Le bilan annuel des UN (Nations unies) sur les objectifs de développement durable s’est achevé la semaine dernière sans la fanfare habituelle des milliers de visiteurs qui se sont rendus au siège des Nations unies, traversant le centre de Manhattan d’une manifestation parallèle à l’autre.

Les sessions virtuelles récemment organisées sur les rapports des pays sur les SDG sont venues avec leur propre série de nouveaux défis pour l'engagement. Photo par : Manuel Elias / U.N.
Les sessions virtuelles récemment organisées sur les rapports des pays sur les SDG sont venues avec leur propre série de nouveaux défis pour l’engagement.
Photo par : Manuel Elias / U.N.

La nature virtuelle du Forum politique de haut niveau de cette année, le HLPF, était inévitable, le siège des Nations unies reste largement fermé en raison de la pandémie de coronavirus et vient de passer à sa première phase de réouverture cette semaine.

La pandémie inverse des décennies de progrès inégaux en matière de développement, rendant la réalisation des objectifs « encore plus difficile », selon le « Rapport 2020 sur les objectifs de développement durable », publié par les Nations unies au début du Forum de haut niveau le 7 juillet. On estime que 71 millions de personnes devraient retomber dans l’extrême pauvreté en 2020.

Voici les principales conclusions de la réunion de deux semaines qui vient de s’achever, et ce qu’elle pourrait signifier pour l’ouverture virtuelle de l’Assemblée générale des Nations unies en septembre.

Une nouvelle réalité virtuelle

Des sessions virtuelles consécutives permettant de suivre les progrès des SDG des pays, et, dans de nombreux cas, leur recul par rapport à la réalisation des objectifs sont venues avec leur propre série de nouveaux défis pour l’engagement. Les événements virtuels ont rendu le processus plus inclusif pour de nombreux spectateurs et intervenants, qui ne sont plus liés par les restrictions de voyage, de coût ou d’accès qui accompagnent la participation aux événements des Nations unies à New York.

Mais il y a des compromis, selon les observateurs, qui entraînent un rééquilibrage de la manière dont l’engagement de la société civile et la diplomatie sont traditionnellement menés.

« Il est impossible d’avoir des conversations parallèles et de négocier, il n’y a pas de va-et-vient. Maintenant, vous parlez et l’autre personne parle. Cela limite vraiment le réseautage, donc vous ne pouvez pas rencontrer des gens dans le couloir par accident, vous ne voyez pas des gens qui ne viennent au siège qu’une fois par an », a déclaré Esther Pan Sloane, responsable des partenariats, de la politique et de la communication au Fonds d’équipement des Nations unies.

« Une chose que nous avons trouvée, c’est que vous pouvez maintenir les relations que vous avez déjà, mais vous ne pouvez pas en construire de nouvelles », a poursuivi Mme Sloane.

Contrairement aux années précédentes, les États membres de l’ONU ont mis fin au forum sans s’entendre formellement sur une déclaration ministérielle réitérant leur engagement envers le programme de développement de 2030. Peter van Sluijs, un stratège senior de l’organisation à but non lucratif néerlandaise Cordaid, a déclaré que le processus de négociation a été affecté par le fait que les gens « ne pouvaient pas travailler ensemble face à face ».

« Vous voyez un processus assez stagnant, où les ministres ont beaucoup de mal à se mettre d’accord sur une déclaration. Il est donc très préoccupant que la déclaration qui pourrait être adoptée soit faible et ne réponde pas au besoin de volonté politique, surtout pendant une décennie d’action pour faire avancer l’Agenda 2030 », a déclaré M. van Sluijs.

Mais certains des défis récurrents du forum comme l’engagement de la société civile et la transparence des gouvernements dans la présentation des rapports sur les SDG lors des examens nationaux volontaires, ou VNR ne sont pas nécessairement liés au nouveau format virtuel.

« Il ne s’agit pas seulement de la nature virtuelle du FHN. C’est une question perpétuelle pour le FHNP chaque année : Comment pouvons-nous plus efficacement engager une discussion inclusive sur la façon dont les pays individuels, et nous en tant que communauté mondiale, se comportent par rapport aux DDG », a déclaré John Romano, coordinateur du Secrétariat du réseau Transparence, responsabilité et participation.

« Il y a peu de temps pendant les présentations VNR pour avoir une véritable conversation et pour déballer toutes les nuances de la façon dont les pays s’en sortent en termes de mise en œuvre des SDG. C’est un énorme défi, pas seulement cette année, mais chaque année », a poursuivi M. Romano.

