Meta a présenté en avant-première l’un de ses premiers vêtements VR, il s’agit d’un gant. Après sept ans de travail, cette technologie a fait du chemin mais est loin d’être terminée.

Le nouveau gant de Meta pourrait permettre la sensation du toucher dans la VR
Le nouveau gant de Meta pourrait permettre la sensation du toucher dans la VR

Dans le roman Ready Player One d’Ernest Cline, qui est devenu un film, le protagoniste s’échappe dans un royaume en ligne appelé OASIS. L’instrument de l’expérience OASIS est sa combinaison haptique (liée au sens du toucher), qui lui permet de se déplacer et d’interagir avec le monde virtuel avec son corps. Il peut même activer des sensations tactiles pour ressentir chaque coup de poing. 

Bien qu’aucune technologie de ce type ne soit encore disponible dans le commerce, la plateforme Meta, anciennement connue sous le nom de Facebook, en est aux premiers stades de la création de gants haptiques pour amener le monde virtuel au bout de nos doigts. Ces gants sont en chantier depuis sept ans, a récemment déclaré l’entreprise, et il en reste encore quelques-uns.

Ces gants permettent au porteur non seulement d’interagir avec le monde virtuel et de le contrôler, mais aussi d’en faire l’expérience d’une manière similaire à celle du monde physique. Le porteur utiliserait les gants en tandem avec un casque pour la RA ou la RV. Une vidéo publiée par Meta dans un blog montre deux utilisateurs en train de faire un combat de pouces à distance. Dans leur casque de RV, ils voient une paire de mains désincarnées reflétant les mouvements de leurs propres mains. Dans leurs gants, ils ressentent chaque pression et chaque mouvement de la main de leur partenaire – du moins, c’est l’idée. 

« Nous utilisons nos mains pour communiquer avec les autres, pour apprendre à connaître le monde et pour y agir », a déclaré Sean Keller, directeur de recherche du Meta Reality Lab, sur le blog de l’entreprise. « Nous pouvons tirer parti de toute une vie d’apprentissage moteur si nous parvenons à introduire la présence totale de la main dans la RA et la RV. »

Pour l’instant, la portée haptique de Meta dépasse sa capacité d’action, mais l’entreprise s’efforce de combler cet écart. La vision de Meta est de créer des gants personnalisables, confortables et légers qui transmettent toutes les informations tactiles auxquelles nous sommes habitués, comme la pression, la texture et le poids. Le gant suivrait le mouvement de la main avec précision et exactitude, et serait également capable de relayer des informations virtuelles au porteur, par exemple lorsque le gant rencontre une surface ou un objet virtuel.

Les technologies existantes de robotique douce et de microfluidique, telles que celles utilisées dans les prothèses de membres, ont aidé les développeurs à jeter les bases du gant. Le prototype, qui ressemble pour l’instant à un équipement de sport d’hiver ou de métallurgie très résistant avec quelques fils, est recouvert de centaines de petits moteurs appelés actionneurs. Les actionneurs sont responsables de l’évolution constante des sensations relayées du monde virtuel au monde réel de la main du porteur. L’équipe de développement a utilisé des actionneurs pneumatiques et électroactifs, qui utilisent respectivement la pression de l’air pour créer une force, et changent de taille et de forme en réponse à un champ électrique. Un gant peut contenir beaucoup plus de ces actionneurs pneumatiques qu’un actionneur mécanique traditionnel.

Un processeur microfluidique à haute vitesse sera à la tête du projet. Cette minuscule puce informatique dictera le flux d’air qui fait bouger les actionneurs, indiquant aux valves du gant quand s’ouvrir et se fermer, et dans quelle mesure. Dans une vision raffinée des gants, les mouvements de l’utilisateur seront parfaitement synchronisés avec ce qu’il ressent. S’il appuie sa main sur une surface virtuelle, le processeur activera les actionneurs pour communiquer la rigidité de cette surface. Nous sommes encore loin des gants haptiques, sans parler d’une combinaison corporelle complète, mais Meta semble confiant que ce prototype est un début prometteur.

Dans le cadre de son objectif ultime visant à ancrer un monde virtuel dans la réalité, Meta travaille également à la mise au point de lunettes à capacité de perception automatique et d’un dispositif portable au poignet. Les lunettes permettraient au porteur de naviguer dans le monde physique tout en répondant à des besoins distants et virtuels, comme commander un café ou examiner des feuilles de calcul. Le dispositif portable ne fonctionne pas comme un moyen de ressentir le monde virtuel, mais comme un moyen de le parcourir et de le contrôler. Il s’agit d’une souris de nouvelle génération qui vous permet de faire des choix d’un simple mouvement du poignet.

Cependant, le projet de Meta s’est déjà heurté à quelques obstacles. La technologie naissante a fait l’objet d’une controverse lorsque la société d’haptique HaptX a tweeté mardi une déclaration affirmant que les principaux composants du prototype de Meta « semblent être substantiellement identiques » à leur technologie brevetée. Le fondateur et PDG de l’entreprise déclare qu’il cherche « un arrangement juste et équitable » qui résout ce problème tandis que Meta continue à utiliser la technologie de HaptX.


Les contenus sur les mêmes sujets :
Gants VR, Meta

Partagez ce moment !

Publié par Al

Abdelghafour Lammamri, 27 ans, Rédacteur Web, passionné par le monde des technologies (les smartphones et la réalité virtuelle/augmentée).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.