins perceptible. La vision est excellente au centre, alors que si vous regardez les côtés de votre vision, surtout à l’horizontale, où la FOV est plus grande, vous pouvez voir sur les bords que les choses commencent à devenir un peu floues.

Le système optique est un « guide de lumière combiné », un nom fantaisiste pour dire que ces lunettes fonctionnent en créant une image sur un écran, puis en utilisant un miroir (qui se trouve sur le dessus) pour la projeter sur une lentille semi-transparente que vous avez devant les yeux. Cette lentille étant transparente, vous pouvez voir à travers elle le monde réel et virtuel. C’est un système très simple, avec des fonctionnalités limitées, mais très efficace pour produire des augmentations à ce stade de la technologie. Bien sûr, vous ne pouvez pas en attendre de multiples plans de profondeur ou des choses comme ça.

Les lentilles sont légèrement assombries pour vous permettre de mieux voir les augmentations, mais ce n’était pas un problème d’après mon expérience. Ce qui est un peu ennuyeux, au contraire, c’est que vous pouvez voir qu’il y a le jeu des reflets qui se produit, parce que devant vos yeux vous pouvez parfois voir le halo des reflets de ce que vous avez en dessous de vous, surtout si c’est quelque chose qui émet de la lumière (comme un smartphone).

En extérieur, lors d’une journée ensoleillée, les lunettes sont tout simplement inutilisables, car les augmentations deviennent presque transparentes.

Confort

Les lunettes sont très légères, ce qui les rend très confortables. De plus, la société fournit dans la boîte 3 plaquettes de nez, afin que vous puissiez attacher à votre appareil celui qui vous convient le mieux. Il y a également un support magnétique pour les verres de prescription afin que vous puissiez éviter de mettre vos lunettes à l’intérieur de ces verres. L’unité de calcul est munie d’un crochet que vous pouvez utiliser pour l’attacher à votre ceinture afin de pouvoir l’emmener avec vous où vous voulez. Nreal a fait tout son possible pour rendre son appareil confortable.

Mais je pense toujours que le confort peut être amélioré.

Unité de calcul

Le devkit comprend également une unité de calcul, qui contient tout le cerveau des lunettes. L’unité fonctionne sur un chipset Qualcomm Snapdragon 845, offrant ainsi plus de puissance que l’Oculus Quest. A l’intérieur, il y a aussi la batterie et tous les circuits nécessaires pour faire fonctionner un petit appareil. Le système d’exploitation est un Android 8.0 modifié.

L’appareil dispose à la fois de connexions USB-C et micro-USB, mais très étrangement, il n’utilise l’USB-C que pour tout : connexion au PC, chargement, connexion aux lunettes. Cela crée quelques problèmes lors de l’utilisation.

En plus de cela, il y a le contrôleur, qui est fixé magnétiquement. C’est un choix très judicieux pour vous permettre de toujours emporter votre contrôleur avec vous, et éviter de le perdre.

Sur le devant, il y a le bouton de mise en marche, plus un indicateur qui montre la charge de l’appareil.

N’oubliez pas que vous pouvez attacher l’appareil à votre ceinture, de sorte que vous pouvez toujours tout emporter avec vous. L’appareil, lorsqu’il est en charge, recharge également le contrôleur via des pogos, de sorte que vous n’aurez pas besoin de le charger séparément (c’est un autre excellent choix).

Une chose qui me dérange vraiment, c’est l’appareil, lorsqu’il est allumé, émet un sifflement continu de faible volume mais de forte intensité qui est assez agaçant.

Nreal Light : Contrôleur

Nreal Light contrôleur
Nreal Light contrôleur

Le contrôleur rond des lunettes Nreal Light est assez mignon. Il est petit, mais il offre toutes les fonctionnalités dont vous avez besoin : une surface tactile (qui vous permet par exemple de glisser), et cinq zones de clic (centre, haut, bas, gauche, droite). Il y a également un voyant d’état sur le dessus et un interrupteur à l’arrière pour l’allumer et l’éteindre.

Bien que j’adore son design innovant, qui pour une fois est différent de tous les autres contrôleurs VR 3DOF, je pense que c’est l’un des points faibles du devkit. Tout d’abord, la forme ronde n’est pas parfaitement ergonomique pour la main : surtout si vous devez garder le pouce dessus, il faut que la main soit toujours en tension. Ensuite, comme il est rond, il ne tient pas du tout avec la main, et il peut bouger dans votre main pendant que vous l’utilisez. Le mélange de ces deux problèmes fait que si vous devez effectuer le clic vers le bas, la pose de la main devient inconfortable parce que le pouce doit se pencher vers le bas pour appuyer sur la bonne zone du contrôleur, mais cela fait aussi perdre complètement à votre main la prise sur le contrôleur, qui semble donc pouvoir glisser.

Inconvénients

Mais à part l’ergonomie, le vrai problème est le suivi 3DOF. Sur l’Oculus Go, je n’avais aucun problème à l’accepter, mais sur un casque 6DOF AR comme le Nreal Light, la manette 3DOF est une grosse limitation. Chaque fois que vous voulez interagir avec les augmentations, en particulier celles en 3D que vous mettez dans les avions, le contrôleur ne suit pas vos mains, et cela rend les interactions vraiment maladroites. Et comme il n’y a pas encore de suivi des mains (c’est pour bientôt, selon la compagnie), les interactions avec le devkit Nreal Light semblent très limitées.

Quoi qu’il en soit, n’oubliez pas que le contrôleur n’est qu’une partie du devkit et non de la version finale.

Nreal Light : Suivi

Lorsque on a passé en revue les lunettes Nreal en Chine, on a souligné que le suivi était l’un de ses points faibles : les objets bougeaient beaucoup pendant qu’on se déplace dans l’environnement. La bonne nouvelle, c’est que cela s’est beaucoup amélioré. Les hologrammes ne sont toujours pas ancrés dans l’espace comme sur un HoloLens (qui a un suivi parfait), et se déplacent toujours quand vous bougez, mais ce mouvement est maintenant faible. Il est toujours perceptible, mais il est plus court dans le temps et dans l’extension spatiale qu’auparavant et je pense que maintenant il est acceptable. J’ai été positivement impressionné par cela.

La détection des avions dans les environnements qui vous entourent fonctionne également assez bien. C’est un peu brutal (ARKit fait un meilleur travail) et en général il détecte des avions plus gros qu’ils ne le sont en réalité, mais il est bon de commencer à mettre des extensions sur votre sol, ou votre table, ou votre lit. Le suivi d’image n’est pas aussi fluide, mais il fonctionne.

Nreal Light : Audio

Nreal Light dispose d’un système audio intégré et ne vous permet pas d’utiliser votre propre casque via une prise externe. Le volume audio est très bon, et il est facile d’entendre ce que le casque émet. La qualité audio n’est cependant pas la même que celle du casque Sennheiser, et comme d’habitude dans ces cas-là, il y a quelques problèmes avec les basses.

Nreal Light : Batterie

La société annonce 3 heures de batterie pour l’unité de calcul (rappelez-vous que les lunettes n’ont pas de batterie à l’intérieur), et mes tests confirment cette donnée. Bien entendu, la durée réelle de la pile peut varier en fonction de ce que vous faites avec l’appareil.

Puissance de calcul

Les lunettes fonctionnent sur un Qualcomm Snapdragon 845, une génération après le Snapdragon 835 du Quest. Il est difficile de dire ce que cela signifie en termes de performances, tout d’abord parce qu’il n’y a pas d’applications particulièrement lourdes pour qu’il serve de référence ; et ensuite parce que si vous voyez un certain bégaiement, il est difficile de dire si c’est dû à la charge graphique, ou au suivi SLAM, à l’enregistrement vidéo ou à quoi que ce soit d’autre.

Un problème que j’ai remarqué lors de l’utilisation est que l’unité de calcul et le casque peuvent devenir très chauds pendant l’utilisation.

Configuration et utilisation

Théoriquement, la configuration du devkit de lunettes Nreal est très simple : vous fixez les lunettes à l’unité de calcul, vous l’allumez, vous les portez et c’est tout. Il existe une brochure d’instructions, mais elle est assez inutile.

Nreal Light : Contenu

Le devkit est livré avec deux séries de démos préinstallées : l’une est une collection de 5 petites démos qui vous montrent des interactions simples avec des objets et la lecture de vidéos ; l’autre est un long showreel d’éléments 3D animés.

Si vous allez sur le site de Nreal, vous pouvez également trouver leur dernier jeu Nreal Tower, qui est un jeu de tour-défense multijoueur en ligne qui fonctionne sur un marqueur d’image. C’est un jeu simple et agréable, qui montre aussi les nombreuses limites d’une simple manette 3DOF (tirer avec une main 3DOF est terrible).

Comme il s’agit d’un devkit, cela suppose que vous allez construire les applications vous-même.

SDK

Le NRSDK est le SDK de Nreal qui vous permet de développer des applications en utilisant le moteur de jeu Unity, très populaire comporte :

  • Visualisation de la réalité augmentée ;
  • Détection d’avions ;
  • Suivi de marqueurs d’images ;
  • Lecture vidéo ;
  • Capture de la vue de l’utilisateur en réalité mixte ;
  • Multijoueur ;
  • Interaction avec l’interface utilisateur.

Il vous donne également tous les outils pour vous permettre de commencer à développer des applications Unity pour les lunettes Nreal même si vous n’avez pas l’appareil. Au moment où nous écrivons ces lignes, il ne fonctionne pas avec Unity 2019, mais seulement avec Unity 2018.

Pour en savoir plus, vous trouverez de la documentation sur le site web, et vous pourrez analyser les nombreux échantillons inclus dans le SDK (ils devront probablement tôt ou tard séparer les échantillons du paquet principal).

Maitrise

Le SDK n’est pas difficile à maîtriser, et on a commencé à créer quelques petites expériences à partir des échantillons assez rapidement.

Ce qui, à mon avis, manque encore, c’est une série de fonctionnalités (comme le suivi des mains, le suivi des gestes, la reconnaissance vocale, etc…) que, par exemple, HoloLens offre en standard. Et voici une autre discussion sur la plate-forme. HoloLens séduit Magic Leap parce qu’il s’insère dans le contexte d’une grande plateforme (grand SDK, services Azure AI/ML/Cloud, outils Microsoft comme Teams, etc..). Nreal doit encore construire une plateforme similaire pour donner aux développeurs tous les outils nécessaires pour créer des applications de RA qui soient vraiment convaincantes pour ses utilisateurs. Il fonctionne bien et se développe rapidement, mais pour le moment, encore une fois, on a l’impression que c’est encore « les premiers jours ».

Particularités

Nreal Light dispose également de fonctionnalités intéressantes. L’une d’entre elles est la possibilité de créer des applications qui enregistrent ce que l’utilisateur voit devant lui, mélangeant ainsi le contenu réel et virtuel.

L’autre, qui m’a surpris, est que vous pouvez en fait connecter vos lunettes au port USB C de votre ordinateur portable. Lorsque vous le faites, votre ordinateur détecte les lunettes comme un affichage secondaire, et vous pouvez donc reproduire le contenu de votre PC sur vos lunettes. J’ai essayé, et j’ai été impressionné par le fait que, grâce à la résolution 1080p, je pouvais en fait utiliser les lunettes Nreal pour lire le contenu, et je pouvais les utiliser pour surfer sur le web et écouter de la musique sur Youtube assez facilement. De plus, le son du PC sort des haut-parleurs des lunettes lorsqu’il est dans ce mode.

Nreal Light : Prix et disponibilité

Le Nreal Light Devkit est déjà disponible sur le site web de Nreal pour 1199 $. Vous pouvez le commander dès maintenant et le recevoir dans un délai de 1 à 2 mois.

La version grand public devrait être disponible à partir du troisième trimestre de cette année.

Considérations finales

En conclusion, je peux dire que j’aime beaucoup le kit de développement Nreal Light. Les lunettes sont à la mode et légères, et les augmentations sont lumineuses. Les principales caractéristiques comme la détection des plans et des images sont là. D’autres, comme le suivi des mains (grâce à un partenariat avec Clay AIR) et le suivi des yeux (grâce à un partenariat avec 7Invensun) sont à venir. Le suivi n’est pas parfait, mais il est assez bon pour fonctionner. Vous pouvez déjà développer avec lui des applications en utilisant le SDK Unity.

Bien sûr, il n’est pas parfait : étant un devkit, certaines fonctionnalités sont manquantes (comme le miroir du smartphone), d’autres sont un peu bizarres (comme la configuration du Wi-fi), des plantages se produisent, le suivi est en cours d’amélioration, et il n’y a pas de contenu disponible. Mais la plupart de ces problèmes vont s’améliorer avec la version grand public. Et puis, les développeurs aiment les défis que posent les appareils en phase de démarrage.

Devriez-vous l’acheter ?

Si vous recherchez un casque AR sur lequel vous pouvez commencer à développer des applications, un casque AR qui peut vous donner un aperçu de la façon dont la RA peut être orientée vers le consommateur en 2020-2021, alors oui, absolument, c’est l’appareil qu’il vous faut.

Et Si vous avez une entreprise qui pourrait bénéficier de lunettes AR à la mode (je pense aux entreprises de mode) pour faire des événements ou des cascades de marketing, alors oui, absolument.

Mais si vous voulez un casque AR qui fonctionne parfaitement, non, attendez la sortie d’un produit grand public.

Et si vous avez une grande industrie, non, optez pour HoloLens qui possède un écosystème complet qui peut mieux aider votre entreprise.


Les contenus sur les mêmes sujets :
casque AR

Partagez ce moment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *