Le système de RV développé par d’anciens pilotes de chasse israéliens aide les neurochirurgiens à répéter des procédures difficiles et à montrer au patient ce qui va se passer.

Un patient regardant un modèle de RV de son cerveau
Photo d’un patient regardant un modèle de RV de son cerveau

Il n’était pas facile d’enlever une tumeur au cerveau qui menaçait la vie d’Ari Ellman, 2 ans, de San Francisco. Les experts de plusieurs hôpitaux américains n’étaient même pas sûrs que ce fût possible.

Mais la tumeur d’Ari a été enlevée, morceau par morceau, dans une chirurgie endonasale révolutionnaire qui a duré près de 18 heures.

Après trois autres interventions chirurgicales et six semaines en soins intensifs pédiatriques, Ari est « un magnifique garçon en santé qui aime et vit pleinement sa vie », selon sa mère.

C’était une opération historique. Les neurochirurgiens du Lucile Packard Children’s Hospital de l’Université Stanford n’avaient jamais pratiqué cette intervention sur un enfant aussi jeune.

Ils se sont sentis assez confiants pour essayer la chirurgie risquée parce qu’ils ont pu la répéter à la perfection en utilisant le système de théâtre chirurgical développé par les anciens officiers de l’armée de l’air israélienne Moty Avisar et Alon Geri.

Le théâtre chirurgical a vu le jour en 2010 avec l’idée de donner aux neurochirurgiens la possibilité de se préparer à des chirurgies spécifiques de la même manière que les pilotes de chasse se préparent à des missions spécifiques.

Aujourd’hui, la plate-forme de visualisation en réalité virtuelle se trouve dans 15 grands hôpitaux américains, tels que l’Université de New York, le Benioff Children’s Hospital de l’UCSF, le Houston Methodist, l’Université George Washington, Mount Sinai, Stanford et le Children’s National Hospital.

Certains hôpitaux ont acheté cinq ou six systèmes de théâtre chirurgical et l’utilisent également pour la préparation des chirurgies cardiaques et rachidiennes ainsi que pour la formation des étudiants chirurgiens.

« La plus grande partie de la traduction de ce que nous savions de la simulation de vol à la chirurgie était de mieux comprendre ce que signifie le réalisme », a déclaré Avisar à ISRAEL21c en 2012.

« En vol, il s’agit du soleil et de l’ombre des arbres et des montagnes. En chirurgie, il s’agit davantage de la façon dont la lumière se réfléchit sur les tissus et dont le chirurgien comprend les profondeurs et les distances. Il nous a fallu un certain temps pour comprendre comment traduire une simulation en un modèle réaliste. Mais d’après les commentaires des chirurgiens, nous sommes là. Ils se sentent au bloc. »

Aider les patients et les médecins à visualiser la maladie

Le vice-président principal Eli Moshe dit à ISRAEL21c que le théâtre chirurgical est un système en trois parties.

La première partie est une visionneuse de RV de précision qui transforme les scans 2D noir et blanc conventionnels des patients (comme les images CT et IRM) en un modèle 3D interactif pour aider les patients et leurs familles à mieux comprendre la maladie et comment elle sera traitée.

« Ils ne peuvent rien comprendre en regardant un scan ; il faut de la formation pour cela. Dans notre système, les patients peuvent vraiment voir la pathologie dans leur cerveau « , dit Moshe.

La deuxième partie est le Surgical Planner (SRP), qui traite les fichiers d’images 2D en reconstructions VR spécifiques au patient pour aider les neurochirurgiens à planifier l’intervention.

A l’aide d’un casque VR, les chirurgiens peuvent « voler » à travers la reconstruction numérique, étudier les zones à problèmes sous tous les angles et développer une approche chirurgicale personnalisée.

La troisième partie de la plate-forme est la SNAP (Surgical Navigation Advanced Platform), qui intègre le plan chirurgical VR spécifique au patient dans le système de navigation chirurgical existant dans la salle d’opération.

L’imagerie détaillée rendue possible par le SNAP pourrait mener à des interventions chirurgicales beaucoup plus précises qui pourraient protéger le cerveau et optimiser les résultats et les temps de rétablissement des patients, dit Moshe.

La compagnie a des preuves cliniques démontrant que l’utilisation du Théâtre Chirurgical a conduit à un changement dans le plan chirurgical original dans 25% des cas.

Sauver le bébé Reef

Le neurochirurgien pédiatrique Michael Levy a pratiqué des douzaines de fois avec un logiciel de théâtre chirurgical avant d’opérer un nouveau-né nommé Reef au Rady Children’s Hospital à San Diego.

Reef avait une hémorragie cérébrale due à un anévrisme avant la naissance. La mère de Reef a dit que cela lui donnait la tranquillité d’esprit de savoir que Levy « pouvait voir partout où il avait besoin de voir » grâce au système. Elle et son mari ont utilisé le Precision VR Viewer pour mieux comprendre l’état de leur bébé.

Le SRP a montré à Levy que son idée originale d’approcher l’anévrisme aurait pu être fatale.

« Pour un anévrisme aussi grand chez un enfant aussi petit, il n’y a pas de seconde chance, a-t-il dit. Le SRP « rend un cas très difficile beaucoup plus facile. »

L’opération a été un succès et Reef est un petit garçon normal et actif.

« Si je n’avais pas eu les visualisations 3D.… cela aurait pu être désastreux, » dit Levy.

Surgical Theater a récemment commencé à vendre ses produits en Israël et en Europe. La société a des bureaux dans l’Ohio, en Californie, et à Netanya, en Israël.

La réalité virtuelle ne se limite pas aux jeux et aux vidéos 360 comme le pense la majorité des gens. Ces derniers temps, cette nouvelle technologie est utilisée dans plusieurs domaines, notamment l’architecture, l’art, le voyage, la formation des employés, et la médecine. Alors, que pensez-vous de l’avenir de la VR ?


Les contenus sur les mêmes sujets :
VR et chirurgie, VR et médecine

Partagez ce moment !

Publié par Al

Abdelghafour Lammamri, 26 ans, Rédacteur Web, passionné par le monde des technologies (les smartphones et la réalité virtuelle/augmentée).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *