South Brunswick, La classe de réalité virtuelle de Steven Schiff peut sembler n’être qu’un jeu, mais en réalité, les élèves apprennent des applications réelles des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques (STEM).

classe virtuelle au lycée de South Brunswick
Photo de la classe virtuelle au lycée de South Brunswick

Deux sections du cours ont débuté cette année au lycée de South Brunswick. Actuellement, les 37 élèves créent un jeu de bowling, de simulation spatiale ou de course infinie en utilisant une combinaison de 25 ordinateurs, des casques de réalité virtuelle Samsung, des téléphones portables, des cartes Google et des contrôleurs.

Les élèves se réunissent une heure et 20 minutes tous les deux jours de classe pour travailler en binôme sur leurs projets.

Pour le jeu de bowling, les élèves codent des instructions pour la mécanique de la boule, la remise à zéro des quilles, la disposition des quilles, etc. Ils téléchargent gratuitement des « assets », ou objets, de la société Unity.

Lorsque le joueur déplace la manette, comme pour lancer une vraie boule de bowling, les instruments prennent la vitesse et la physique de la boule sur l’écran et la transfèrent, lui permettant de se déplacer dans la piste et de frapper les quilles. Il mesure des éléments de physique tels que les coefficients de frottement dynamique et statique, par exemple.

En utilisant des outils professionnels, « nous pouvons construire un jeu et le lancer. Ce ne sont pas des outils de pratique », a déclaré M. Schiff.

Pour le jeu du coureur infini, les élèves peuvent modifier la gravité en faisant avancer une balle, en esquivant les objets qui volent vers eux. Ils ont la possibilité de sauter ; ou, si un objet est infranchissable en bas, ils peuvent se déplacer sur le plan supérieur.

Selon M. Schiff, les équipes de ce projet peuvent modifier le jeu ; par exemple, elles peuvent gérer la distance qu’elles peuvent parcourir sans tomber de l’extrémité, ou elles peuvent faire en sorte que le jeu s’étende plus loin à l’horizon.

« Le codage est vraiment avancé et je pense qu’ils l’apprécient beaucoup », a déclaré M. Schiff à propos de ses élèves. « Ils s’y investissent et sont capables de communiquer avec d’autres personnes ayant un niveau d’idées élevé ».

Pour la simulation spatiale, les ressources volent vers le joueur, sur lequel il peut tirer. Dans un cas, une équipe a fabriqué ses propres modèles, tels que des éléphants, des figurines de bâton et des œuvres d’art aléatoires. Le joueur est le vaisseau spatial, qui tire des missiles sur les ressources.

« Ce qui est bien avec la réalité virtuelle, c’est qu’elle peut venir de tout autour de vous », a déclaré Schiff.

Les élèves peuvent également déboguer les programmes au fur et à mesure.

« Quand les choses sont dans l’espace 3D, il faut pouvoir les manipuler », a-t-il déclaré.

La réalité virtuelle et la conception de jeux suivent les cours d’informatique et de développement d’applications mobiles de l’Advanced Placement offerts à l’école, et sont tous des cours de niveau universitaire.

« Ils ont une grande expérience du codage », a déclaré M. Schiff à propos des juniors et des seniors qu’il enseigne. « Nous avons beaucoup de cours vraiment cool que beaucoup d’autres écoles n’ont pas. … Ils sont certainement techniques mais aussi pertinents ».

L’école dispose également d’un club d’informatique extrascolaire, où les membres étudiants formulent les leçons.

L’école organisera un hackathon de 24 heures, le 4 et le 5 avril, au cours duquel les lycéens de la région pourront construire des projets et être jugés pour des prix. Les participants n’ont pas nécessairement besoin d’avoir des connaissances en matière de codage. Il y aura des ateliers et des activités pour les enfants. Environ 200 élèves devraient passer la nuit dans la cafétéria avec leur ordinateur portable, à créer des sites web, des applications ou des jeux de réalité virtuelle.

« Il serait difficile de trouver un enfant en ce moment qui n’aime pas la technologie », a déclaré M. Schiff.


Les contenus sur les mêmes sujets :
VR et éducation, VR et enseignement

Partagez ce moment !

Publié par Al

Abdelghafour Lammamri, 26 ans, Rédacteur Web, passionné par le monde des technologies (les smartphones et la réalité virtuelle/augmentée).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *