Cette immersion dans un monde polaire a permis de soulager la douleur des gens sans qu’ils ne consomment de drogues.

Paysage glacé
Photo d’un paysage glacé

Porter un casque VR pour jouer à un jeu de réalité virtuelle est amusant. En bougeant la tête, vous pouvez voir la scène sous différents angles. Vous êtes plongé dans un faux environnement qui semble si réel. Mais la puissance de la RV peut aller bien au-delà du divertissement. Elle pourrait aider les gens qui souffrent de longues périodes de douleur, selon une nouvelle étude.

« Si la RV peut réduire certains types de douleur, elle pourrait devenir une nouvelle thérapie avec moins d’effets secondaires que les médicaments », dit Sam Hughes. « Et ce serait moins cher. »

Hughes est psychologue en Angleterre, à l’Imperial College de Londres. Son groupe étudie les douleurs osseuses et musculaires. Un exemple est la sciatique (Sy-AT-ih-kuh). Cette douleur au bas du dos irradie dans la hanche et les jambes (elle est souvent causée par un disque bombé dans la colonne vertébrale qui appuie sur le nerf sciatique).

La sciatique est une forme de douleur qui peut persister de façon intermittente pendant des semaines ou même des années. Les médecins qualifient cette douleur persistante de chronique. Elle est différente de la douleur aiguë. C’est ce que vous ressentez lorsque vous frappez votre genou contre une table ou que vous mettez votre main dans de l’eau très chaude. C’est un avertissement assez court pour arrêter ce genre d’action immédiatement.

La douleur chronique n’est pas un signal d’alarme. Elle peut même se propager d’un site initial à d’autres parties du corps. C’est le type de douleur que le groupe de Hughes cherchait à combattre.

“Mettre un chiffre sur notre système de contrôle de la douleur”

Les chercheurs ont commencé par recruter 19 personnes en bonne santé. Chacune d’entre elles s’est portée volontaire pour accepter une forme de douleur temporaire. La première douleur est venue d’une crème spéciale appliquée sur la peau. La crème contenait de la capsaïcine (Kap-SAY-ih-sin). C’est le produit chimique contenu dans les piments forts qui vous brûle la bouche.

Environ une personne sur cinq ne sentira rien lorsque la crème au piment touche sa peau. C’était le cas pour quatre des recrues. Chez les 15 autres, un picotement initial est vite devenu une brûlure intense. Ces volontaires plus sensibles ont pris part au reste de l’étude.

Les chercheurs ont évalué le système de contrôle de la douleur des volontaires. Il est situé dans le cerveau. Les tests ont utilisé un appareil spécial qui appliquait une pression graduelle sur un bras. Le niveau auquel une personne ressentait la douleur pour la première fois était son seuil de pression de la douleur, ou PPT.

Après un court repos, les volontaires devaient mettre leur main opposée dans un seau d’eau glacée. Cela devient douloureux après quelques secondes. Les chercheurs ont de nouveau appliqué une pression sur le bras et ont obtenu un nouveau PPT (alors que la main de l’autre bras restait dans l’eau froide).

La plupart des gens peuvent mieux tolérer une sensation douloureuse lorsqu’ils ressentent une deuxième douleur en même temps. Ainsi, la deuxième lecture du PPT serait plus élevée. Le changement des deux PPT est un indicateur du bon fonctionnement du système de contrôle de la douleur. Les chercheurs se sont demandé si ce chiffre pouvait prédire si et comment la RV pourrait réduire d’autres types de douleur.

Réalité virtuelle et perception de la douleur

Pour répondre à cette question, il faudrait que les tests simulent d’autres types de douleur. Hughes décrit un de ces tests. Les chercheurs ont utilisé la crème au poivre pour modéliser les effets des coups de soleil sur la peau en peu de temps.

Les coups de soleil rendent la peau sensible à la chaleur. « Si vous prenez une douche, » observe Hughes, « l’eau est plus chaude qu’elle ne devrait l’être. » C’est la douleur aiguë.

Mais un autre type de douleur peut se développer près du coup de soleil. Cette peau voisine réagira plus fortement que la normale à un léger contact. C’est parce que le coup de soleil modifie légèrement la façon dont les nerfs sous la peau communiquent avec le cerveau. La sensibilité ressemble ici à une douleur chronique. (Hughes note que ce n’est pas une vraie douleur chronique car elle ne dure qu’aussi longtemps que le coup de soleil).

Dans les 45 minutes suivant l’application de la crème au poivre sur un cercle de peau de la taille d’un pois, la région a rougi et est devenue douloureuse. Les volontaires ont évalué cette douleur sur une échelle de 0 à 100. Une note de 0 à 5 signifie qu’il n’y a pas de douleur. Une note de 40 à 60 indiquait une douleur modérée et des niveaux supérieurs à 60, une douleur plus intense. La région située juste à l’extérieur de ce cercle est devenue plus sensible à d’autres stimulations douloureuses.

Pour mesurer la sensibilité de cette grande zone, les chercheurs ont fixé quatre électrodes le long de ses bords. Graduellement, ils ont augmenté un courant électrique envoyé aux électrodes. Ils ont augmenté le courant jusqu’à ce que les gens remarquent une douleur aiguë en forme de piqûre d’épingle. C’était leur seuil de perception de la douleur électrique, ou EPP.

Les chercheurs étaient maintenant prêts à tester tout effet de la réalité virtuelle sur la douleur. Ils ont montré aux volontaires un film de l’Antarctique (vidéo ci-dessous). Chaque recrue verrait le film deux fois, une fois en 3D, avec un casque VR, et une fois sur un écran 2D normal. Les chercheurs ont décidé au hasard pour chaque volontaire s’ils regardaient d’abord la version 2D ou 3D. En utilisant le film en 2D comme comparaison, ils ont pu isoler l’effet de la RV.

Le fait de regarder le film en RV a réduit la douleur dans les deux zones mieux que le fait de regarder le film en 2D. Cependant, cette réduction de la douleur s’est terminée quelques minutes après avoir retiré les casques VR.

La RV a également mieux fonctionné chez les personnes dont le système de contrôle de la douleur fonctionnait bien. (Ils toléraient plus de douleur de pression dans leur bras alors que leur main était très froide). La RV les a aidés à tolérer plus de douleur électrique dans la zone plus large autour de la peau crémée. Le test de douleur de pression, alors, pourrait aider à prédire qui bénéficiera de la thérapie de RV.

Ce que les autres pensent du travail

Luana Colloca travaille à l’Université du Maryland, à Baltimore, où elle étudie la science de la douleur. Elle trouve les nouveaux résultats intrigants. La modélisation de différents types de douleur avec la capsaïcine est « un point fort de l’étude », dit-elle. « Je pense que ça simule très bien la douleur chronique. » Cependant, elle note que le nombre de bénévoles était faible.

Pour mieux comprendre les nouvelles données, elle pense que les chercheurs doivent faire plus de travail. Ils pourraient mesurer si le corps et le cerveau changent, de la même façon que les sentiments de douleur, pendant et après l’immersion en RV.

Maria Lalouni dit qu’elle essaierait ensuite des immersions de RV répétées. Elle est chercheuse sur la douleur à l’Institut Karolinska de Stockholm, en Suède.

« Je verrais aussi si une durée plus longue de RV prolonge l’effet », dit-elle, ou si elle le renforce. Si cela se produit, les chercheurs pourraient tester la RV chez des patients souffrant de sciatique ou d’autres formes de douleur chronique. Cela pourrait alors devenir un traitement rapide et abordable, disent Lalouni et Colloca. Et cela permettrait d’éviter les effets secondaires des opioïdes ou d’autres médicaments antidouleur.


Les contenus sur les mêmes sujets :
soulager la douleur en VR, VR comme médicament, VR et douleur

Partagez ce moment !

Publié par Al

Abdelghafour Lammamri, 26 ans, Rédacteur Web, passionné par le monde des technologie (les smartphones et la réalité virtuelle/augmentée).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *