La réalité virtuelle est en train d’être intégrée dans les programmes de soins infirmiers, de compétences sous-marines et de technicien vétérinaire au Seneca.

Tania Killian, enseignante au Seneca College à King City
Photo dr Tania Killian, enseignante au Seneca College à King City

Pour ceux qui sont en bonne santé, il peut être difficile de comprendre ce que c’est que d’être atteint de démence.

Le Seneca College King Campus expérimente la réalité virtuelle pour donner aux étudiants un aperçu de ce que l’on ressent lorsqu’on est atteint d’un trouble neurologique.

Sous la direction de Tania Killian, professeur du programme de soins infirmiers du collège, la réalité virtuelle est un moyen d’immerger les étudiants dans les programmes qu’ils suivent grâce à un apprentissage expérientiel.

La démence est une maladie chronique et progressive dont les symptômes peuvent affecter le langage, l’humeur et le comportement. Elle peut affecter la mémoire, la planification et le jugement. Selon Santé Canada, plus de 432 000 Canadiens âgés de 65 ans ou plus vivent avec un diagnostic de démence.

Les élèves portent un casque de réalité virtuelle et ont une manette dans chaque main. Une vidéo de réalité virtuelle est ensuite affichée à l’écran et ils ont un accès à 360 degrés à une expérience simulée.

L’une des expériences simulées concerne une personne atteinte de démence qui a des problèmes de mémoire et de tâches quotidiennes.

« C’est mettre quelqu’un dans une situation qui ressemble à la vraie vie », a déclaré M. Killian. « Si nous pouvons créer un environnement aussi réaliste que la vraie vie, et si les étudiants peuvent s’entraîner et passer de débutant à expert dans ces environnements, alors ils seront bien meilleurs dans leur travail ».

Killian a gagné 10 000 dollars du cercle de don des femmes d’influence du canton de King de Seneca pour acheter neuf casques de réalité virtuelle et deux caméras à 360 degrés.

L’expérience de la réalité virtuelle est en train d’être intégrée dans les programmes de soins infirmiers, de compétences sous-marines et de technicien vétérinaire, mais les possibilités sont infinies.

« Si vous pouvez penser à un scénario ou à un endroit où vous voulez être, il pourrait être créé en (réalité virtuelle) », a déclaré Killian.

La démence n’est qu’un des scénarios que Killian a utilisés pour les étudiants. Elle a également utilisé la tonte des moutons, des visites de bâtiments, des compétences d’infirmière et des expériences de chambre hyperbare, entre autres, sur les casques de réalité virtuelle.

« Pour moi, c’est la prochaine étape de la simulation. C’est d’autant mieux. C’est d’autant plus immersif », a déclaré Killian.

Kay Santos, étudiante en soins infirmiers l’année dernière, a essayé la simulation de la démence pour avoir une meilleure perspective.

« Cela m’a permis de voir à la première personne ce que signifie la démence », dit-elle.

Kay Santos a déclaré que le fait d’être capable d’avoir une perspective à la première personne fera d’elle une meilleure infirmière.

« Nous l’apprenons en classe. Nous en parlons. Je ne pense pas que les gens se rendent vraiment compte de ce que cela signifie », a déclaré Mme Santos. « Ça crée plus d’empathie. »


Les contenus sur les mêmes sujets :
VR et apprentissage, VR et éducation

Partagez ce moment !

Publié par Al

Abdelghafour Lammamri, 26 ans, Rédacteur Web, passionné par le monde des technologies (les smartphones et la réalité virtuelle/augmentée).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *