Des chercheurs explorent la réalité virtuelle pour étudier, traiter et simuler les traits de l’autisme.

La forêt est encore immobile, jusqu’à où je remarque un papillon qui flotte à la vue. Au début, c’est à peine perceptible, mais en regardant le papillon plus attentivement, les arbres qui l’entourent s’assombrissent et l’insecte devient plus lumineux. Plus je m’émerveille devant lui, plus cela devient merveilleux, c’est devenu impossible pour moi de détourner le regard. Bientôt, toute la forêt recule et le papillon explose en une étoile rouge, semblable à un feu d’artifice. Tout devient noir. Ensuite, des dizaines de points blancs fourmillent autour de moi. A ma gauche, ce ne sont que des points. Sur ma droite, ils laissent de longues traînées de lumière comme des spaghettis. Le contraste me fait prendre conscience que le présent n’est jamais vécu comme un instant mathématique ; cela a une certaine durée et la perception de cela peut varier avec le contexte.

Rizzo
Source : spectrumnews.org

La sensation s’évapore dès que je retire mon casque VR.
Cette expérience de réalité virtuelle immersive consistait en un aperçu préliminaire de “Beholder”, une installation artistique présentée au Victoria and Albert Museum de Londres en septembre dans le but de recréer la façon dont les personnes autistes perçoivent le monde. Il est maintenant exposé à la galerie, Birmingham Open Media. Le créateur du projet, Matt Clark, a un fils très autiste, Oliver, âgé de 15 ans. “Il ne peut pas parler ; ses comportements sont extrêmement difficiles”, déclare Clark, directeur créatif de United Visual Artists, un groupe d’art et de design basé à Londres. Clark a construit “Beholder” afin que lui et les autres puissent voir le monde à travers les yeux de son fils. Il a collaboré avec des artistes du spectre et des membres de leur famille.

Le projet illustre une nouvelle approche de l’utilisation de la réalité virtuelle pour l’autisme. Pendant plus de deux décennies, les scientifiques ont expérimenté la technologie qui permet de mettre en place des scénarios contrôlés pour étudier les traits autistiques. Dans le même temps, certaines équipes ont utilisé la réalité virtuelle pour créer des environnements de jeu de rôle permettant de mettre en pratique les compétences sociales. Cependant, de plus en plus, les personnes autistes utilisent la réalité virtuelle pour transmettre leurs propres expériences, à la fois pour sensibiliser la population à la maladie et pour saisir les différences cognitives et perceptuelles qui la caractérisent. Certains experts espèrent que ces efforts mèneront vers des nouvelles collaborations et applications de recherche.

Ces expériences immersives sont l’équivalent numérique des récits de Temple Grandin, qui figuraient parmi les premières descriptions de l’autisme. Une douzaine de projets pouvant être visionnés en ligne qui utilisent des bruits forts ou des lumières clignotantes pour reproduire des sensations telles qu’une surcharge sensorielle dans un centre commercial, une réunion de bureau ou une réunion de famille. Des efforts un peu plus élaborés, tels que la bande-annonce du livre de Carly Fleischmann, “La voix de Carly : dépasser l’autisme” et l’animation “Écoutez”, mettront les effets sur un scénario. Mais quelques-uns sont particulièrement ambitieux dans leur objectif de fournir des impressions sensorielles spécifiques. Parmi ces derniers, citons “Beholder” et un système de réalité augmentée créé par la chercheuse Yukie Nagai et ses collègues de l’Institut national des technologies de l’information et de la communication à Osaka, au Japon.

Les partisans de la VR affirment qu’aucun autre média ne peut vous mettre à la place de quelqu’un d’autre. “Avoir une expérience perceptuelle, c’est quelque chose que nous n’aurions pas pu faire sans la réalité virtuelle”, explique Albert Rizzo, professeur-chercheur à l’Université de Californie du Sud à Los Angeles et pionnier de l’utilisation de la réalité virtuelle en psychiatrie. “Vous pouvez regarder un film, mais c’est différent de marcher et de vivre votre expérience perceptuelle”, explique Rizzo.

Ces projets ne sont pas controversés. Les “exercices de simulation du handicap”, qui consistent à poser les yeux bandés pour démontrer une déficience visuelle ou à les faire utiliser des béquilles pour comprendre les défis de la mobilité, sont la base de la formation à la diversité. Mais ils ne parviennent pas à capturer l’isolement social qui fait souvent partie d’un handicap.

Les simulations d’expériences autistes ont rencontré une ambivalence similaire. Ils doivent également se confronter à la question métaphysique fondamentale de savoir si l’expérience subjective peut être partagée. “Je peux comprendre qu’un parent neurotypique pourrait être désespéré de comprendre le point de vue de son enfant autiste”, déclare Susan Kruse, directrice de la galerie à Birmingham Open Media, qui est autiste. “Mais comment quelqu’un peut-il entrer dans l’esprit d’une autre personne et expérimenter ce qu’il vit ?”

Donc, il y a que la réalité virtuelle qui peut nous montrer vraiment comment une personne atteinte de l’autisme voie le monde dans lequel on vie, et grâce à la VR, il serait possible d’étudier et analyser cette maladie.


Les contenus sur les mêmes sujets :
casque vr et médecine, VR et autisme, VR et médecine, VR pour les autistes

Partagez ce moment !

Publié par Al

Abdelghafour Lammamri, 26 ans, Rédacteur Web, passionné par le monde des technologies (les smartphones et la réalité virtuelle/augmentée).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *