La réalité virtuelle n’est pas seulement un outil utilisé pour regarder des vidéos en 360° ou pour jouer à des jeux en VR, elle peut également être utilisée dans différents domaines et notamment la médecine, on a déjà vu qu’elle est utilisée dans certains hôpitaux. Cette fois des chercheurs l’ont utilisé pour supprimer les phobies des hauteurs.

Photo d'un homme qui porte un casque VR dans la forêt
réalité virtuelle

Une étude révèle que la confrontation des phobies en réalité virtuelle avec la thérapie par avatar aide les gens à surmonter la peur des hauteurs.

Selon une nouvelle étude, une thérapie psychologique dans laquelle les gens confronteront leurs peurs dans la réalité virtuelle pourrait jouer un grand rôle dans la lutte contre les phobies et d’autres problèmes de santé mentale.

L’acrophobie, ou peur des hauteurs, est la phobie la plus fréquemment rapportée, affectant une personne sur cinq au cours de sa vie, avec une personne sur 20 diagnostiquée cliniquement.

Dans une étude, décrite dans un article publié dans la revue The Lancet, des chercheurs de l’Université d’Oxford ont ramené 100 volontaires qui avaient une crainte de hauteurs cliniquement diagnostiquée, mais aucun d’eux n’avait reçu un traitement pour cette phobie.

Les chercheurs ont divisé les volontaires en deux groupes : 51 ont servi de contrôle et ils n’ont subi aucun traitement, tandis que les autres ont subi un « traitement de réalité virtuelle (VR) de deux semaines », selon Futurism.

Pendant la thérapie VR, un coach avatar a réalisé une évaluation du sujet, avant de les guider autour d’un bâtiment virtuel de dix étages et de leur demander d’effectuer des activités telles que sauver un chat d’une branche et explorer les pensées derrière leurs peurs. A rapporté The Guardian.

Ce sujet a marqué l’ampleur de leur peur des hauteurs avec des scores dans une série de questionnaires au début d’étude. La période de thérapie a durée deux semaines.

Les chercheurs ont constaté que tous les participants du groupe VR ont montré une réduction de la peur, qui a diminué de 68% en moyenne. Les scientifiques pensent que ce traitement pourrait être utile afin de traiter plusieurs problèmes de santé mentale.

« Les résultats obtenus sont meilleurs que ce qu’on avait prévoyait, c’est une intervention psychologique livrés face à face avec un thérapeute », indique une déclaration sur le site du Département de psychiatrie d’Oxford.

Le professeur de psychologie clinique et premier auteur de la recherche, Daniel Freeman, a déclaré que si la peur des hauteurs est le type de phobie le plus répandu, « Nous sommes au courant que beaucoup de gens ne reçoivent pas de traitement, même si cela affecte beaucoup de monde « .

Partagez ce moment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *