L’équipe de Niall Campion à la VRAI utilise déjà la réalité virtuelle pour se connecter à distance et elle pense que cette technologie pourrait transformer notre façon de travailler au cours de notre vie.

Collaborer en réalité virtuelle
Collaborer en réalité virtuelle à distance

L’une des choses les plus difficiles que les entreprises aient eu à affronter en travaillant à distance est le maintien des connexions entre les membres de l’équipe. Il s’agit notamment de connexions de communication pratiques, mais aussi de connexions plus émotionnelles. Selon Niall Campion, la technologie de la réalité virtuelle (RV) peut aider.

Niall Campion est co-fondateur et directeur de VRAI, une société de simulation basée à Dublin qui permet aux entreprises de s’entraîner à distance grâce à la réalité virtuelle. Campion partage ici sa propre expérience de la RV et souligne les compétences nécessaires pour adopter cette technologie.

« Nous misons sur le fait que la RV fera de plus en plus partie du lieu de travail de l’avenir ». NIALL CAMPION.

Pourquoi les connexions émotionnelles sont-elles importantes sur le lieu de travail ?

« Je pense immédiatement à un projet que nous avons fait en Somalie. Nous avons été chargés par le Service de l’action antimines des Nations Unies de créer une expérience qui a permis à la partie civile de l’ONU à Mogadiscio de comprendre le travail difficile que fait la partie militaire. Fondamentalement, ils risquent leur vie tous les jours en identifiant et en désarmant des engins explosifs improvisés. »

« Les civils, lorsqu’ils se trouvent dans une zone de guerre, sont pour la plupart en sécurité dans leur enceinte sécurisée. Nous avons fait une expérience de RV de ce que c’est à l’extérieur de ce complexe, puis nous avons montré cela aux civils qui travaillent à l’intérieur. Une femme a enlevé son casque et semblait très émue par tout cela. Je lui ai demandé comment elle se sentait et elle a répondu : « Maintenant, je vois ce que font mes collègues ». Elle était la psychologue du camp et son travail consistait à conseiller les soldats souffrant de stress post-traumatique. Grâce à la RV, elle avait maintenant une bonne compréhension de ce que faisaient ses collègues et pouvait s’identifier à eux sur un plan plus émotionnel. »

« Je suppose que pour moi, se préoccuper de ce que fait l’équipe et faire en sorte que l’équipe se soucie des autres donne toujours de meilleurs résultats. La responsabilité mutuelle est l’une des valeurs auxquelles nous aspirons au sein de la VRAI, mais cela n’est possible que lorsque des liens émotionnels existent entre l’équipe. »

Quels sont les défis à relever pour créer et maintenir ces liens lorsque l’on travaille à distance ?

« Comme je suis sûr que tout le monde en a fait l’expérience, les conversations informelles au bureau, à la première heure du matin ou pendant le déjeuner, m’ont manqué. Nous avions l’habitude de faire « Beat Saber and Beers » tous les vendredis après-midi au bureau avant le confinement. C’était une excellente occasion pour les gens de se réunir après une dure semaine de travail et de socialiser dans une atmosphère plus détendue. »

« Nous faisons toujours un appel hebdomadaire pour toute l’équipe le vendredi, mais ils peuvent devenir un peu lourds ou gênants. Souvent, les gens ne se sentent pas à l’aise pour parler devant l’ensemble du groupe et il est difficile d’avoir des conversations informelles ou intimes lors d’appels vidéo. Une grande partie de nos contacts se font par le biais du langage corporel. On peut généralement dire si quelqu’un passe une bonne ou une mauvaise journée d’après la façon dont il passe la porte le matin ou après le déjeuner. C’est beaucoup plus difficile avec un appel vidéo ou via une fenêtre de discussion. »

Quel rôle la RV et la RA peuvent-elles jouer dans ce contexte ?

« Une des choses que nous avons commencé à faire après notre appel du vendredi, c’est que nous mettions tous nos casques de RV et, quelle que soit la partie du pays où nous nous trouvions, nous pouvions nous rencontrer virtuellement. Nous avons utilisé un jeu appelé Rec Room qui permet à plusieurs utilisateurs de se rencontrer dans un espace privé et pré-affecté et de jouer ensemble à des jeux simples comme le paintball ou le dodgeball. »

Jeu VR Rec Room
Photo du jeu VR Rec Room

Les casques VR sont équipés de microphones et ils suivent vos mains et votre tête, ce qui vous permet de vous faire une idée de la personne avant même qu’elle ne parle. Il était intéressant de voir que vous pouviez généralement dire quelle personne était dans la pièce.

Les personnes pouvaient se brancher et jouer à leurs propres mini-jeux ou simplement discuter ensemble, ce qui rendait la conversation beaucoup plus intime qu’un appel vidéo.

« Une autre activité clé pour nous est la rencontre et la présentation aux clients. C’est évidemment difficile dans notre nouvelle réalité. Nous avons réalisé un projet pour un client qui voulait faire un grand discours pour un client potentiel. En utilisant un espace de réunion RV standard, nous lui avons aménagé une salle de marque avec un écran massif dans laquelle il pouvait faire sa présentation. »

« Ils ont expédié des casques de RV à leurs clients qui ont pu les mettre et les rejoindre dans l’espace de présentation virtuel. L’effet global a très bien fonctionné et a permis, une fois de plus, d’avoir des conversations en tête-à-tête après la présentation principale, ce qui a été très utile. Je trouve incroyable la quantité d’outils disponibles sur le marché, une fois que l’on sait où chercher. »

Une utilisation accrue de la RV sur le lieu de travail sera-t-elle possible au cours de notre vie, pensez-vous ?

« Nous misons sur le fait que la RV fera de plus en plus partie du lieu de travail de l’avenir. On ne sait pas encore dans quelle mesure, mais nous pensons que la pandémie Covid-19 va accélérer la transition, c’est pourquoi nous venons de clôturer un cycle d’investissement de suivi au cours de l’été. »

« Par nécessité, les entreprises ont dû s’adapter à de nouvelles méthodes de travail et de formation. Alors qu’auparavant, il était possible d’entasser des dizaines de personnes dans une salle de classe pour assister à des conférences de formation traditionnelles, il faut maintenant les éloigner socialement. La RV résout ce problème et donne également aux stagiaires la possibilité de mettre en pratique les compétences acquises dans un environnement crédible et immersif. »

« Pensez à n’importe quel emploi qui implique un apprentissage où l’apprentissage est dispensé sur le lieu de travail, à proximité des autres. Comment faire maintenant ? Nous dirions que la RV est la solution idéale. »

« Pour revenir à la question, cependant, je pense que nous le verrons sur les lieux de travail au cours de notre vie, c’est certain. Comme toute technologie, même si certains adeptes précoces l’adopteront et le font déjà, je pense qu’il faudra probablement plus de temps que ce que les gens prédisent pour qu’elle soit vraiment généralisée et aussi omniprésente que l’ordinateur personnel ou le smartphone. »

De quelles compétences les gens ont-ils besoin pour intégrer la RV et la RA sur leur lieu de travail ?

« Honnêtement, cela dépend du projet. Je suggérerais qu’à un niveau de base, une capacité à identifier un problème qui doit être résolu et les moyens de commander un pilote pour voir si la technologie peut résoudre ce problème. »

« À bien des égards, la technologie elle-même est très accessible. Le casque de RV leader sur le marché est actuellement à environ 450 euros et le logiciel permettant de créer des expériences de RV est généralement accessible gratuitement. Ainsi, les moyens de production sont théoriquement ouverts à tous. »

« J’ai fait mes études dans les industries créatives. J’ai travaillé dans le cinéma, la télévision et l’animation pendant 15 ans, donc je dirais toujours qu’il est logique de faire appel à des experts qui savent ce qu’ils font. La résolution de la caméra vidéo sur la plupart des téléphones portables est aujourd’hui meilleure que celle de beaucoup de caméras vidéo professionnelles d’il y a seulement cinq ans. Cela ne veut pas dire que tous ceux qui ont un téléphone vont participer à la prochaine Star Wars ou au prochain Titanic. »

« Donc, en termes de compétences, je pense que la volonté d’essayer de nouvelles choses, la bravoure ou l’intrépidité qu’elles ne réussissent pas toujours et la flexibilité d’adapter le projet au fur et à mesure de son déroulement seraient pour moi les compétences clés que possèdent tous les meilleurs clients avec lesquels nous avons travaillé. »

Site officiel de VRAI ici.


Les contenus sur les mêmes sujets :
collaboration VR, COVID-19

Partagez ce moment !

Publié par Al

Abdelghafour Lammamri, 26 ans, Rédacteur Web, passionné par le monde des technologies (les smartphones et la réalité virtuelle/augmentée).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *