C’est un monde à l’envers durant cette pandémie, et cela pourrait signifier que les technologies AR/VR ont enfin fait leur voyage. Toujours à la porte de l’adoption, jamais tout à fait là. C’est ainsi que l’on décrit la RA comme rétroviseur d’entreprise depuis une demi-décennie.

Utilisation de l'HTC Vive Pro Eye
Utilisation de l’HTC Vive Pro Eye

Est-ce qu’une catastrophe mondiale et un changement sismique dans notre façon de travailler et d’interagir pourraient changer cela ?

Certaines personnes très sérieuses pensent que la réponse est oui. La réalité augmentée et la réalité virtuelle d’entreprise, qui a été saluée à plusieurs reprises comme un facteur de changement et a été déclarée morte, est indéniablement sous les feux des projecteurs. On a rencontré Munjeet Singh, vice-président senior qui dirige la pratique de l’informatique immersive de Booz Allen, pour comprendre à quel point le COVID-19 a réécrit le scénario des technologies immersives.

Comment l’expérience internationale sur le travail à domicile à laquelle nous participons tous affectera l’adoption de la VR/AR par les entreprises ? 

Munjeet Singh : L’utilisation de la réalité étendue (RV et RA) à des fins d’entreprise comme les réunions, les présentations et les conférences virtuelles est une chose que les entreprises exploraient déjà avant que cette pandémie ne se produise. Cependant, avec autant d’employés travaillant à distance, elle est maintenant considérée et utilisée bien plus comme un outil viable et nécessaire pour se connecter avec vos employés. 

Des conférences en ligne telles que le forum Educators in VR et Virtual Worlds, qui est organisé par l’Academy for Defense Intelligence, ont montré que la RX (réalité étendue) peut être utilisée avec succès pour la collaboration « face à face » en ligne. Plus les entreprises verront comment ces types de technologies peuvent être utilisés avec succès à des fins commerciales, plus elles seront susceptibles de les utiliser maintenant et potentiellement bien après cette pandémie. 

Cette expérience que nous vivons tous attirera également l’attention sur le fait que nous devons investir davantage dans les technologies RX afin d’abaisser la barrière à l’entrée du marché civil et commercial au sens large. Il s’agit d’une solution extrêmement viable pour de nombreuses entreprises, pour bien plus qu’une simple collaboration, mais actuellement, il faut encore déployer trop d’efforts pour mettre ces systèmes en place et les faire fonctionner. Pour que la radio numérique connaisse un réel succès dans le monde des entreprises, elle devra être suffisamment rentable pour être adoptée sans douleur et suffisamment facile à utiliser pour qu’une personne non spécialisée puisse l’installer, appuyer sur un bouton et savoir instantanément quoi faire.

Quels seront les premiers cas d’utilisation à connaître un grand succès ?

Munjeet Singh : La formation virtuelle a déjà été un cas d’utilisation important pour la radio ces dernières années. Nous avons vu des secteurs comme la santé, le pétrole et le gaz, les mines et la défense se tourner vers cette technologie pour leurs besoins de formation. Cette tendance peut et doit continuer à se développer avec les nouvelles exigences du travail à distance, car la formation ne reviendra pas au bureau ou en salle de classe avant un certain temps. La formation en ligne peut avoir lieu et a effectivement lieu, mais la formation par radio peut fournir un environnement plus immersif et plus ciblé pour des formations plus risquées et plus coûteuses. 

En plus de la formation, on a constaté une augmentation du nombre de clients à la recherche de Digital Twins, une réplique numérique d’un environnement physique ou d’un appareil à des fins de planification, tant pour le COVID-19 que pour d’autres besoins. En créant un Digital Twin, les organisations peuvent visualiser et cartographier les mouvements et les changements physiques avant de s’engager de manière permanente. C’est extrêmement utile lorsqu’un hôpital, par exemple, cherche à mettre à jour son flux de patients ou à déterminer s’il a la capacité d’apporter des changements pour augmenter le nombre de patients que le bâtiment peut accueillir. 

La maintenance et les aides à l’emploi sont également déjà sur le point de prendre leur envol du point de vue des cas d’utilisation. Les entreprises s’efforçant de réduire le nombre de personnes retournant au bureau ou se trouvant sur un site, les technologies immersives, comme un casque AR, permettent aux employés de s’entraider pour la maintenance à partir de différents endroits. Des entreprises comme Microsoft et RealWear orientent leurs plates-formes de RA vers cet espace parce qu’il accélère la réussite au travail et permet à un plus grand nombre de travailleurs d’assumer davantage de rôles, en fournissant des conseils à toute personne ayant besoin d’aide pour une tâche.

Les deux domaines dans lesquels on constate beaucoup d’activité autour de la RA/RA en ce moment sont la collaboration et la formation. Pour ceux qui n’ont pas encore adopté de solution AR/VR dans ces deux domaines, quels sont les principaux arguments de vente ? Que faudra-t-il pour que les entreprises sceptiques donnent une chance à la RA/RA ?

Munjeet Singh : L’un des principaux arguments de vente actuels de la technologie de la reconnaissance et de la restauration des acquis est qu’elle permet d’augmenter et non de remplacer les réunions et les appels traditionnels sur le Web par des solutions de collaboration, de réunions et de présentations virtuelles. Pour les entreprises qui sont avides de collaboration et d’interaction « face à face », la technologie immersive peut être personnalisée en fonction de leurs besoins. Après tout, l’épine dorsale de la technologie immersive est construite avec le consommateur à l’esprit, donc la convivialité et la personnalisation sont au cœur de la technologie.

En outre, la pandémie actuelle remet en question l’avenir des voyages d’affaires et de réunions, qui pourraient s’avérer beaucoup plus coûteux qu’auparavant. Avec la technologie immersive, vous payez le coût initial du matériel, mais vous avez ensuite la possibilité d’utiliser la technologie pour rencontrer vos clients et vos consommateurs à tout moment et en tout lieu, ce qui réduit la nécessité de déplacements coûteux et rapides. Cette technologie peut simplifier le coût associé à la prise de décision.

Au bout du compte, la RA/RV ne conviendra pas à tout le monde et c’est normal. Il est important pour les entreprises d’évaluer leurs besoins et de déterminer si l’immersion peut les aider à atteindre leurs objectifs. En attendant, les outils de RA/RV devront continuer à évoluer afin de convaincre les sceptiques et de supprimer les barrières à l’entrée existante. Cela peut se faire grâce à des réunions virtuelles faisant le pont avec la RA en plus de la RV pour permettre plus de flexibilité à l’utilisateur qui n’est pas prêt à être immergé à 100%. Les réunions de bureau en « RV » peuvent combler le fossé, permettant aux utilisateurs d’utiliser leur ordinateur portable ou leur navigateur pour voir un monde collaboratif en 3D sans casque. Si les entreprises peuvent ajouter des moyens permettant aux applications de collaboration RX de prendre des notes, d’intégrer du contenu et de permettre aux utilisateurs d’interagir selon leurs besoins, elles pourront réellement prendre leur envol. Par exemple, si les organisations techniques peuvent importer des modèles de systèmes complexes, tels qu’un diagramme CAO 3D d’un bâtiment ou un modèle 3D détaillé d’un véhicule, elles pourront alors examiner ce contenu en temps réel avec une plus grande fidélité que ce qui est actuellement possible via les plateformes de collaboration existantes basées sur un navigateur ou en 2D. On voit certaines plateformes incorporer le sous-titrage et la prise de notes automatisée, permettant de « voir à travers » dans le monde réel de l’utilisateur, mais si les entreprises peuvent étendre ce qui peut être tiré à travers l’environnement XR, les possibilités de collaboration seraient vraiment infinies.

En outre, il convient de se pencher sur la question de l’accessibilité. Les appareils et les applications actuels de radiologie ne sont généralement pas accessibles, ce qui signifie que les utilisateurs handicapés auront du mal à les utiliser efficacement. Des groupes comme XR Access s’efforcent de changer cela, et la mentalité dans l’ensemble du secteur doit changer pour que tous les groupes soient largement adoptés.

Quels sont les principaux secteurs de croissance pour les appareils de radiologie/réanimation qui vont sortir de la crise actuelle ? Quels sont les acteurs de ce secteur qui semblent les mieux placés pour en tirer parti ?

Munjeet Singh : Le meilleur de la technologie immersive devra développer une plateforme de réalité croisée qui puisse prendre en charge l’expérience complète de la RX en RA et RV, ainsi que les utilisateurs de bureau qui n’ont pas de casque. Le passage au travail à distance en trois dimensions peut commencer dès maintenant, même si tout le monde n’a pas de casque, car avec les perturbations de la chaîne d’approvisionnement et les casques en rupture de stock, il n’est peut-être pas réaliste pour tout le monde ou toutes les entreprises d’obtenir un casque immédiatement. 

On constate déjà un intérêt de la part du secteur des conférences pour passer au virtuel et sortir de cette pandémie qui pourrait être quelque chose que de plus en plus de conférences sont obligées d’explorer pour rester pertinentes et assurer la sécurité de leurs participants. La plupart utilisent actuellement des applications traditionnelles comme WebEx et Zoom, mais certains ont déjà commencé à essayer des environnements XR pour certaines ou pour toutes leurs sessions, ce qui ne fera que croître en popularité.

Outre les sociétés de RV/RA elles-mêmes qui sont prêtes à tirer parti du marché actuel de la distanciation sociale, les sociétés qui soutiennent la technologie de RV/RA sont également bien placées pour se développer. Par exemple, les entreprises qui fabriquent des produits et des technologies permettant de nettoyer les casques VR comme CleanBox, qui fabrique des boîtes à lumière ultraviolette permettant de nettoyer votre casque, ou VR Cover, qui vend des lingettes antibactériennes sans alcool, gagneront en popularité et en besoin si les entreprises prévoient de partager les casques de RV entre les employés. Les sociétés de haut débit et les fournisseurs de services en ligne qui prennent en charge l’infrastructure et les connexions pour la technologie de la radio et de la télévision en circuit fermé devraient également en profiter, car les entreprises s’efforcent d’intégrer une technologie plus immersive dans leurs pratiques commerciales. 


Les contenus sur les mêmes sujets :
Coronavirus, COVID-19, réalité étendue XR

Partagez ce moment !

Publié par Al

Abdelghafour Lammamri, 26 ans, Rédacteur Web, passionné par le monde des technologies (les smartphones et la réalité virtuelle/augmentée).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *