Lorsque la Marche à Washington pour l’emploi et la liberté est arrivée à Washington, D.C., en 1963, elle a servi de cadre à ce qui allait devenir le discours le plus iconique de Martin Luther King Jr : « J’ai un rêve. » Mais il était loin d’être la seule personne présente. En plus d’un programme complet d’orateurs et de chanteurs, la journée a vu la participation de plus de 250 000 manifestants pacifiques.

Marche sur Washington 1963
Photo de la Marche à Washington en 1963

Ainsi, lorsque la production a commencé pour La Marche, la reconstitution en réalité virtuelle immersive de la Marche sur Washington, réalisée par Viola Davis et Julius Tennon, par TIME, a joué un rôle clé dans la reconstruction de cette foule. Des milliers d’acteurs ont répondu à un appel à participer à l’étape de la capture de mouvement du processus, et environ 80 ont été sélectionnés. Parmi ce groupe se trouvait LaVell Thompson, 8 ans.

Sans le vouloir, les producteurs avaient choisi quelqu’un qui avait un lien personnel avec l’inspiration réelle du projet.

Lorsque le casting s’est présenté à un tournage à Los Angeles le 16 septembre, pour qu’une caméra les scanne sous tous les angles, l’équipe a décidé d’interviewer les enfants qui avaient fait le montage sur ce qu’ils savaient de la marche sur Washington. C’est à ce moment-là que Thompson a dit que son arrière-grand-père était là le 28 août 1963.

LaVell avait été amené au studio par sa grand-mère, Launita Joseph-Walker, alors les cinéastes lui ont demandé si elle pouvait aussi faire venir le révérend Jeffrey Joseph, 90 ans. Il habite à environ 20 minutes du lieu de tournage, à Pacoima, où il travaille comme pasteur à la New Heaven Missionary Baptist Church.

« Je ne peux pas marcher ! Je suis trop vieux pour marcher ! » Launita se souvient qu’il disait en riant. « Ils ont expliqué qu’il n’aurait pas à marcher, que c’était plus comme une séance photo. »

Lorsqu’il est arrivé, le cadre physique n’aurait pas pu être plus différent de ce qu’il avait vu en 1963, car les caméras ont pris des images de lui seul dans une cabine d’éclairage spécialement conçue. Néanmoins, dit-il, l’expérience lui a rappelé des souvenirs d’avoir assisté à la Marche sur Washington seulement, après avoir sauté dans un train de Louisville, au Ky., à la dernière minute. Plus tôt cette année-là, il avait été inspiré de commencer à recueillir des fonds pour des campagnes de défense des droits civiques après avoir vu des images de la police de Birmingham, en Alabama, utilisant des lances à incendie sur des manifestants ; il dit avoir recueilli plus de 7 000 $ (près de 60 000 $ en dollars courants). Non seulement il a été ravi de se retrouver à une cinquantaine de pieds de King le jour de la marche, mais il a aussi eu l’occasion de rencontrer le leader des droits civiques à plusieurs reprises au cours des années 1960, dit-il, par l’entremise de son jeune frère, A.D. King, qui était également pasteur à Louisville.

Pour Joseph, la Marche sur Washington fut un signal d’alarme. Cela lui a donné beaucoup d’espoir et un sentiment de « fraternité », comme il le dit, mais cela n’a pas mis fin à la discrimination. Aujourd’hui, dit-il, les préjugés sont plus subtils qu’auparavant. Les Américains doivent être à l’affût maintenant, dit-il, des gens qui disent qu’ils appuient l’égalité, mais dans leurs actions ou leur inaction, suggèrent le contraire.

Mais il voit aussi les effets de cette journée historique de 1963 dans la capitale nationale et dans les organes législatifs des États et des collectivités locales de tout le pays.

« Sans cette marche sur Washington, tous ces politiciens noirs ne seraient pas au pouvoir aujourd’hui », dit-il. « Ça a fait impression sur le Président. Cela a fait une impression sur tous les partisans blancs du mouvement politique. Cela a fait une impression sur les pays du monde entier. »

Et maintenant, avec La Marche, cette histoire peut faire une impression d’un nouveau genre, car les participants font l’expérience d’être là avec un quart de million d’autres, y compris la figure recréée du révérend Joseph, marchant avec son arrière-petit-fils.


Les contenus sur les mêmes sujets :
marche Washington VR, revivre un moment en VR

    Partagez ce moment !

    Publié par Al

    Abdelghafour Lammamri, 26 ans, Rédacteur Web, passionné par le monde des technologie (les smartphones et la réalité virtuelle/augmentée).

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *