Le respect de la vie privée et le partage de données dans la RV est un problème de plus en plus important, surtout depuis que tous les nouveaux comptes Oculus doivent se connecter à Facebook avec leur véritable identité, ce qui inclut toute personne souhaitant utiliser un Quest 2.

Oculus Quest 2 photo
Oculus Quest 2 photo

Des chercheurs de l’université de Stanford ont maintenant montré qu’ils sont capables d’identifier de manière fiable des personnes après seulement une session de cinq minutes dans un casque de RV standard pour consommateurs.

Comme le rapporte MIXED (allemand), les chercheurs de Stanford ont conçu un système qui identifie les utilisateurs dans « des circonstances typiques de visualisation de RV, sans tâche d’identification spécialement conçue », indique l’équipe dans le document de recherche.

Utilisant un groupe de 511 participants, leur système serait capable d’identifier correctement 95% des utilisateurs « lorsqu’ils sont formés à moins de 5 minutes de suivi des données par personne ».

En portant un casque HTC Vive munis de deux cpntrôleurs Vive, les participants ont regardé cinq clips de 20 secondes provenant d’un ensemble aléatoire de vidéos à 360 degrés, puis ont répondu à des questionnaires en RV.

Il est à noter que les réponses aux questionnaires n’ont pas été incluses dans l’ensemble de données des chercheurs, mais ont plutôt été étudiées dans un document séparé examinant les mouvements de la tête, l’éveil, la présence, la maladie du simulateur et les préférences individuelles.

Au lieu de cela, les vidéos de RV ont été conçues pour voir comment les utilisateurs réagiraient et se déplaceraient, certaines comportant des points forts comme des animaux, et d’autres sans aucun point fort discernable comme le milieu d’une forêt.

Suivi

Quest 2 et ses contrôleurs
Quest 2 et ses contrôleurs

Les données de suivi non verbal (à la fois la tête et les mains) ont été connectées à trois algorithmes d’apprentissage machine, qui ont créé un profil de la taille, de la posture, de la vitesse de rotation de la tête, de la distance par rapport au contenu de la RV, de la position des contrôleurs au repos, et de la façon dont ils se déplacent. C’est un trésor de points de données que l’on ne pouvait pas obtenir simplement en portant un casque RV standard.

Partage de données

« Dans la politique de confidentialité d’Oculus et de HTC, fabricants de deux des casques de RV les plus populaires en 2020, les sociétés sont autorisées à partager toute donnée désidentifiée », note le document. « Si les données de suivi sont partagées selon les règles relatives aux données dépersonnalisées, alors, indépendamment de ce qui est promis en principe, en pratique, retirer son nom d’un ensemble de données n’accomplit pas grand-chose ».

Ainsi, le fait de se connecter ou non au compte d’un détenteur de plateforme peut déjà être une question assez mineure par rapport à la richesse des informations. Les entreprises pourraient exploiter ces données biométriques dépersonnalisées non seulement pour savoir qui vous êtes, mais aussi pour prévoir vos habitudes, comprendre vos vulnérabilités et créer des profils marketing destinés à attirer votre attention avec un niveau de granularité inédit.

Nous n’en sommes pas encore là, mais à mesure que le nombre de consommateurs de RV augmente, les entreprises qui cherchent à acheter des données auxquelles elles n’ont tout simplement jamais eu accès auparavant sont récompensées.

Données de suivi

« Avec l’essor de la réalité virtuelle, les données de suivi du corps n’ont jamais été aussi précises et abondantes. Il existe de nombreuses bonnes utilisations de ces données de suivi, mais elles peuvent aussi faire l’objet d’abus », conclut le document de recherche. « Ce travail suggère que les données de suivi au cours d’une expérience quotidienne de RV sont un identifiant efficace, même dans des échantillons importants. Nous encourageons la communauté des chercheurs à explorer des méthodes pour protéger les données de suivi de la RV ».

Il est vrai que 500 utilisateurs est un ensemble de données relativement petit face à ce qui pourrait bientôt être plusieurs millions d’utilisateurs de RV. Et lorsque ce nombre augmentera, il deviendra sans aucun doute plus difficile à partir des seuls points de données que les chercheurs ont pu saisir.

L’étude n’a cependant pas inclus une série d’autres technologies de RV en plein essor qui pourraient être utilisées pour remplir des profils personnels dans un avenir proche. Le suivi des yeux, le suivi optique de la bouche et les articles vestimentaires intégrés tels que les bracelets de fitness et les montres intelligentes pourraient faire partie de la prochaine étape pour remplir les 5 % restants. Toutes ces technologies sont à l’horizon de la prochaine génération de casques de RV grand public.


Les contenus sur les mêmes sujets :
Oculus Quest 2

Partagez ce moment !

Publié par Al

Abdelghafour Lammamri, 26 ans, Rédacteur Web, passionné par le monde des technologies (les smartphones et la réalité virtuelle/augmentée).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *