Snap, Apple et Questo ont rejoint d’autres entreprises technologiques pour prendre des mesures supplémentaires afin de populariser l’utilisation de la réalité augmentée. Grâce à de nouveaux matériels, logiciels et partenariats, les voyageurs pourraient utiliser plus souvent des appareils pour voir les destinations sous un nouvel angle.

Lentille d'écran Snap à Londres
Lentille d’écran Snap à Londres

La réalité augmentée restera une nouveauté rarement utilisée pendant au moins cinq ans. Mais les marques ignorent la technologie à leurs risques et périls. Les entreprises de voyage innovantes peuvent trouver aujourd’hui des occasions de mener des campagnes publicitaires rentables via ce nouveau média.

Depuis des années, le marketing vante les mérites de la réalité augmentée, qui mélange le virtuel et le réel sur l’écran d’un smartphone ou d’un autre appareil numérique. Pourtant, il a fallu du temps aux fabricants de matériel pour tenir leurs promesses. Les offres actuelles de réalité augmentée continuent à manquer d’attrait immédiat ou d’adoption généralisée.

Mais le potentiel futur de la réalité augmentée semble simple. Les voyageurs se fient à leurs appareils pendant leurs voyages, et les marques de voyage doivent observer comment les interactions virtuelles des voyageurs dans les médias sociaux et les applications téléphoniques d’aujourd’hui peuvent remodeler leurs attentes dans les destinations de demain.

LA SOCIÉTÉ SNAP

Snap, une société de médias sociaux et un fabricant d’appareils photo, a lancé ce mois-ci un nouveau test de réalité augmentée à Carnaby Street, un quartier londonien de shopping et de vie nocturne. Les personnes se trouvant n’importe où le long de Carnaby Street peuvent ouvrir l’application Snapchat sur leur téléphone, voir le paysage de la rue grâce à l’objectif de l’appareil photo, puis pulvériser virtuellement de la peinture rouge et bleue au-dessus des magasins. Les utilisateurs découvrent essentiellement des graffitis muraux que les développeurs de l’application ont créés.

Les utilisateurs de l’application Snap peuvent voir comment d’autres personnes pulvérisent virtuellement de la peinture et peuvent se battre en duel pour couvrir les magasins. Jusqu’à présent, en réalité augmentée, les actions effectuées sur l’appareil d’un utilisateur de téléphone n’étaient généralement pas lisibles par le téléphone d’une autre personne, comme dans le cas du jeu Pokemon Go d’il y a quelques années.

Le test de l’outil « city painter » de Snap fait partie d’un effort appelé « Local Lenses » qui vise à cartographier les structures physiques des principaux points de repère afin de faciliter la superposition d’un monde virtuel partagé sur ces derniers via les appareils. Cela pourrait rendre l’utilisation de cette technologie plus populaire que les utilisations statiques et fixes actuelles. Snap a déclaré en juin que seulement environ 170 millions de personnes par jour utilisent ses outils de réalité augmentée basés sur l’ancien modèle. Vous pouvez par exemple apparaître comme une patate parlante lors d’un chat vidéo.

L’un des vents contraires pour la technologie de réalité augmentée est que de nombreuses personnes n’ont toujours pas les outils nécessaires pour l’utiliser.

APPLE AJOUTE LA TECHNOLOGIE AUX IPHONES

La semaine dernière, Apple a fait un pas vers la réduction de ces obstacles en ajoutant des scanners LiDAR (Light Detection and Ranging) à sa gamme Pro d’iPhone 12. Les téléphones émettent des faisceaux lumineux qui permettent aux puces de leurs ordinateurs de détecter la profondeur des objets environnants. Ces données contribueront à rendre les expériences de réalité augmentée plus réalistes.

Lors de la présentation de l’iPhone d’Apple, Snap a montré quelques astuces de réalité augmentée qu’elle entend mettre à la disposition des consommateurs via la nouvelle capacité Lidar, comme la superposition d’un jardin virtuel sur une femme assise dans une cuisine, avec des oiseaux volants disparaissant derrière la tête de la personne.

Démonstration de l'utilisation de la technologie Lidar d'Apple
Démonstration de l’utilisation de la technologie Lidar d’Apple pour alimenter la réalité augmentée par le développeur d’applications Snap lors de l’événement de lancement de l’iPhone 12 d’Apple. Capture d’écran par Skift

Snap fabrique son propre matériel, et a lancé en novembre 2019 une troisième version de ses lunettes à enregistrement vidéo. Mais les lunettes de Snap ne sont toujours pas pour tout le monde. Elles sont chères et se vendent généralement à environ 380 eurosla paire. Leurs écrans gourmands en énergie épuisent aussi les piles trop rapidement pour des raisons de commodité.

Mais la dernière génération de lunettes a ajouté un deuxième appareil photo. Un meilleur traitement informatique permet également de vivre des expériences virtuelles plus réalistes. Les appareils commencent à trouver des moyens convaincants de superposer des simulations virtuelles sur des objets du monde réel vus à travers les objectifs.

LES MARQUES DE VOYAGE FONT DE LA PUBLICITÉ SUR SNAP

Snap n’est pas rentable, mais ses revenus du deuxième trimestre ont augmenté de 17 % par rapport à l’année précédente pour atteindre 454 millions de dollars.

Les utilisateurs de Snap sont pour la plupart jeunes et ne dépensent pas beaucoup en voyages, mais certaines marques de voyages ont choisi de les cibler via Snap quand même.

Une poignée de marques de voyage ont cherché à établir leurs marques auprès des jeunes utilisateurs via ce que certains considèrent comme une plate-forme publicitaire rentable.

Dubai Tourism

Les autorités du tourisme de Dubaï, par exemple, ont utilisé des publicités sur Snapchat pour attirer environ 9 millions d’utilisateurs au Royaume-Uni et en France en avril et mai, au plus fort des restrictions de voyage liées à la pandémie.

Dubai Tourism a créé des « objectifs » de réalité augmentée qui permettent aux utilisateurs de se photographier en regardant les monuments tels que Burj Khalifa, Burj Al Arab, Al Seef et le Dubai Frame.

Hopper, une agence de voyage en ligne, souhaitait que davantage de jeunes utilisent ses outils pour suivre les vols et trouver le meilleur moment pour acheter des billets. Elle a lancé une campagne publicitaire sur Snap. Cette campagne a permis de suivre les téléchargements de l’application mobile de Hopper et le nombre d’utilisateurs qui se sont inscrits pour recevoir des notifications leur permettant de suivre les changements de tarifs aériens.

Il a ciblé les utilisateurs de Snapchat avec des annonces montrant des offres de vols correspondant à l’aéroport le plus proche. En un clin d’œil, un utilisateur pouvait télécharger l’application et suivre les tarifs sur l’itinéraire ou réserver un vol sur Hopper.

Hopper a déclaré que les utilisateurs de Snapchat qui cliquent étaient quatre fois plus susceptibles de réserver des billets que ceux de ses autres principaux canaux d’acquisition numériques et que les publicités locales coûtent moitié moins cher par téléchargement de son application que ses autres principaux canaux.

L’APPROCHE DE QUESTO BASÉE SUR LE JEU

Questo suggère une direction que la réalité augmentée pourrait prendre dans les voyages. La start-up de Bucarest tente de transformer les visites à pied et en bus en jeux.

Questo a inventé des jeux auxquels les touristes peuvent jouer dans plus de 80 villes grâce à son application mobile. Les joueurs peuvent faire semblant d’explorer des villes en se faisant passer pour des personnages importants, comme par exemple en voyageant dans Zurich en tant qu’Einstein, et écouter des histoires sur l’histoire locale en échange de points dans un jeu.

Les précautions sanitaires liées à une pandémie peuvent également stimuler l’intérêt pour la réalité augmentée par le biais de voyages autoguidés. Des voyagistes tels que Discovery Pisa, Destination Asia en Thaïlande, JTB au Japon et Arabian Adventures à Dubaï, s’associent à Questo pour fournir du contenu et atteindre les voyageurs à la recherche de visites autoguidées de destinations.

« Après Covid-19, nous avons réalisé que nous devions trouver un moyen de toucher toutes les personnes susceptibles d’éviter les visites à pied régulières », a déclaré Andrea Dominguez, le fondateur de Discovery Pisa, en expliquant la décision de travailler avec Questo.

« Ce sont des gens qui préfèrent explorer la ville par eux-mêmes, qui ont peur des visites de groupe, mais qui veulent tout de même découvrir l’histoire et les curiosités de la ville ».

Pour plus de contexte sur la réalité augmentée et les autres technologies émergentes, les abonnés de Skift Research peuvent lire le rapport Emerging Tech in Travel 2020.


Les contenus sur les mêmes sujets :
Apple AR

Partagez ce moment !

Publié par Al

Abdelghafour Lammamri, 26 ans, Rédacteur Web, passionné par le monde des technologies (les smartphones et la réalité virtuelle/augmentée).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *