HTC a soutenu le studio parisien de réalité mixte Emissive via son programme d’accélérateur Vive X avec un financement de plusieurs millions. Emissive construit des expéditions virtuelles pour les musées.

Emissive voyage Egypte
Emissive voyage Egypte

Ce soutien au studio français de réalité mixte fait suite à une forte demande d’applications de réalité virtuelle et de réalité augmentée pour les musées.

Emissive a récemment lancé un nouveau format de réalité virtuelle connu sous le nom d’expéditions immersives qui emmènent virtuellement les utilisateurs vers des sites culturellement significatifs à travers le monde.

Programme d’accélération Vive X

HTC a mis 3,3 millions de dollars dans Emissive dans le cadre de son programme de financement de longue date en faveur à la RX, connu sous le nom de Vive X. Parmi les autres investisseurs participant à ce tour de table, citons le fonds Tech & Touch de la banque d’investissement française Bpifrance.

Fondée en 2005, Emissive s’est spécialisée ces dernières années dans le développement d’applications de réalité étendue (XR) pour les musées et les entreprises.

HTC a également connu une évolution au fil des ans et soutient aujourd’hui les technologies et les appareils au fur et à mesure de leur lancement sur le marché. Elle a soutenu la première vague de casques de RV à arriver sur le marché.

La startup parisienne travaille avec des musées et des entreprises, notamment des sociétés de télécommunications et des marques de mode, pour animer leurs marques à l’aide d’applications de réalité virtuelle et de réalité augmentée.

Pandémie Covid-19

La pandémie a créé une occasion en or pour ce type d’applications de RX, car de nombreuses industries s’adaptent à la nouvelle norme du travail à distance ou des expériences à distance. Cela aura probablement un effet à long terme sur les institutions telles que les musées et les centres culturels, des lieux sociaux qui doivent désormais fonctionner dans le cadre des contraintes des règles de distanciation sociale.

L’incursion de HTC sur le marché des smartphones ne s’est pas bien passée mais le géant technologique taïwanais a depuis pivoté sur le marché de la RV et s’est positionné comme l’un des trois principaux acteurs de la RV grand public grâce à sa ligne de casques VR Vive.

Le fonds et l’accélérateur Vive X de HTC a été lancé en 2016 et vise à soutenir les jeunes dans le domaine de la réalité virtuelle. Il soutient déjà plusieurs entreprises dans les domaines de la consommation et de l’entreprise.

Collaboration entre HTC et Emissive

L’un des principaux obstacles à l’adoption de la RV par le grand public a été le manque de cas d’utilisation « quotidienne » par les consommateurs et HTC, en tant que développeur de matériel, est désireux d’aider les entreprises à développer un écosystème pour son matériel qui inclura des contenus et des expériences favorables à la RV.

HTC et Emissive ont déjà collaboré sur un certain nombre de projets dans le passé, y compris la première exposition publique de RV de la Joconde du Musée du Louvre qui s’est tenue l’année dernière pour marquer le 500e anniversaire de la mort de Léonard de Vinci. L’exposition était intitulée Mona Lisa : Beyond the Glass (La Joconde : au-delà du verre). Cette expérience de réalité virtuelle réussie est ensuite apparue sur Steam et Viveport et il existait également un format 2D pour les plateformes mobiles.

Bien que Mona Lisa : Beyond the Glass ait été conçue pour que jusqu’à 11 utilisateurs puissent s’immerger dans le tableau emblématique avec leur casque RV, il s’agissait d’une expérience pour un seul utilisateur. Emissive et le Louvre ont également développé séparément une version de l’exposition qui peut être vue n’importe où via un casque VR ou une application mobile, bien que le niveau d’immersion pour ces versions séparées ne soit pas le même.

Deuxième vague de la Pandémie

Avec la deuxième vague de la pandémie de coronavirus qui ravage l’Europe, on s’inquiète désormais de la viabilité à long terme du modèle traditionnel des musées, des institutions culturelles et d’une foule d’autres espaces publics, étant donné que le coronavirus va être endémique dans un avenir prévisible et que les verrouillages vont probablement persister.

Selon Fabien Barati, PDG d’Emissive, la start-up a dû annuler certains projets pendant la pandémie, mais elle a depuis signé de nouveaux clients dans les secteurs du commerce de détail et du luxe. M. Barati indique que les musées et les institutions culturelles sont également à la recherche d’un nouveau modèle commercial et d’un nouveau format pour proposer leurs offres aux utilisateurs finaux. Il y a une pression croissante pour réinventer et créer de nouvelles sources de revenus avant qu’il ne soit trop tard et les expéditions immersives offrent une alternative viable et s’inscrivent bien « dans leur perspective ».

Expéditions immersives de Emissive

La première « expédition immersive » de la startup française est connue sous le nom de Khufu : Un voyage dans l’Égypte ancienne qui s’appuie sur l’expédition précédente que la startup a présentée à la Cité de l’Architecture basée à Paris.

Chaque expédition virtuelle se déroulera en groupe et durera environ 45 minutes. Emissive prévoit de lancer prochainement d’autres expéditions virtuelles de ce type. Il existe également une offre séparée « à la demande » qui est adaptée aux clients à la recherche d’expéditions immersives sur mesure.

Selon Barati, l’originalité du format d’Emissive réside dans son utilisation de la RV dans les grands espaces ainsi que dans sa collaboration avec d’autres visiteurs. La plateforme est capable d’accueillir de grands flux de visiteurs tout en leur donnant l’illusion de voyager dans l’espace et le temps grâce à des reconstitutions historiques hyperréalistes. Ainsi, les visiteurs virtuels de l’expédition auront le sentiment de faire une visite réelle du site et ils pourront également faire et découvrir beaucoup plus de choses que dans la vie réelle.

Pour mettre en œuvre ces expéditions virtuelles, les musées auront besoin d’espaces capables d’accueillir des groupes de personnes qui se déplacent d’un point à un autre. Une technologie virtuelle comme celle-ci est encore risquée à un moment où de nombreux musées sont également fermés, mais la start-up affirme que ses « expéditions virtuelles » peuvent être déployées de manière flexible.

L’espace

La technologie peut, par exemple, s’adapter à un espace allant jusqu’à 1 000 mètres carrés. Par conséquent, lorsque les musées sont finalement autorisés à ouvrir tout en respectant les restrictions COVID-19, les visiteurs du musée peuvent être dispersés ou les expériences peuvent être limitées aux personnes qui résident dans le même domicile. Ces expositions peuvent également être organisées dans un cadre extérieur comme un jardin ou une cour. M. Barati indique également que des projets sont en cours pour des incarnations en ligne de ces expéditions immersives, bien que la forme qu’elles pourraient prendre ne soit pas encore claire. Le format actuel des expéditions virtuelles est entièrement conçu pour que les visiteurs se rassemblent dans un espace dédié.

Les expéditions virtuelles sont également arrivées à un moment où le monde est aux prises avec de nombreuses appréhensions et restrictions sur les voyages internationaux. Au lieu de devoir se rendre à une destination pour découvrir une attraction, vous pouvez simplement le faire dans un musée ou un lieu d’expérience s’il y a une demande suffisante pour des vacances virtuelles.

Avec la réalité virtuelle qui s’infiltre lentement dans le courant dominant, les vacances en RV sont déjà une chose. Cependant, avec une grande partie du monde qui se trouve maintenant dans un état d’enfermement prolongé, une opportunité de réimaginer les « vacances virtuelles » est apparue. Si les expéditions virtuelles d’Emissive ne sont pas nécessairement conçues pour cela, il est possible que sa technologie évolue au fil du temps pour relever le défi actuel.


Les contenus sur les mêmes sujets :
HTC Vive, VR et voyage

Partagez ce moment !

Publié par Al

Abdelghafour Lammamri, 26 ans, Rédacteur Web, passionné par le monde des technologies (les smartphones et la réalité virtuelle/augmentée).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *