La Réalité virtuelle, une immersion dans un monde étrange. Qu’il s’agisse de s’asseoir dans une voiture de course et de se mesurer à d’autres pilotes, ou de se balader sur des montagnes russes dans un fauteuil confortable. Ou peut-être simplement en faisant une promenade relaxante dans la forêt. Outre le facteur plaisir, la réalité virtuelle peut également avoir un effet thérapeutique. Jasmine Ho, doctorante au département de neuropsychologie cognitive de l’université de Zurich, veut utiliser ces mondes virtuels pour aider les personnes souffrant de douleur, entre autres.

Une femme portant un casque VR
Photo d’une femme portant un casque VR

Bien sûr, l’utilisation de la RV en médecine n’a rien de nouveau. Elle existe depuis un certain temps déjà pour aider les personnes souffrant de troubles de l’anxiété. Cela peut se faire par le biais de simulations. Dans certains hôpitaux, les patients sont envoyés dans un monde virtuel pour les distraire de la douleur lorsque leurs pansements sont rafraîchis. Dans ses recherches, Jasmine Ho a maintenant découvert que cette immersion dans des mondes virtuels peut même avoir un effet placebo. En donnant simplement à un avatar (un corps virtuel) un médicament contre la douleur, elle a pu démontrer que c’était tout ce qu’il fallait pour soulager la douleur.

Mettre des gants ou non

Pour cela, les participants à l’expérience ont reçu un gant. Celui-ci était censé les protéger de la chaleur grâce à un hypothétique matériau de haute technologie. L’expérience s’est déroulée en trois étapes différentes de la réalité. Tout d’abord, les sujets ont enfilé un gant authentique. Au cours de la deuxième étape, ils ont vu qu’ils mettaient le gant en portant une paire de lunettes de RV. Dans ce cas, cependant, il s’agissait simplement d’un gant virtuel qu’ils ont enfilé. Dans la troisième étape, où les sujets étaient complètement immergés dans un monde virtuel, seul l’avatar a reçu un gant. Ainsi, les sujets savaient que le gant n’était pas réel. Néanmoins, il a été démontré que les trois gants avaient un effet analgésique.

« Il est remarquablement facile de changer la façon dont vous vous sentez par rapport à votre propre corps », a déclaré Jasmin Ho dans une interview avec la journaliste et auteur Simona Ryser, dont le profil de Ho est à la base de cet article. « Après seulement quelques minutes dans le monde artificiel, notre cerveau s’adapte à l’illusion physique. »

Cela se remarque déjà au début d’une séance, dès que les personnes testées mettent les casques VR. On leur demande ensuite de bouger une jambe. Ce mouvement est transmis à l’avatar par des capteurs de sorte que l’avatar effectue le même mouvement et que la personne perçoive l’avatar comme son propre corps.

« En tant qu’homme, vous pourriez vous explorer sous la forme d’une femme et vice versa. Vous pourriez vous voir comme une personne d’une couleur différente de la vôtre. Ou même vous voir dans le corps d’une personne plus âgée ».  Jasmine Ho a expliqué. Par exemple, une étude de l’université de Stanford a montré que les gens étaient capables au moins temporairement de surmonter des préjugés et des attitudes négatives envers les autres.

L’image corporelle peut être améliorée

L’objectif de Jasmine Ho est d’aider les personnes souffrant de douleurs chroniques et de réduire ainsi éventuellement la consommation d’analgésiques. Il est connu que ces patients ont une perception déformée de leur propre corps. Et que, pour donner un exemple, ils perçoivent un bras douloureux qui est « lourd, enflammé, rouge ou gonflé ». C’est pourquoi elle veut « créer une sorte de plateforme sur laquelle sont disponibles différents types d’avatars qui permettent à quelqu’un de changer positivement sa propre image corporelle ». Et de percevoir son bras comme étant plus souple de cette façon, par exemple ».


Les contenus sur les mêmes sujets :
VR et médecine

Partagez ce moment !

Publié par Al

Abdelghafour Lammamri, 26 ans, Rédacteur Web, passionné par le monde des technologies (les smartphones et la réalité virtuelle/augmentée).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *