Rédiger un CV ou créer un business plan

Déjà eu des difficultés à rédiger votre CV ?
Le syndrome de la page blanche quand il s’agit de rédiger un business plan ?
Au contraire, impossible de hiérarchiser vos idées et d’aller à l’essentiel ?

Rédiger efficacement un CV ou un Business Plan

C’est très simple : faites-le faire par un ami !
Trouvez dans vos proches quelqu’un pour qui vous pourrez faire de même, qui a le même besoin et qui ne soit pas trop proche de vous.
Discutez, échangez vos idées, mais sans fournir de « brouillon » ni le moindre élément écrit. Répondez aux questions de l’autre.
Vous verrez ce que votre ami aura retenu, ce qu’il a mis en avant de votre projet ou CV.
Écrire sur soi-même est infiniment plus difficile que d’écrire sur un autre,
et vous verrez que ce que l’on retient de vous n’est pas souvent ce que vous pensiez !
C’est ce que Seth Godin appelle le « Buddy System ».
Ensuite il vous est aussi possible de nous consulter.

DOFOLLOW activé

Le Nofollow est un système qui porte en lui la mort du web social. En effet, initialement activé par défaut sur la plupart des plateformes CMS, le Nofollow avait pour objet d’éviter les commentaires des spammeurs en bloquant l’indexation de leurs urls.
Tout ça pour vous dire que ça y est :

e-motion-marketing.com est en dofollow

Par contre, je me réserve le droit de sucrer les urls non pertinentes ou celles des commentaires par trop laconiques « génial votre blog » et autres du même modèle.
Si par contre vous vous donnez la peine de proposer un commentaire pertinent et que votre url est tant soit peu en rapport avec mon site, je laisse les robots vous indexer et ça c’est bon pour votre site.
En plus, cela va dans mon premier commandement sur internet : créer de la confiance et une relation.
Enfin, sachez-le, la rentabilité des commentaires décroit avec leur ordre, autrement dit, l’indexation des premiers commentaires a un poids très supérieur à celle des derniers…
Alors, que pensez-vous du Dofollow ? Allez-vous en profiter ?

Choisir des liens sortants et des liens entrants…

J’ai reçu un appel aujourd’hui d’un professionnel du référencement et nous avons parlé des

liens comme outil de référencement

Les liens sont un bon moyen de driver à la fois des visites vers votre site, mais aussi d’engranger des points de Pagerank.
Dans un cas comme dans l’autre, les liens auront une importance proportionnelle à l’Autorité (Authority) du site émetteur.
Par ailleurs, un lien est le commencement d’un partenariat, qui pourra s’étendre à des zones beaucoup plus rentables que le lien initial.
Ex : si un site avec une super autorité pointe sur vous, vous recevez un bon bonus, si son autorité est moindre, le bonus est diminué d’autant.
Et s’il s’agit d’un échange de liens ?
Eh bien disons que celui qui a la plus haute autorité fait un cadeau à l’autre, et ce d’autant plus que le lien sortant est assorti d’un tout petit malus.
Conclusion :

Pour le SEO, échangez vos liens avec des sites plus anciens et plus connus que le vôtre de préférence !

Comment faire pour initier sa campagne de référencement ?

  • chercher des partenariats partout : l’échange de lien est un partenariat et si cet état d’esprit préside à vos choix, vous aurez la bonne approche.
  • échanger des liens avec les sites de référence de votre secteur, mais pas de votre niche ou pas de votre zone de chalandise, à moins d’avoir instauré une relation de confiance.
  • utilisez les média sociaux pour trouver des personnes avec qui échanger des liens.
  • Ne faites pas de texte identique pour tout le monde. Prenez le temps d’aller sur chaque site, de mettre un lien sur le vôtre avec ou sans article, envoyez un mail personnalisé (pensez partenariat au delà du lien) avec l’adresse de la page où le lien est visible en demandant poliment un lien en retour. En l’absence de lien entrant sous 15 jours, supprimez votre lien sortant.

Voici deux sites avec lesquels je travaille en confiance et que je vous recommande :
Market Formation Marseille : mon formateur à WordPress, propose aussi Prestashop, Dreamweaver, Contribute et bureautique…
Enjoy English : école d’anglais pour 6 à 12 ans, en périscolaire à Montpellier

Gagner de l’argent sur un site web gratuit avec Google Adsense

Il existe plusieurs façons de créer un site web gratuitement en ligne, et il en existe encore plus de gagner de l’argent avec Google Adsense.
Cet article réunit les deux, avec des exemples précis et des résultats concrets, dans un processus simple en 4 étapes pour la création d’un site internet destiné à rapporter de l’argent avec les publicités Google Adsense.
D’ailleurs, si vous n’avez pas encore ouvert votre compte gratuit Google Adsense, c’est le moment de le faire.

Phase 1 : planification de votre site web et de son contenu

Le plus simple pour gagner de l’argent avec Adsense est de choisir un sujet de niche, avec peu de concurrence, et de dominer les résultats de recherche pour les mots clés principaux utilisés dans ce créneau. Pour cela, vous avez besoin d’une niche, d’une série de 5 à 10 mots-clés bien classés chez Google Search, et de quoi créer du contenu de qualité autour de ces mots-clés.
Comment trouver une niche web ?
Pour trouver des mots-clés que les gens utilisent dans votre niche, vous pouvez utiliser le Générateur de mots-clés Google. Il vous suffit d’entrer un mot-clé générique par ligne dans la case de gauche, et il vous indiquera des termes les plus recherchés autour de vos mots-clés, avec leur volume de requêtes mensuelles. Vous devrez peut-être répéter ce processus avec les différents mots-clés génériques pour pouvoir constituer une liste suffisamment importante pour procéder à l’évaluation de votre concurrence.
Maintenant, retour à Google. Vous allez effectuer une recherche Google sur chacun des termes découverts avec le générateur de mots-clés. Sur les résultats de cette recherche, vous allez observer les 10 premiers résultats pour déterminer quel est leur type de contenu.
Des indicateurs positifs sont des pages profondes sur des sites (tels que www.exemple.com/catégorie/sous-catégorie/article.html) ou des résultats caractéristiques du web 2.0 tels que des hubs (Viadeo, etc…), des Squidoo, etc… Si vous avez beaucoup de ces résultats (pages profondes et web 2.0), vous avez de bonnes chances de parvenir à battre ces rankings et de vous retrouver dans les premiers sur Google (et donc de gagner du trafic).
Au contraire, si vous tombez sur des pages d’accueil (www.exemple.com), ou des pages Wikipedia, ce sera plus difficile, peut être vaut il mieux changer de niche.
L’étape suivante consiste à déterminer de combien de liens chacun de ces résultats dispose, afin de vous fixer un objectif à battre. Pour cela, ouvrez le Yahoo Site Explorer et entrez chacune des adresses du top 10 des sites précédent. Cliquez sur le bouton « Liens entrants » pour obtenir tous les liens pointant vers cette page. Filtrez les résultats à l’aide du menu Montrer les liens entrants « à l’exception de ce domaine » et l’option pointant vers : « tout le site ». Cela vous indiquera approximativement combien de liens vous devrez obtenir pour battre ce site sur le moteur de recherche de Google. Il y a d’autres facteurs tels que l’Autorité (la notoriété) des sites de d’origine des liens, mais ne rentrons pas trop dans les détails pour le moment.
Au terme de ce processus, vous devez disposer d’une liste de 5 à 10 mots clés sur lesquels vous pouvez vous battre avec succès dans votre niche, il faut maintenant passer à la planification du contenu.
Prévoyez de créer un article « majeur », avec votre investissement maximal autour de chacun des mots-clés retenus, ainsi que 3 à 5 articles « mineurs » autour de chaque mot-clé. Par exemple, si un de vos mots-clés est « faire pousser des tomates-cerises », alors vos pages de soutien pourraient être « La culture des tomates-cerises en pot », « Comment tailler des plants de tomates-cerises », « Les types de sols pour cultiver des tomates-cerises ».
Enfin, détaillez la présentation de votre site web une fois terminé. Voici un exemple :
Tomates-cerises :
1. Culture des tomates-cerises
1.1. Les types de sols pour cultiver des tomates-cerises
1.2. Faire pousser des tomates-cerises en pot
2. Recettes de cuisine sur les tomates-cerises
2.1. Le sandwich à la tomate-cerise
2.2. Le gâteau à la tomate-cerise
Pensez « niche » dans chaque section et chaque article (ex : éviter les recettes de tomate cerise que tout le monde a déjà publié sur internet)

Phase 2 : trouver le meilleur hébergeur pour vos besoins

Il existe de nombreux hébergeurs gratuits, mais peu d’entre eux vous offrent les fonctionnalités indispensables à votre site web.
Pour en choisir un, effectuez une recherche Google sur « hébergeur gratuit ». Les critères de sélection seront :

  • le volume de stockage (le plus possible)
  • absence de publicité imposée par l’hébergeur
  • absence de backlinks (rétroliens) imposés vers l’hébergeur
  • support de PHP et MySQL, ainsi que du FTP ou CPanel, afin de permettre l’installation de WordPress.

Attention, de nombreux hébergeurs gratuits vous imposent de vous connecter régulièrement à votre compte sous peine de supprimer l’hébergement, à prendre en compte pour ne pas avoir de mauvaise surprise…
Une solution est aussi de choisir un hébergeur payant, avec tous ces critères (compter environ 35-40 € par an pour nom de domaine + hébergement). e-motion marketing utilise OVH, et pour ce type de site, l’offre Perso est suffisante.

Phase 3 : installer WordPress, les extensions essentielles et looker le site

L’installation de WordPress est très facile, et la plupart des hébergeurs vous la proposent gratuitement depuis le panneau de contrôle. Si le vôtre ne vous le propose pas, vous devrez simplement télécharger WordPress.org en dernière version et le positionner à la racine de votre site (sous le www) à l’aide de Filezilla ou tout autre client FTP.
En cas de souci d’installation de WordPress, faites une recherche sur « Codex installer WordPress ».
Une fois WordPress installé, vous devrez l’optimiser pour le référencement (ou SEO) afin de gagner un avantage concurrentiel sur les installations basiques de WordPress sur les recherches portant sur vos mots-clés.
Pour cela, dans le panneau de configuration de WordPress, allez dans les Réglages / Permaliens, choisissez « Personnalisé » (custom) et tapez dans la case : /%category%/%postname%/ (incluez tout, y compris les slash (/).
Afin d’améliorer votre référencement, vous devrez aussi installer « All in one SEO pack ». Pour cela, allez dans les Extensions, cliquer sur « Ajouter » et effectuez une recherche sur ce terme. Installez le premier plugin trouvé. Une fois installé, un rectangle rouge apparait sur votre panneau de contrôle, avec un lien pour activer l’extension et configurer ses réglages. Cliquez dessus et remplissez au mieux les réglages.
Pour gérer Adsense sur vos pages, retournez sur les Extensions et installez « Advertising Manager ». Allez ensuite dans les réglages, qui vont sûrement vous paraître un peu touffus, mais qui vous donnent le contrôle total sur la gestion des publicités dans votre site. Pour le mode d’emploi de ce plugin, allez sur http://www.wordpress.org/extend/plugins/advertising-manager/
Soufflez un peu, félicitez-vous vous-même ou demandez à quelqu’un de le faire, car vous avez fait du bon boulot. Maintenant la partie la plus agréable et la plus facile :
choisir un design pour votre site WordPress
Rendez-vous dans les Apparences / Ajouter un Thème et choisissez celui qui vous plaît. C’est une histoire de goût mais aussi d’adéquation avec le contenu, afin de ne pas avoir trop de customisation à faire. Vous pourrez de toutes façons changer très facilement de thème par la suite, une fois que vous aurez créé votre contenu. Ne passez pas trop de temps là-dessus, il vaudra mieux y revenir quand vous aurez un peu plus de contenu pour mieux vous rendre compte de l’apparence réelle de votre site.
Ça y est, WordPress est installé et configuré !

Phase 4 : écrire et promouvoir votre contenu

Maintenant, il est temps de remplir votre site internet, d’attirer des visiteurs et de faire de l’argent !
Comme prévu, vous allez créer un ensemble de nouvelles pages dans votre zone d’administration. Cliquez sur Page / Ajouter, puis écrivez le titre et le contenu de chaque page. Dans chacune de ces pages, vous ferez des liens internes vers d’autres parties de votre site, par exemple : de la page « Types de Sols pour la culture des tomates cerises », un lien vers « Culture des tomates cerises », et de cette page un lien vers la page d’accueil « Tomates Cerises ». Idéalement, intégrez ces liens au texte afin de donner envie à vos visiteurs de cliquer sur un maximum de liens dans votre site (bon pour le Pagerank).
Cependant, faire cela ne suffira pas à faire venir des centaines de visiteurs, et vous devrez aussi travailler à la promotion externe de votre site.
Comment promouvoir son site web ?

  • écrire sur des forums qui autorisent des liens dans votre Signature
  • écrire des commentaires dans les blogs des autres (en rapport avec votre site)
  • créer des pages avec des liens vers votre site sur Squidoo et dans des Hubs
  • écrire des articles sur d’autres sites avec des liens vers le vôtre. Idéalement, posséder 3 à 10 sites liés les uns aux autres, mais cela suppose de pouvoir les maintenir à jour (un article par site et par semaine au minimum, au moins au début).
  • Écrire des articles pour des communautés ou des Annuaires tels que DMOZ, Articlesenligne, Articlefish, etc…

Faire la promotion régulière (interne et externe) de votre site vous permettra de sortir en tête des résultats de recherche Google sur vos mots-clés, ce qui attirera les visiteurs
et chacun de leurs clics sur vos publicités vous apportera un revenu en ligne. Tout cela peut être fait gratuitement, sans autre dépense que de votre temps et votre capacité à taper des articles.
Bien entendu, cette méthode est tout aussi valable pour apprendre à promouvoir votre site internet existant.

Les médias sociaux : mode ou révolution ?

Les médias sociaux sont ils une mode ou la plus grande révolution depuis la révolution industrielle ?

Les 40 faits rassemblés ci-dessous sur les média sociaux
Ceci est une traduction de la vidéo de Socialnomics disponible sur Youtube, livrée telle quelle, mes commentaires sont notés entre parenthèses.
Voici quelques faits (d’après Socialnomics et Hult international Business School) :

  1. plus de 50% de la population mondiale a moins de 30 ans.
  2. 96% de la génération Y fait partie d’un réseau social (y compris le Tiers Monde ??)
  3. le trafic hebdomadaire de Facebook dépasse celui de Google aux USA.
  4. Les média sociaux ont pris la première place des activités sur internet, détrônant en cela le porno qui était premier depuis les débuts du web.
  5. Un couple marié sur 8 aux USA s’est rencontré sur les média sociaux
  6. Pour atteindre 50 millions d’utilisateurs :
    • La radio a mis 38 ans
    • La télé a mis 13 ans
    • Internet a mis 4 ans
    • L’Ipod a mis 3 ans
    • Facebook a dépassé les 200 millions d’utilisateurs dès sa première année,
  7. Les téléchargements d’applications sur Ipod sont de 1 milliard par mois.
  8. « Nous n’avons pas le choix de faire ou non du média social, la seule question est de savoir si nous le faisons bien » Erik Qualman (boss de Socialnomics)
  9. Si Facebook était un pays, sa population le placerait au troisième rang mondial, derrière la Chine et l’Inde.
  10. Le département américain de l’éducation révèle que les étudiants travaillant à distance via internet surpassent ceux qui travaillent traditionnellement sur le campus et reçoivent une éducation en face-à-face.
  11. Environ 80% des sociétés utilisent les réseaux sociaux pour le recrutement, 95% sont sur LinkedIn.
  12. Le segment ayant la plus forte augmentation sur Facebook est celui des femmes de 55 à 65 ans.
  13. Ashton Kutcher et Britney Spears ont plus d’abonnés Twitter que toute la population de Suède, Israël, Suisse, Irlande, Norvège ou Panama.
  14. Environ 50% du trafic internet du Royaume-Uni est fait sur Facebook, imaginez ce que cela signifie pour les clients déçus.
  15. Les générations Y et Z considèrent que l’e-mail est dépassé.
  16. Des universités américaines ont arrêté de fournir des comptes de messagerie (email), les remplaçant par des Ipad, des e-readers ou des tablets (Android et autres).
  17. Contrairement au proverbe américain, ce qui se passe à Las Végas finit sur Facebook, Twitter, Flickr, Youtube (et ne reste plus à Végas, proverbe initial).
  18. Youtube est le second moteur de recherche, derrière Google, avec plus de 100 000 heures de vidéos mises en ligne toutes les 5 minutes.
  19. Wiki vient du mot hawaïen signifiant « vite ».
  20. Wikipedia est constituée de plus de 15 millions d’articles.
  21. Une étude affirme que Wikipedia est aussi précise que l’Encylopaedia Britannica.
  22. 78% des articles de Wikipedia ne sont pas en Anglais.
  23. Si vous étiez payé 1€ par article posté sur Wikipedia, vous gagneriez 1712 €…
  24. … de l’heure.
  25. Il y a plus de 200 millions de blogs au monde,
  26. Environ 25% des résultats fournis par les moteurs de recherche sur les 20 plus grosses marques du monde sont des contenus générés par les utilisateurs.
  27. Environ 34% des blogueurs écrivent leur opinion sur des marques ou des produits.
  28. Savez-vous / aimez-vous ce qu’ils disent de votre marque ?
  29. Les gens accordent plus d’importance à la manière dont leur réseau social (leurs ‘amis’) évaluent les produits qu’au classement Google de ces mêmes produits.
  30. Environ 78% des consommateurs ont confiance dans les recommandations provenant de leur réseau social, seuls 14 % croient à la véracité des publicités.
  31. Seulement 18% des campagnes de publicité ont un retour sur investissement positif.
  32. Environ 90% des personnes peuvent éviter les publicités grâce à un DVR (enregistreur numérique). Cette »statistique » me paraît très douteuse.
  33. Les e-books Kindle ont dépassé les ventes de livres papier à Noël dernier.
  34. Le tirage de 24 des 25 plus grands quotidiens est en baisse.
  35. Les statuts de Facebook sont mis à jour plus de 60 millions de fois par jour.
  36. Nous ne cherchons plus les nouvelles, ce sont elles qui nous trouvent.
  37. Nous ne chercherons bientôt plus les produits et services, ce sont eux qui vont nous trouver grâce aux média sociaux.
  38. Les média sociaux ne sont pas une mode, c’est un changement radical dans notre façon de communiquer.
  39. Les sociétés qui ont du succès dans les média sociaux agissent plus comme Dale Carnegie que comme les Mad Men : écouter d’abord, vendre ensuite.
  40. Le retour sur investissement de votre média social, c’est que votre business existera encore dans 5 ans.
    Source : http://socialnomics.com et Hult International Business School.

Je ne cautionne pas la totalité de ces statistiques qui mériteraient un examen approfondi, mais sur l’esprit, je crois que ces 40 points sont caractéristiques de la manière dont se fera le business d’ici peu.
Et vous, qu’en pensez-vous SVP ?
 
 

Google Instant : impact sur le SEO

Google Instant a été annoncé (et mis en live) à la conférence mondiale de Google au Moma de San Francisco le 8 septembre (avant hier).
De quoi s’agit il ?
Google Instant est un outil de recherche prédictive pour le moment activé uniquement pour les personnes connectées à leur compte Google, et présent dans les principaux navigateurs internet. La recherche prédictive cherche à établir l’intention de l’utilisateur en fonction des premières lettres saisies et de sa localisation géographique.
Exemple vu à la conférence de San Fancisco :
Saisie de « W » -> suggestion n°1 de la liste : Weather San Francisco.
Exemple vu par John Ellis de Searchengineland, à Nashville :
A tapé « W », suggestion 1 : Wall Mart
A tapé « John », suggestion 1 : « John Deere » (les tracteurs), [insérez ici une blague de votre choix sur les paysans du Tennessee]
Quel est le risque majeur de Google instant ?
C’est que cela mène à un nivellement par le bas du web, parce que seuls les gros pourront s’offrir des mots clés génériques bien référencés, comme « hôtel » ou « vacances » ou « acheter ».
Extrait du site de Google Instant :
Recherches plus rapides : En prédisant votre recherche et en vous proposant des résultats avant que vous ayez terminé votre saisie, la recherche instantanée Google peut vous faire gagner 2 à 5 secondes par recherche.
Prédictions plus intelligentes : Même lorsque vous ne savez pas exactement ce que vous recherchez*, les prédictions vous guident dans vos recherches. La prédiction la plus pertinente est affichée en gris juste sous le champ de recherche. Vous pouvez donc arrêter de taper dès que vous voyez ce que vous cherchez.
Résultats instantanés : Commencez à saisir des lettres, et les résultats s’affichent immédiatement sous vos yeux. Jusqu’à présent, vous deviez saisir tous vos termes de recherche, puis appuyer sur Entrée avant d’obtenir la liste de résultats, sans indication concernant sa pertinence. À présent, les résultats s’affichent instantanément pendant la saisie, ce qui vous permet de vérifier qu’ils correspondent bien à ce que vous recherchez.
* « même lorsque vous ne savez pas exactement ce que vous recherchez » : ou comment influencer l’utilisateur d’internet en lui suggérant des réponses avant qu’il pose des questions, avec toutes les dérives commerciales que cela présuppose.
Ci-dessous la transcription et traduction du point de vue de Matt Cutts, responsable de l’équipe Webspam chez Google est disponible en vidéo sur son site.
« Le SEO sera t il toujours présent dans 5 Ans ? Oui ! Google essaie de faire en sorte que vous n’ayez pas besoin d’être un expert du référencement (SEO). Le SEO est comme un CV qu’on façonne pour qu’il soit mis en avant et sorte de la pile. De la même manière, le SEO tente de trouver quoi mettre en avant de votre site internet. Le vrai SEO n’est pas du spam, il existe mille manières de faire du SEO propre. Par exemple, la canonisation des URLs qui s’assure que toutes vos urls reçoivent tous les backlinks qu’elles méritent ou le fait de ne pas avoir de contenu dupliqué. Il y a plein de bonnes choses que vous pouvez faire en tant que développeur ou responsable du SEO pour vous assurer que votre site est bien représenté, et donne la bonne impression, qu’il est réellement utile pour le visiteur. Donc je crois que la pratique du SEO existera toujours dans 5 ans.
Notre souhait est que les pratiques mauvaises ou illégales, ou celles qui ennuient l’utilisateur, ralentissent ou polluent le web deviendront de moins en moins productives. Et mon espoir est que de plus en plus de personnes s’orientent vers les bonnes pratiques, apprennent le SEO, mais sans forcément avoir à devenir des experts. Et qu’elles puissent utiliser des outils en libre service, tels que le Webmaster Console ou d’autres consoles de moteurs de recherche pour s’améliorer en référencement […]. »
En gros, rien de différent sur le terrain du SEO, si ce n’est que Google annonce à demi mots que le Pagerank des sites utilisant des mauvaises pratiques est amené à chuter, ce qui est une excellente nouvelle.
Et vous, pensez-vous que la recherche prédictive est une bonne ou une mauvaise chose en tant qu’internaute ?
Et si vous avez un site web, en tant que fournisseur de contenu ?

Insérer un agenda Google Calendar dans une page WordPress (sans plugin)

J’ai réalisé une prestation pour promouvoir la location d’une maison de vacances en Andalousie. Ce client voulait en fait trois sites différents, hébergés dans les trois pays-cibles de sa clientèle, et rédigés dans les trois langues (France-Royaume Uni-Espagne). Il fallait insérer un calendrier sur chacun des trois sites, avec les disponibilités de la location, et que ce calendrier soit commun aux trois sites bien entendu. Mon choix s’est porté sur le calendrier de Google, gratuit, pratique, léger et efficace.
Quand c’est possible, j’aime éviter d’installer des plugins à tort et à travers sur WordPress, car leur multiplication a la fâcheuse tendance de transformer un site en limace neurasthénique et d’agacer de fait les visiteurs. Donc je vous propose d’insérer un calendrier en ligne de code dans WordPress, sans plugin. Voici comment faire…

Préparation du calendrier Google

Votre calendrier Google va devenir public (sur votre site), donc il est recommandé de créer un compte Google dédié à ce site, cela vous donnera aussi une adresse mail et toute une batterie de services utiles.
1- Créer un compte Google : c’est par ici.
2- Préparez la présentation de l’agenda :
Indiquez un maximum de détails précis sur le titre et le lieu, car l’Agenda sera accessible dans les moteurs de recherche et peut donc vous ramener des visiteurs. Cliquez ensuite sur « Personnaliser la taille, la couleur et d’autres options ». Voici ce qui doit s’afficher
La colonne de gauche est dédiée à la personnalisation de la visualisation (semaine, mois…) des couleurs, des dimensions, etc… La partie droite permet de se rendre compte de l’affichage généré par les paramètres de la partie gauche. Enfin, la partie haute est un générateur de code HTML. Quand l’affichage de droite vous convient, cliquez sur « Mettre à jour le code HTML », et copiez le code HTML qui est dans la fenêtre. Allez sur votre calendrier et rendez-le public : Paramètres / Paramètres de Agenda / Agendas / Partage / Rendre cet agenda public.

Insertion dans votre page Web

Dans APPARENCE/ÉDITEUR, choisir le modèle de page sur lequel on souhaite insérer le calendrier, par exemple page.php, ou index.php, ou tout autre modèle de page (je vous indiquerais plus tard comment créer différents modèles de pages dans WordPress). A l’aide de votre client FTP (Filezilla par exemple), recopiez cette page en local sur votre PC. Ouvrez le fichier à l’aide de Notepad++ ou de tout autre éditeur de texte Au début du fichier, notez le code suivant à la place de celui indiquant le nom de la page.

<?php /*      Template Name: Google Calendar */ ?> <?php

Collez le IFRAME (code HTML de votre Google Agenda) juste après l’appel du Content dans la page.
<?php the_content(‘Read the rest of this entry &raquo;’); /* insertion du code IFRAME du Google Calendar ci dessous 2 lignes plus bas */ ?> <iframe src= »https://www.google.com/calendar/embed?title=(etc…) style= » border-width:0  » width= »600″ height= »400″ frameborder= »0″ scrolling= »no »></iframe>
Puis enregistrez la page modifiée en local sous le nom « page_googlecal.php »
Il ne vous reste plus qu’à créer une nouvelle page, et utiliser le modèle que vous avez créé « Google Calendar ».
Publiez la page, vérifiez l’affichage, etc…. En général, on a besoin d’effectuer des ajustements sur les dimensions, parfois les couleurs,… Retournez sur le générateur de code HTML, adaptez l’affichage, rafraichissez le code HTML et recopiez le en lieu et place de l’ancien dans votre page_googlecal.php via l’éditeur d’apparence. Si vous voulez utiliser toute la largeur disponible, notez width=100% à la place de width=XXX où XXX est une valeur en pixels.
Bravo !