La RV a le potentiel de rendre les traitements de santé mentale et de dépression plus accessibles à des millions de personnes dans le monde.

Un homme portant un casque VR
Un homme portant un casque VR

Depuis la fin des années 90, les professionnels de la santé mentale utilisent la réalité virtuelle pour traiter les troubles de stress post-traumatique. Mais ces dernières années, un nombre croissant de recherches ont montré qu’il s’agissait également d’une solution prometteuse pour traiter la dépression.

Maintenant que la technologie est plus accessible et plus abordable, elle pourrait même aider les programmes de soins de santé surchargés dans le monde entier.

L’essor des traitements en réalité virtuelle

Aux États-Unis, 17,3 millions d’adultes ont souffert d’au moins un épisode dépressif majeur. Ce chiffre représente 7,1 % de tous les adultes du pays, selon l’Institut national de la santé mentale.

Le traitement de la dépression consiste généralement à freiner les émotions négatives. La RV excelle dans ce domaine car elle peut aider à distraire votre cerveau de la douleur et d’autres pensées négatives. Si vous pouvez convaincre le cerveau de se concentrer sur d’autres choses, il est plus facile de faire face à la situation.

Cependant, les programmes de réalité virtuelle ne sont pas conçus comme des traitements autonomes. Lorsqu’ils sont utilisés en parallèle avec des médicaments et d’autres exercices thérapeutiques, ils peuvent amplifier les résultats du traitement.

BehaVR est l’une des nombreuses plateformes immersives qui contribuent aux soins de santé comportementale. En utilisant la réalité virtuelle, l’informatique en Cloud (stockage en ligne) et l’apprentissage machine, elle peut créer des expériences attrayantes et personnalisées qui aident les patients à surmonter les schémas cognitifs et les comportements qui les maintiennent dans un état dépressif.

De plus, elle donne à votre équipe clinique le contrôle total de l’expérience virtuelle. Ils peuvent lancer et surveiller les expériences immersives à partir d’une application.

Une étude illustre comment la RV peut être efficace pour diffuser les pensées négatives. En manipulant des mots autocritiques dans un environnement virtuel à l’aide de contrôleurs portables, les patients peuvent apprendre à les gérer.

Exploration de nouveaux traitements de dépression dans la VR

Comme mentionné, les traitements actuels de la dépression sont principalement conçus pour freiner les sentiments négatifs, et non pour stimuler les sentiments positifs. Bien qu’il n’y ait que quelques tentatives de développement de solutions antidépressives par RV, celles qui existent actuellement donnent des résultats prometteurs. Par exemple, des activités immersives amusantes telles que le jardinage virtuel et l’interaction avec les animaux de compagnie s’avèrent réalisables et appropriées pour les milieux cliniques.

La réalité virtuelle peut également améliorer les applications cliniques non conventionnelles telles que les exercices d’incarnation. Ces exercices peuvent aider les patients à minimiser l’autocritique et les autres symptômes de la dépression.

Psious est une autre plateforme de RV qui aide les professionnels de la santé mentale dans leurs interventions thérapeutiques. Elle peut déployer une variété de scénarios immersifs pour le traitement de la dépression. De plus, elle peut mesurer avec précision les réactions physiques du patient aux exercices. Actuellement, des milliers de thérapeutes dans 60 pays l’utilisent pour traiter des patients.

Améliorer l’accès aux soins de dépression grâce à la réalité virtuelle

Dans un rapport sur la santé mentale mondiale et le développement durable, la Commission Lancet a estimé que les troubles mentaux peuvent coûter au monde 16 000 milliards de dollars d’ici 2030. En raison des besoins non satisfaits en matière de santé comportementale, il est nécessaire d’innover. La réalité virtuelle est une solution bienvenue. Si elles sont ancrées dans des techniques thérapeutiques basées sur des preuves, les solutions de RV ont un grand potentiel pour réduire l’écart de traitement en santé mentale au niveau mondial.

Grâce aux capacités d’immersion de la RV, elle est idéale pour créer des interventions évolutives de faible intensité. Les interventions en réalité virtuelle seront engageantes et moins intenses pour les patients. En outre, leur développement et leur déploiement ne nécessiteront pas beaucoup de ressources.

Peut-être qu’à l’avenir, les consommateurs ordinaires pourront accéder à ces traitements virtuels. À mesure que les casques de RV deviendront plus accessibles et abordables, ces traitements pourraient aider des millions de personnes qui n’ont pas accès à des soins de santé mentale de qualité.


Les contenus sur les mêmes sujets :
VR et médecine

Partagez ce moment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *