Surnommé Varjo VR-1, ce casque VR d’entreprise a été lancé en février 2019 dans 34 pays, et il désormais disponible en France en juillet. Il coûte environ 7000 € avec son logiciel et sa garantie qui est obligatoire pour la première année. De toute évidence, le VR-1 est destiné à un usage commercial. Mais le VR-1 fournit-il une qualité d’image ultra supérieure si on le compare avec les autres casques VR grand public ? C’est vraiment le cas.

L’écran principal de l’unité, ce que Varjo appelle « l’écran contextuel », est de la même résolution que le Vive Pro et l’Oculus Quest, 1440×1600 par œil. Le centre de l’écran principal est recouvert par un micro-écran dont la résolution est x20, 3 000 pixels par pouce ou 60 pixels par degré. L’entreprise appelle cette combinaison d’écrans Bionic Display.

« Si vous pouvez voir une chose de la même façon qu’elle apparaîtrait dans la vie réelle, vous pouvez faire confiance à ce que vous voyez « , a déclaré Urho Konttori, co-fondateur et chef de produit chez Varjo. « Vous pouvez garder votre processus de conception virtuel. Il doit parvenir à cette résolution centrale, où vous pouvez commencer à faire les choses différemment. »

Dans le salon de la démo Varjo, construit avec le logiciel Unity, on se retrouve dans une maison plus moderne. Les lignes sont finement détaillées. Les textures qui vous entourent semblent plus réelles. Dans ce que Varjo appelle « Human-Eye Resolutions », le tapis ressemble à un tapis, un vase ressemble à de la porcelaine, et une carte sur un mur est une véritable carte que vous pouvez utiliser. Ce casque fonctionne également avec Unreal et AutoCAD

Une autre démo, un simulateur de vol, avait un cockpit détaillé avec des écrans contenant des informations utilisables. On aurait dit de vrais écrans d’ordinateur. Une telle résolution signifie tout pour la viabilité des postes de travail virtuels où un utilisateur a une douzaine de moniteurs virtuels qui flottent autour de lui.

casque VR professionnel Varjo VR-1
Varjo VR-1
Avantages
  • Résolution la plus haute au monde
  • Traqueur de position le plus précis
  • Bonne ergonomie

Écran

L’écran contextuel est un AMOLED qui fonctionne à 90 Hz, l’écran de mise au point est un OLED de 60 Hz. L’immobilier de la Focus est plus grand par rapport au prototype de 2017. Horizontalement, c’est un tiers de la largeur, et verticalement, un cinquième de la hauteur. La transition entre les deux écrans a également été améliorée, l’image étant presque homogène en termes d’alignement et de couleur.

La forme de l’écran contextuel, qui est assez circulaire et n’a qu’un FoV de 87 degrés, en raison d’un écran de 3,5 pouces, est remarquable dans l’image. Cela semblait peu restrictif, mais permet aussi de garder les yeux concentrés au centre, au niveau de l’écran de mise au point de 0,7 pouce. Comme l’écran est plus petit, le PPD de l’écran contextuel est supérieur au Vive Pro, 16 PPD vs. 14 PPD, car ils ont la même résolution.

Ce casque RV comporte des lentilles soigneusement usinées qui sont plus grandes que celles de Rift et qui ne sont pas de Fresnel. Avec sa taille, le sweet-spot de l’image VR est très grand. De plus, avec des revêtements hautement réfringents sur les lentilles en polymère, il n’y a pas de reflets détectables, d’aberrations de couleur, de rayons divins, etc. Cela rend l’image que vous ressentez d’autant plus viscérale. L’entreprise passe 20 minutes à ajuster chaque unité, la calibrant parfaitement en utilisant des centaines de mégaoctets de données pour réduire davantage la distorsion optique et l’aberration des couleurs.

Bien sûr, tous les détails que vous découvrez sur l’écran de mise au point ont un coût. Les démos auxquelles on a participé ont été réalisées sur un RTX 2080TI et on a pu constater que le taux de rafraîchissement souffrait encore à certains moments, comme dans celui utilisé pour la conception des voitures. Mais la voiture avait l’air presque photo-réelle. De fines textures qui créaient des motifs moirés sur les bords de l’écran, étaient nettes et parfaites au centre. Bien sûr, les clients d’entreprise auraient des stations de travail plus puissantes, ou même des fermes de rendu qui n’auraient pas ce problème de fréquence d’images.

« Pour les concepteurs de voitures, c’est maintenant la vraie affaire, » dit Konttori. « Ils peuvent déplacer une grande partie de leur processus de conception pour rester purement virtuel au lieu d’avoir à faire des maquettes physiques. Parce que maintenant tout peut être répliqué à l’intérieur de la réalité virtuel. On peut voir exactement ce qu’on voit dans le monde réel. »

Démonstrations

D’autres démonstrations ont été bien déroulées. Il y avait deux endroits construits avec la photogrammétrie, et avec les résolutions extrêmes, ils avaient vraiment l’air d’une vraie photo. L’atelier d’un artiste a été capturé en deux heures seulement. On pouvait voir les marques de pression dans les sculptures d’argile, remarquer les dommages et la saleté sur les tables. Les objets étaient parfaitement représentés.

Une autre démo avait un tableau de lettres d’un optométriste à distance. L’écran de mise au point m’a permis de lire toutes les lignes du graphique.

Le casque est également doté d’un logiciel propriétaire de suivi oculaire, bien qu’il ne soit actuellement utilisé que pour l’interactivité logicielle. La démo pour le suivi oculaire, où vous vous tenez à l’intérieur d’une tour de contrôle de l’aéroport, a été efficace. Un réticule circulaire se déplaçait autour de l’écran, s’adaptant fluidement à la vue. On peut simplement regarder les avions pour voir leur trajectoire, ou examiner les moniteurs pour voir les données qui y sont présentées.

Suivi de position

« C’est le traceur oculaire le plus précis au monde, » a déclaré Konttori. « Il est précis à un sous-degré près. Un degré qui correspond à peu près à la taille de l’ongle de votre index à la longueur d’un bras. »

Bien que le suivi oculaire soit très précis, il a aussi ses défauts. Durant le test, le logiciel de suivi avait des problèmes avec mes lunettes, alors j’ai dû l’utiliser sans les porter.

Un autre avantage du VR-1 qui suit les deux yeux est l’ajustement automatique de l’IPD, similaire au casque VRgineers XTAL. Vos pupilles sont détectées et un moteur ajuste les lentilles. Aucun autre étalonnage physique n’a été nécessaire, la convergence visuelle étant correcte et réduisant apparemment la fatigue oculaire qu’on a habituellement après une longue séance de RV.

Design

Comme pour les autres aspects du VR-1, l’ergonomie est bonne. Bien qu’il soit un peu lourd car il pèse 905g, presque le double des 470g du Rift, il ne m’a pas dérangé durant la courte période de démonstration. Avec une sangle de tête pivotante, une sangle supérieure à serrer d’une manière similaire à celle du Rift, et un cadran à l’arrière de la tête pour la serrer, mon niveau de confort souhaité a été facilement obtenu une fois que le cadran a rendu la sangle du casque ferme.

L’espace à l’intérieur du casque était suffisant, avec suffisamment d’espace pour que je puisse porter mes lunettes de vue. Le flux d’air actif a fonctionné, de sorte que même après 45 minutes d’utilisation, mon visage n’était pas chaud et il n’y avait même pas la moindre trace de buée. L’avant de l’oreillette, qui s’élargit, est assez large, mais la finition miroir de la plaque frontale lui confère un look unique.

Audio et connectivités

Il n’y a pas d’audio intégré, le fabricant a choisi de laisser le choix aux utilisateurs, ils peuvent utiliser les écouteurs qu’ils préfèrent. Avec un câble de 10 mètres qui vous relie à un PC, vous pouvez vous déplacer facilement dans une pièce. Le Varjo VR-1 utilise SteamVR et son tracking 2.0, vous pouvez donc vous déplacer autant que vous le souhaitez. Il y a deux boutons sur le dessus de l’appareil, un bouton Menu et un bouton Action, de sorte que certains logiciels seront utilisables sans les Vive Wands ou autres contrôleurs manuels pour Steam.

Comme nous l’avons déjà dit, Varjo s’adresse principalement aux utilisateurs d’entreprise. Cela signifie la modélisation de l’architecture, les conceptions virtuelles, les simulations pour la formation des travailleurs, etc. Parmi les partenaires déjà annoncés : on a les constructeurs automobiles comme Audi, Saab, Volvo et Volkswagen, le constructeur d’avions Airbus, l’entreprise de construction Sellen, le cabinet d’architecture Foster & Partners et le développeur de simulation militaire Bohemia Interactive. Certaines des simulations haut de gamme que les grandes entreprises ou les militaires utilisent peuvent coûter des millions d’euros ; Varjo cherche clairement à exploiter ce marché de la formation avec un produit qui représente une fraction du coût.

« En étendant cela à la formation, le suivi visuel est un outil très intéressant car le formateur peut voir ce que les stagiaires regardent », a déclaré Konttori. « Vous pouvez maintenant voir des analyses intéressantes sur les performances des stagiaires. »

Un prosommateur riche peut l’acheter sur varjo.com, mais il doit avoir un Business ID et savoir que le contenu du SteamVR n’est pas encore totalement compatible. Toute personne qui commande recevra immédiatement une date d’expédition. Et l’entreprise a déclaré qu’elle expédie suffisamment de produits pour que, même si la demande est élevée, les clients devront attendre des semaines, et non des mois, avant la livraison.

Partagez ce moment !