Un ton qui donne à réfléchir

Alors que certains gouvernements ont expliqué l’impact négatif du COVID-19 sur leurs tendances nationales de développement dans leurs rapports au FHN, le retard des statistiques publiques a fait que de nombreux pays n’ont pas pu offrir une image entièrement actualisée. Cependant, plusieurs observateurs ont décrit le ton des différents événements parallèles comme donnant à réfléchir, reflétant les nouveaux revers en matière de développement et de financement que la pandémie provo1que dans le monde entier.

« Une chose que nous avons trouvée, c’est que vous pouvez maintenir les relations que vous avez déjà, mais vous ne pouvez pas en construire de nouvelles ». Esther Pan Sloane, responsable des partenariats, de la politique et de la communication du Fonds d’équipement des Nations unies.

« L’année dernière, je ne dirai pas que le HLPF était très optimiste, mais plutôt optimiste quant à notre disponibilité pour faire avancer les SDG. Cette fois, c’est un HLPF très différent. Cela donne à réfléchir. Vous obtenez l’impact de chocs non économiques que vous n’aviez pas prévus l’année dernière, en plus du défi climatique. C’était très sobre », a déclaré Navid Hanif, directeur du Bureau du financement du développement durable de l’ONU.

Un autre thème récurrent : mieux reconstruire et ne pas laisser les SDG tomber à l’eau alors que la réponse mondiale à la pandémie continue de se déployer.

« Tout le monde parle de reconstruire en mieux. Je pense qu’au fond, les SDG ont été rédigés pour être transformateurs, pour transformer nos sociétés afin qu’elles soient meilleures et plus résistantes. Et si nous cherchons à reconstruire en mieux, nous devrions utiliser les SDG comme guide », a déclaré M. Romano.

Selon M. Hanif, le fardeau croissant de la dette des pays en raison de la pandémie et l’augmentation des coûts d’emprunt ont également pesé lourd dans de nombreuses discussions et discours gouvernementaux.

Le service total de la dette publique et privée des pays à faible revenu dépassera probablement 900 milliards de dollars en 2020, a déclaré M. Hanif, poussant nombre d’entre eux vers une crise de la dette.

« Cette fois, il s’agit d’un FHN très différent. Cela donne à réfléchir ». Navid Hanif, directeur du Bureau du financement du développement durable des Nations unies.

« Presque tous les pays ont mentionné la dette. Elle est imminente. Ils utilisent les mots « tsunami de la dette », « une montagne de dettes ». Ces messages viennent de pays à revenu moyen, de pays à faible revenu », a déclaré M. Hanif.

« Nous recevons un message clair. … La contraction économique ne concerne pas seulement ce qui se passe cette année ou le premier semestre de l’année prochaine. Elle perturbe les envois de fonds, les prix des matières premières et les marchés de l’emploi. Ne regardez pas le court terme, mais plutôt le moyen et le long terme. Et le tableau n’est pas très prometteur », a poursuivi M. Hanif.

Prochainement : ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES

Le Forum de haut niveau sert souvent d’avant-première pour l’ouverture de l’Assemblée générale des Nations unies et les événements parallèles qui l’entourent chaque année en septembre. Cette année ne sera pas différente, car l’AGNU sera également une affaire virtuelle, avec une certaine possibilité pour les délégués gouvernementaux de se présenter en personne dans la grande salle de l’Assemblée générale.

« Nous continuerons probablement à danser autour des mêmes questions principalement, quel est l’intérêt de s’engager alors que ce sera à nouveau un format virtuel ? a déclaré M. Romano.

Une réunion marquant le 75e anniversaire de l’ONU fait partie des événements annoncés qui se chevaucheront probablement avec beaucoup d’autres, tous rivalisant pour un engagement virtuel.

« Il sera difficile de participer à l’AG cette année. La valeur ajoutée de l’AG chaque année à New York est qu’elle rassemble beaucoup de gens, travaillant sur un large éventail de questions », a poursuivi M. Romano. « Nous devrons voir dans quelle mesure nous pouvons-nous concentrer sur les SDG alors qu’il y a tant de questions à discuter pendant l’AG. Nous verrons bien ».


Les contenus sur les mêmes sujets :
COVID-19, éducation et réalité virtuelle, VR et éducation

Partagez ce moment !

Publié par Al

Abdelghafour Lammamri, 26 ans, Rédacteur Web, passionné par le monde des technologies (les smartphones et la réalité virtuelle/augmentée).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *