Dans le cadre de ses efforts constants pour mobiliser les partisans et les donateurs, le CICR s’est associé à l’Université de Genève (UNIGE) dans une étude sur le potentiel de la réalité virtuelle (RV) pour relier les personnes en situation de crise humanitaire à ceux qui cherchent à les aider.

Un homme qui utilise la VR
Un homme utilisant la réalité virtuelle (VR)

Alors que les crises humanitaires mondiales se multiplient, s’aggravent et se chevauchent, et que les demandes de philanthropie augmentent en raison des retombées économiques de la pandémie de coronavirus, le CICR explore de nouvelles et diverses manières d’atteindre ses sympathisants dans le monde entier.

« Nous devons diversifier les financements et nous avons besoin de dons plus importants de la part des donateurs privés », déclare Romain Zappella, spécialiste des partenariats privés et de la philanthropie au CICR. Une des réponses pourrait résider dans la RV, une technologie dans laquelle le CICR est déjà un leader humanitaire grâce à ses programmes de formation, ses simulations de combat en milieu urbain et ses recherches sur la réalité étendue (RX).

Mais ce n’est pas parce qu’une technologie existe qu’elle doit être utilisée ou qu’elle sera efficace, c’est pourquoi le CICR s’est associé au professeur de philanthropie comportementale de l’UNIGE, Giuseppe Ugazio, pour mieux comprendre le potentiel unique de la RV comme outil de collecte de fonds.

Combler le fossé de l’empathie

« Nous nous efforçons de générer et de traduire en philanthropie les connaissances des sciences du comportement », explique Ugazio, qui fait partie de l’Institut de recherche financière de l’UNIGE, spécialisé en psychologie morale et en neuroéconomie. « Générer des idées est la science fondamentale, mais nous avons ensuite le problème complexe de les traduire en quelque chose d’appliqué et d’utile ».

Pour Ugazio, le pouvoir de la RV était évident dès qu’il a utilisé pour la première fois un casque sur le stand du CICR au Bol d’Or Mirabaud de 2019. Dans ce scénario, appelé « L’évasion », Ugazio a aidé à sauver un enfant blessé dans une zone de guerre. Le scénario était émotionnellement engageant, à la fois effrayant et exaltant ; Ugazio a eu l’impression que pendant un moment, il était vraiment là.

Alors que les gens en général peuvent se sentir obligés d’aider la personne qui se trouve juste devant eux, « ils ne se sentent pas toujours moralement obligés d’aider quelqu’un dans un pays lointain et éloigné », dit Ugazio. « Nous savons que ce préjugé existe, et la réalité virtuelle pourrait être un très bon outil pour le combattre car la RV amène les gens là où nous avons besoin d’eux ».

Faire du terrain une réalité (virtuelle)

L’effet de la RV peut être discordant et puissant, mais quelle est son efficacité lorsqu’il s’agit de susciter un soutien au CICR ?

« Nous avons utilisé la RV pour entrer en contact avec des partenaires potentiels et leur faire connaître le terrain », explique M. Zappella, du CICR. Au Bol d’Or, la RV a été un véritable coup de maître, incitant les passants à s’arrêter et à s’engager d’une manière que les dépliants et les vidéos traditionnelles ne font que rarement. Mais Zappella n’a pas pu vérifier le taux de conversion d’un utilisateur enthousiaste de la RV à un supporter payant du CICR. Il était préoccupé par le fait que, éblouis par la technologie, les utilisateurs ne comprenaient pas assez bien le rôle du CICR ; ils s’identifiaient au scénario du moment, mais pas à l’institution par la suite.

Ugazio aide à résoudre l’énigme de l’engagement mondial et récurrent avec le CICR. « Est-il vraiment utile d’aller dans cette nouvelle direction technologique ? » demande-t-il. « Et si c’est le cas, comment pouvons-nous maximiser l’impact de ces différentes technologies ? »

Un autre outil dans le kit de collecte de fonds

Les recherches menées jusqu’à présent ont montré que la RV donne généralement aux gens « le sentiment d’être plus présents dans la situation », créant de l’empathie avec les avatars et entraînant une « augmentation de l’excitation émotionnelle ».

Le partenariat espère maintenant évaluer différents modules de mobilisation de ressources et la manière dont ils suscitent toutes ces composantes. « Nous voulons savoir si cela se traduit par un soutien accru, un engagement plus important ou même simplement une meilleure compréhension de qui et de ce que représente le CICR », explique M. Zappella.

Une expérience de RV n’est pas la réponse pour tout le monde dans toutes les situations, et elle ne remplacera pas non plus les autres techniques de collecte de fonds. Selon M. Ugazio, elle renforcera plutôt ce que le CICR fait déjà. « Nous essayons d’identifier les différentes variables, le potentiel et les différents moyens dont nous disposons pour atteindre le plus grand nombre de personnes de la manière la plus efficace ».

La RV a clairement le pouvoir d’ouvrir des conversations avec des individus, mais il n’est pas certain que la RV suffise à elle seule à les transformer en partisans. Cette étude espère démontrer qu’un environnement virtuel bien conçu et bien construit peut cimenter une relation à long terme avec le CICR, en immergeant les spectateurs dans son but, ses objectifs et ses causes.

« Le travail humanitaire doit encore être mis en œuvre et géré, de manière répétée, partout dans le monde », dit-il, « mais la réalité virtuelle est déjà un excellent moyen d’attirer l’attention, c’est pourquoi nous espérons l’utiliser pour apporter une compréhension émotionnelle des raisons pour lesquelles nous faisons ce que nous faisons. D’autant plus que tout le monde est de plus en plus confiné chez lui, nous pensons que c’est un bon point de départ ».


Les contenus sur les mêmes sujets :
réalité virtuelle

Partagez ce moment !

Publié par Al

Abdelghafour Lammamri, 26 ans, Rédacteur Web, passionné par le monde des technologies (les smartphones et la réalité virtuelle/augmentée).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *