Des chercheurs de la Nanyang Technological University de Singapour ont utilisé la réalité virtuelle pour simuler la verdure urbaine et estiment que leurs travaux prouvent que la présence de plantes peut nous rendre un peu plus calmes.

Les ingénieurs de Singapour apprivoisent la jungle urbaine grâce à une simulation VR
Les ingénieurs de Singapour apprivoisent la jungle urbaine grâce à une simulation VR

Les chercheurs, qui ont publié leurs travaux dans Landscape and Urban Planning [pdf], ont écrit : « Bien que la recherche s’intéresse de plus en plus aux formes urbaines de la nature, comme les toits verts, les plantes d’intérieur et les vues sur les fenêtres, aucune étude expérimentale n’a été réalisée pour examiner les avantages psychophysiologiques d’une rangée de bâtiments couverts de verdure verticale. »

Mais comment un chercheur peut-il mener une enquête immersive et bien contrôlée, en évitant les variables confusionnelles, dans un environnement qui n’existe pas encore au niveau requis pour l’étude ?

Entrez dans la RV

« La RV peut être utilisée pour créer des cadres expérimentaux lorsque des environnements comparables dans la vie réelle ne sont pas disponibles », écrit l’équipe, ajoutant que l’utilisation de la RV augmente « la possibilité d’une réplication précise, ce qui est un défi majeur dans la recherche psychologique d’aujourd’hui. »

Dans l’étude, 111 participants portant des casques de RV ont été assignés au hasard pour marcher dans une rue virtuelle contenant soit des rangées de verdure plantée projetée, soit des bâtiments peints en vert pendant cinq minutes.

Le paysage urbain virtuel a été développé par les chercheurs de la NTU à l’aide de la plateforme Unity et les participants portaient des casques HTC VIVE Pro à immersion auditive et visuelle totale. Un programme a suivi le mouvement de deux contrôleurs sans fil fixés aux genoux des participants alors qu’ils marchaient le long de deux guidons fixes, dans le but de synchroniser les sens visuels des utilisateurs avec leurs mouvements et de prévenir le mal des transports. Les chercheurs ont évité l’utilisation d’un tapis roulant pour des raisons de coût et pour que l’expérience soit plus naturelle pour les participants à l’étude.

L’équipe a utilisé un clip audio en boucle d’une minute de bruit de circulation créé avec le logiciel Audacity pour simuler un environnement urbain réel.

La variabilité de la fréquence cardiaque des participants a été mesurée à l’aide d’un appareil électrocardiogramme ECG portable, un indicateur physiologique du stress. Les participants ont ensuite reçu des questionnaires pour évaluer leurs émotions et leur anxiété.

Révélations de l’étude

L’étude a révélé que ceux qui avaient vu des bâtiments avec de la verdure avaient un sentiment de positivité plus élevé que ceux qui avaient simplement vu des bâtiments peints en vert.

« Si des études antérieures se sont penchées sur les effets de la végétation verte, le fait que la couleur verte puisse simplement être une caractéristique visuelle primitive, entraînant des effets positifs, n’a pas été pris en compte. Grâce à une technologie émergente comme la RV, nous avons surmonté cette limitation et avons pu utiliser une condition de contrôle, en faisant correspondre la verdure verticale à la couleur verte dans notre étude », ont écrit les chercheurs.

Encouragée par sa capacité à surmonter les contraintes liées aux ressources, l’équipe prévoit d’utiliser à nouveau la RV. La prochaine étude portera sur l’impact psychologique de l’utilisation de la nature dans l’architecture – par exemple le bois au lieu du béton. 


Les contenus sur les mêmes sujets :
Simulations VR

Partagez ce moment !

Publié par Al

Abdelghafour Lammamri, 27 ans, Rédacteur Web, passionné par le monde des technologies (les smartphones et la réalité virtuelle/augmentée).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.