Selon les experts, une nouvelle formation en réalité virtuelle pour les médecins pourrait contribuer à combler la pénurie de médecins du NHS.

George est gravement malade. Assis sur le lit d’hôpital, face à son médecin, il commence à devenir pâle et moite. Sa respiration devient laborieuse et son rythme cardiaque ralentit. Le temps presse. Le médecin doit diagnostiquer George, sinon son état pourrait se détériorer rapidement. Dans le pire des cas, il pourrait mourir.

Justin Barad est un chirurgien qui a fondé une société de RV pour l'enseignement médical. Photographe : Andrea LaBarge Mills/OSSO VR.
Justin Barad est un chirurgien qui a fondé une société de RV pour l’enseignement médical.
Photographe : Andrea LaBarge Mills/OSSO VR.

Heureusement, si cela se produit, les étudiants médecins qui le soignent redémarrent le logiciel qu’ils utilisent et réessayent.

George est la création du logiciel de réalité virtuelle (RV) du fournisseur Oxford Medical Simulation (OMS). Il a été conçu par une équipe de spécialistes de l’intelligence artificielle pour ressembler à un vrai patient. Les étudiants peuvent entrer dans sa chambre d’hôpital en tirant sur un casque de RV, et scanner son moniteur cardiaque ou atteindre des stéthoscopes et des seringues en tournant la tête.

Les étudiants peuvent imiter tout ce que ferait un médecin en exercice : ils peuvent prendre les antécédents médicaux de George ou vérifier sa température, écouter sa poitrine en faisant glisser le diaphragme métallique du stéthoscope le long de son dos alors qu’il se penche vers l’avant dans son lit, ou encore lui faire passer une lampe de poche dans la gorge, ce qui est anatomiquement précis.

Depuis son lancement en 2017, l’OMS a constitué une vaste bibliothèque de scénarios qui permettent aux étudiants médecins de tester leurs capacités sur tous les sujets, de la septicémie aux infections de la vessie, en passant par les accidents vasculaires cérébraux, les insuffisances cardiaques ou les urgences diabétiques.

Cela peut sembler être un gadget technologique, mais ce logiciel a le potentiel d’améliorer la formation médicale. « Ce que nous apprenons à l’école de médecine ne vous prépare pas nécessairement au monde réel », déclare Jack Pottle, co-fondateur de l’OMS et ancien médecin du NHS. « Les gens font des erreurs dans le monde entier qui ont un impact sur la vie des patients alors qu’ils auraient pu être enseignés d’une manière meilleure et plus pratique. La réalité virtuelle vous donne une expérience clinique sur demande ».

Selon Sally Shiels, chargée de formation médicale à l’université d’Oxford, les médecins stagiaires doivent actuellement attendre que le bon patient se fasse soigner dans un hôpital universitaire, puis consentir à ce que les étudiants tirent des enseignements de leur cas. « La réalité virtuelle donne aux étudiants l’accès à un grand nombre de patients virtuels d’une manière qui n’existe pas pour le moment ».

Le concept d’apprentissage par la simulation n’est pas nouveau en médecine. Mais avant la RV, les étudiants en médecine devaient travailler avec des mannequins très sophistiqués ou des cadavres donnés. Ils sont coûteux à mettre en place, complexes et limités dans le nombre d’étudiants qu’ils peuvent atteindre. Avec la RV, d’énormes groupes d’étudiants peuvent répéter des scénarios encore et encore.

La RV peut compenser les ressources limitées du NHS, explique Omar Sabri, chirurgien consultant en traumatologie et orthopédie au St George’s Healthcare NHS Trust, qui a également testé la RV avec des stagiaires. Les stagiaires sont capables de se préparer aux procédures sans l’aide de consultants très occupés, ce qui leur donne beaucoup plus de temps pour pratiquer avant de passer à un vrai patient. Par conséquent, « cela réduit les erreurs chirurgicales et raccourcit la courbe d’apprentissage pour les stagiaires ».

Selon Justin Barad, chirurgien orthopédiste et fondateur de l’Osso VR, la technologie peut également être bénéfique pour les chirurgiens qualifiés, dont on attend de plus en plus qu’ils maîtrisent une liste de procédures toujours plus longue. Dans le passé, Justin Barad dit qu’il se retirait de la salle d’opération et qu’il cherchait rapidement sur Google une procédure ou regardait les instructions sur YouTube pour se tenir au courant.

Avec le logiciel Osso VR, les chirurgiens peuvent utiliser un casque Oculus Quest et entrer dans une salle d’opération virtuelle qui a été minutieusement rendue par une équipe de sept illustrateurs médicaux (dont un directeur artistique qui a déjà travaillé sur des films de la Guerre des étoiles).

« Vous avez le son des machines d’anesthésie derrière vous, vous avez le pouls du patient qui bip en arrière-plan, c’est familier jusque dans les moindres détails », explique Michael Seem, chirurgien résident à Wake Forest Baptist Health, un hôpital universitaire de Caroline du Nord.

En plus d’être moins chers et plus accessibles, il est prouvé que les scénarios de RV sont des outils pédagogiques efficaces. Une étude réalisée en 2019 par le Centre de simulation, d’enseignement et de recherche de l’Université d’Oxford, où le logiciel OMS est utilisé, a montré qu’ils étaient équivalents ou supérieurs aux méthodes d’enseignement classiques. Invités à traiter Emma, une patiente virtuelle avec un abcès suintant sur sa jambe, des étudiants en médecine de quatrième année ont décrit la RV comme étant « beaucoup plus captivante » que les méthodes d’enseignement classiques. Sa simulation de « l’urgence du monde réel » signifiait qu’ils ressentaient « un véritable sens du devoir envers ce patient », explique Sally Shiels, anesthésiste et professeur à l’université.

Mark Taubert, médecin et maître de conférences en médecine palliative à l’université de Cardiff, était tellement intrigué par l’idée qu’il a créé son propre contenu de RV. En 2017, il a acheté sixcasques VR et une caméra VR à 360 degrés. Il se souvient de ses premiers problèmes de dentition, notamment une mauvaise qualité d’image et une poupée de réanimation mal placée qui s’est retrouvée dans la prise de vue. « Nous avons rapidement eu des étudiants qui posaient des questions sur le cadavre dans le coin », dit-il.

Néanmoins, les réactions des étudiants ont été extrêmement positives. « On entend toujours parler de l’amélioration des soins de santé grâce aux progrès technologiques, mais on ne pense jamais vraiment à leur mise en œuvre dans l’enseignement médical », déclare Ahsan Abdulla, étudiant en quatrième année de médecine à l’université. En tirant sur le casque, Abdulla a été transporté dans une petite pièce faiblement éclairée où Taubert faisait une présentation PowerPoint sur les nausées en soins palliatifs. « C’était en fait une expérience assez surréaliste », dit-il. « Je pouvais regarder tout autour de la salle, y compris les autres étudiants en médecine qui avaient assisté à la présentation.

Taubert a des projets ambitieux pour cette technologie. « Les étudiants en médecine sont souvent sous-exposés aux réalités d’une famille effrayée ou même en colère, qui a le sentiment que le système les a laissés tomber », dit-il. « Comment tester ses limites en toute sécurité, sans causer de dommages par l’exposition via l’enseignement au chevet du patient ? »

M. Pottle pense que ce n’est qu’une question de temps avant que la RV soit largement déployée dans l’enseignement médical. « Il y a toujours une crainte de faire de nouvelles choses en médecine, et en particulier dans l’enseignement médical, parce que nous sommes intrinsèquement réticents au risque. Mais quand les gens l’essaient dans la pratique, cela commence à disparaître ; ils voient très vite comment cela s’intègre dans ce qu’ils font. Il s’agit d’enseigner aux gens comment améliorer les soins et comment sauver des vies ».


Les contenus sur les mêmes sujets :
VR et médecine, VR formation

Partagez ce moment !

Publié par Al

Abdelghafour Lammamri, 26 ans, Rédacteur Web, passionné par le monde des technologies (les smartphones et la réalité virtuelle/augmentée).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *