Les incroyables lunettes magiques VR de Facebook appelées Oculus Quest restent étonnantes, et constituent un excellent moyen d’échapper à l’isolement de la maison.

Oculus Quest
Oculus Quest

Parfois, j’ai l’impression d’être un pilote de chasse futuriste, ou un sorcier sur le point de jeter un sort de téléportation. J’attrape le casque, je l’enfile, je fais glisser les manettes sur mes poignets. Je vérifie mon espace, je lance un long arc pour dessiner mon cercle magique. Le monde disparaît. J’y suis.

Le temps écoulé entre ma réalité et la réalité virtuelle est étonnamment rapide avec l’Oculus Quest. C’est ce qui en fait mon casque VR de choix, à chaque fois. Lorsqu’on a fait le test du Quest l’année dernière, il était très étonnant.

Je ne regrette aucun de ces labels en 2020, dans un monde totalement différent de celui dans lequel j’ai passé en revue le Quest. Le casque est toujours à mes côtés, maintenant. C’est ce qui me permet de plonger dans la RV d’Altspace pour une interview en direct, ou d’explorer une pièce de théâtre en cours avec des acteurs ailleurs, ou encore de suivre un briefing en RV. Regardez les vidéos de Tribeca. Jouez à des jeux de fitness légers. Connectez-vous à un PC pour découvrir une application. Faites le tour d’un monde magique ou deux et évadez-vous un peu. C’est un masque de plongée pour améliorer mon holodeck. C’est le meilleur outil immersif du moment.

Ce qui a fait la grandeur du Quest, et continue de la faire, c’est sa simplicité : tout est en un. Il n’a pas besoin d’autre équipement. Je peux l’enfiler exactement au moment où je veux plonger. Les autres casques VR s’appuient toujours sur des câbles, des consoles et des PC, plus les pilotes et les problèmes de mise à jour.

Cela fait un an et un mois que j’ai emmené l’Oculus Quest avec moi en vacances, un style de vie qui semble avoir disparu il y a mille ans. J’ai alors pensé à la portabilité : en examinant le casque un mois avant sa sortie et en partant en voyage en famille, j’étais curieux de savoir comment il pouvait se ranger. J’avais l’impression d’avoir un grand jeu d’écouteurs dans son étui de voyage rigide. C’était une contrainte, mais c’était faisable. Je ne l’ai pas utilisé tout le temps en vacances, car après tout, pourquoi ne pas profiter de la mer, du sable, de ma famille ? Mais c’était amusant à essayer, et l’odeur de la lotion solaire est restée dans sa doublure en mousse pendant des mois.

J’ai associé mes vacances à la RV, après cela. Je me replongeais dans des jeux comme Beat Saber et je pensais à être à Aruba, comme si j’y étais encore quand j’enlevais le casque. Comme un ensemble magique de lunettes qui pourrait vraiment me téléporter.

Jeu VR Beat Saber
Jeu VR Beat Saber photo

La réalité virtuelle est promise depuis des années, comme une carotte sur un bâton, comme une merveilleuse porte d’entrée pour nos connexions futures, nos voyages vers des mondes parallèles. La RV est maintenant suffisamment bonne et sans effort pour que ce soit totalement, sérieusement génial.

Ce que le Quest peut si bien faire

L’Oculus Quest était génial quand je l’ai utilisé pour la première fois, et il l’est encore aujourd’hui. Bien que Facebook ait prévu un suivi de l’Oculus Quest pour plus tard cette année (ou l’année suivante), et que de nombreux casques RV de différents concurrents arrivent avec de nouvelles fonctionnalités et peut-être des prix plus bas, le Quest reste étonnant aujourd’hui. C’est aussi le nouveau modèle pour les prochaines étapes de la RV, et même de la RA.

Casque VR Oculus Quest
Casque VR Oculus Quest

Si vous considérez le Quest comme une console de jeu de type Nintendo Switch pour la RV, il ne vous décevra pas. Il y a suffisamment de succès de RV des quatre dernières années sur le Quest pour offrir le meilleur de ce qui existe, optimisé pour un vieux processeur de téléphone portable qui réussit d’une manière ou d’une autre à lui donner une bonne apparence. Il y a des compromis dans les visuels, mais le suivi des mains, les contrôleurs, l’affichage, sont tous en avance sur le jeu.

On a dit que nous sommes tous sur le holodeck, casque VR ou pas. Le Quest est, de toute évidence, la destination de la RV et de la RA. Le système de limites de jeu « peignez votre réalité » que Quest utilise, où je peux entrer et sortir du monde de la RV et mon passage vidéo en noir et blanc de ma vraie maison, est toujours magique. Les commandes du Quest sont polyvalentes et je ne m’en lasse jamais.

Oculus a fait évoluer le Quest au cours de l’année dernière, en y ajoutant le suivi des mains et un moyen de se connecter à un PC et de devenir un casque VR complet si nécessaire. C’est devenu un produit plus performant que la plupart des produits en un an. L’engagement de Facebook envers le matériel et les logiciels est exactement ce qui a fait sa force.

C’est aussi un endroit où je suis devenu actif, dans plus d’une poignée de jeux de fitness. À bien des égards, le fitness en RV ressemble à une extension des types de jeux de fitness auxquels je jouais sur la Wii ou le Xbox Kinect, mais dans un espace qui m’entoure.

Dois-je vous raconter certains de mes jeux et expériences préférés ? Il y en a beaucoup. Juste quelques-unes :

  • Le théâtre immersif de The Under Presents.
  • L’atmosphère méditative et trépidante de Tetris Effect.
  • Jouer au ping-pong avec des inconnus.
  • Peindre des gribouillis en 3D avec Tilt Brush.
  • Rejoindre d’autres personnes dans des mondes sociaux massifs et expérimentaux.
  • Se débarrasser du stress grâce à des jeux d’exercices rythmés.
  • Entrer dans un parc à thème en miniature avec Vader Immortal.

Ce que le Quest n’est pas encore

La Quest d’Oculus est un grand nombre de choses, dont beaucoup sont fantastiques. Mais il n’est pas essentiel pour la plupart des gens, il n’est pas photo-réaliste et il n’est pas lié au reste de votre vie. Ce n’est pas tout à fait vrai. Mon téléphone et ses applications, la plupart de mon travail, tout ce que je fais ; la RV est une échappatoire à cela. Cela en fait un endroit agréable pour se cacher, même si cela fait partie de l’enchevêtrement d’informations pas du tout cachées de Facebook.

Mais la RV ne sera pas longtemps isolée du reste de nos écosystèmes applicatifs. Finalement, toutes ces applications doivent aussi fonctionner avec la RV. Comme les écouteurs pour l’audio, la RV devrait être pour nos espaces de travail. Les téléphones ont besoin d’un support de plug-in approprié, tout comme Android et iOS. Je devrais être capable de rejoindre un Zoom, de vérifier le Slack, de faire des multitâches, d’entrer et de sortir. Cela semble terrible et inévitable, mais aussi utile et essentiel si je ne veux pas avoir les yeux bandés chaque fois que je mets un casque VR.

La collection d’applications Quest d’Oculus est souvent remarquable, et la plupart des meilleures expériences de jeu de RV ont été étonnamment bien portées. Mais ce n’est pas l’appareil qui convient à tout le monde. Il est encore parfois difficile de se lancer dans la RV. Il m’arrive de me fracasser les mains contre un mur ou de me cogner la tête sur un bureau que je n’ai pas vu. La batterie s’épuise trop vite. Parfois, le matériel tombe en panne ou je manque d’espace de stockage. La résolution n’est pas assez nette pour remplacer un bon moniteur ou pour être mon cinéma principal. Et parce que c’est tellement individuel, je ne peux pas partager avec les gens de la maison. Ce n’est pas quelque chose que nous pouvons tous faire en même temps. Et les commandes, dans la RV, ne sont pas adaptées aux enfants. Pas comme un iPad, en tout cas. C’est une chose que j’essaie, en dehors de tout le monde.

Mais quel bon début

Casque VR Oculus Quest
Oculus Quest
Avantages
  • Solution VR autonome
  • Peut diffuser du contenu sur smartphones et téléviseurs
  • Suivi de position 6 DOF
  • Large choix d’applications et de jeux
  • Graphismes nets avec un flou de mouvement minimal

Et pourtant, c’est quelque chose qui m’intéresse tellement, naviguer dans les applications et découvrir ce qui s’en vient. Le Quest est toujours un prototype pour la prochaine vague de technologie, à bien des égards. Mais c’est le premier appareil qui montre vraiment de quoi ce futur immersif et sans attaches pourrait être capable.

Le Quest est assez bon pour surmonter mon aversion pour de nombreuses plateformes de médias sociaux de Facebook. Il me donne envie de connaître la suite. C’est assez bon pour continuer à être la chose que je garde chargée et prête pour un autre jour. Et un autre.

J’adore le Quest. Et dans un monde où je suis coincé à la maison et où je ne peux plus sortir pour aller voir le reste du monde, j’ai besoin de choses comme ça plus que jamais.


Les contenus sur les mêmes sujets :
Oculus Quest, Quest

Partagez ce moment !

Publié par Al

Abdelghafour Lammamri, 26 ans, Rédacteur Web, passionné par le monde des technologies (les smartphones et la réalité virtuelle/augmentée).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *