La réalité virtuelle peut être une expérience très immersive, mais toucher un objet dans le monde virtuel n’équivaut pas tout à fait à un contact physique auquel on pourrait s’attendre dans la vie réelle. Les scientifiques de l’EPFL et de l’EPF Zurich sont en train de développer des gants VR minces et légers.

Baptisé Dextres, le gant pèse moins de 8 grammes par doigt et permet un retour haptique dans une liberté de mouvement “inégalée” lorsque vous touchez des objets dans le monde virtuel. Le gant a également une épaisseur de 2 mm et il est actuellement alimenté par un mince câble électrique. Cependant, le système fonctionne à basse tension et les scientifiques qui développent le projet s’efforcent plutôt d’utiliser une très petite batterie.

Conçu en nylon, le gant a des bandes fines élastiques et métalliques sur les doigts. Ces bandes sont séparées par un mince isolant qui peut réagir à chaque contact avec un objet virtuel. Dans le cadre de la réaction, un contrôleur embarqué applique un choc sur les bandes métalliques, ce qui les force à se coller les unes aux autres. Cela, à son tour, crée une force de freinage qui bloque ensuite le mouvement des doigts, signalant qu’un objet virtuel est maintenu. Une fois que l’objet virtuel est relâché, la tension est à nouveau supprimée pour permettre à nouveau les mouvements.

“Le système sensoriel humain est très développé et très complexe. Nous avons de nombreux types de récepteurs à très haute densité dans les articulations de nos doigts et ils sont intégrés dans la peau. En conséquence, le rendu réaliste des retours lors de l’interaction avec des objets virtuels est un problème très exigeant et il n’est toujours pas résolu. Notre travail va un pas dans cette direction, nous nous concentrons particulièrement sur le retour d’information du kinesthésique”, a déclaré Otmar Hilliges, responsable du laboratoire de technologies interactives avancées à l’ETH Zurich.

Le gant Dextres est différent des gants VR actuels car il n’a pas un exosquelette encombrant, des pompes ou des câbles épais. C’est un pas dans la bonne direction et les chercheurs cherchent toujours à développer le gant et à l’apporter dans d’autres parties du corps à l’aide d’un tissu conducteur. Bien que ce n’est qu’un concept pour l’instant, la technologie semble être prometteuse pour les joueurs et le domaine de la réalité augmentée. Cela pourrait même être une chose que la NASA peut utiliser pour ses formations.


Les contenus sur les mêmes sujets :
Gants VR

Partagez ce moment !

Publié par Al

Abdelghafour Lammamri, 26 ans, Rédacteur Web, passionné par le monde des technologie (les smartphones et la réalité virtuelle/augmentée).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *