L’application oVRcome traite les phobies telles que la peur des hauteurs ou des araignées en utilisant des casques de réalité virtuelle. Une étude clinique antérieure a démontré l’efficacité de la RV dans le traitement des troubles anxieux.

La réalité virtuelle contre les phobies : Combattre la peur avec la VR

Il suffit d’enfiler un casque de réalité virtuelle pour être confronté, l’instant d’après, à sa propre peur de l’avion. Ou regardez une grande araignée poilue se frayer un chemin dans la salle de bains. Tenez-vous debout sur une falaise et ressentez le vertige qui accompagne le regard vers l’abîme. La thérapie d’exposition à la réalité virtuelle (TEV) utilise de tels scénarios de confrontation pour traiter diverses phobies à l’aide de la RV.

Des chercheurs et développeurs néo-zélandais ont dévoilé une application complète. Cette application, conçue pour un usage privé, peut être utilisée pour surmonter les phobies. Actuellement, elle fonctionne avec des phobies courantes comme la peur de l’avion, des hauteurs, des aiguilles, des chiens et des araignées.

L’application, oVRcome, est disponible dans tous les principaux magasins d’applications. Les développeurs ont fondé l’application sur les résultats d’une étude menée à l’université d’Otago, à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, qui a démontré l’efficacité de la thérapie basée sur la RV.

L’étude promet un grand potentiel

L’étude VR de trois mois, menée l’année dernière, a exposé 129 sujets à cinq scénarios virtuels différents. Chacun d’entre eux évoquait une peur différente : celle de l’avion, des hauteurs, des aiguilles, des araignées ou des chiens. Les simulations de RV ont d’abord été conçues pour induire un malaise pendant que les sujets vivaient la situation qui leur faisait peur.

Par la suite, les chercheurs se sont demandé si la confrontation avec les stimuli réduisait la sensation de peur au fil du temps. Immédiatement après la fin de l’étude et à nouveau six semaines plus tard, les chercheurs ont demandé aux sujets d’évaluer la gravité actuelle de leur phobie sur une échelle de 0 à 40.

Même les personnes qui avaient inscrit une valeur comprise entre 26 et 40 au début du programme ont répondu par des valeurs ne dépassant pas 7 à la fin de l’étude. L’étude a donc conclu que les symptômes d’anxiété des participants avaient diminué jusqu’à 75 % après six semaines.

La thérapie par la réalité virtuelle n’est pas une invention nouvelle. Les premières approches datent déjà des années 1990. Mais, jusqu’à présent, elle est restée essentiellement une discipline de recherche universitaire. Dans le cas d’oVRcome, les chercheurs de l’université d’Otago voient pour la première fois une option viable et facilement accessible pour des traitements autoguidés via une application pour smartphone. Notamment en raison de son faible coût.

Adam Hutchinson, fondateur d’oVRcome, espère aider davantage de personnes à surmonter leurs phobies de cette manière. Il aime souligner que l’application est basée sur une étude clinique significative.

« Un rapport publié récemment aux États-Unis montre que 86 % des applications de santé mentale ne reposent sur aucune forme de preuve clinique, et nous ne voulions vraiment pas en faire partie », explique l’entrepreneur.

Les applications de réalité virtuelle comme solution aux lacunes en matière de soins 

oVRcome propose actuellement un traitement pour onze phobies différentes pour un prix d’environ 60 €. Ce prix comprend six semaines d’accès premium à toutes les simulations de RV en version bêta. Il comprend également un casque de RV utilisé avec l’application. L’utilisateur insère son propre smartphone dans le casque VR, sur l’écran duquel il peut voir la simulation sélectionnée – de manière similaire au GearVR. L’application est disponible dans 19 pays.

Le fait que la méthode de traitement puisse être mise en œuvre à un faible seuil, chez soi, est important. De nombreuses personnes souffrant de troubles anxieux, notamment de phobies sociales, ont souvent des inhibitions à l’idée d’essayer activement de surmonter leur peur.

Un autre obstacle est l’accessibilité parfois limitée des services de thérapie. Beaucoup associent la thérapie traditionnelle à des listes d’attente ou à des coûts élevés. En outre, pour de nombreuses personnes, le fait de chercher une thérapie est stigmatisé. On estime que jusqu’à 80 % des personnes concernées ne cherchent pas à obtenir une aide professionnelle.

En collaboration avec des chercheurs de l’université d’Otago, Hutchinson prévoit maintenant d’autres essais cliniques pour déterminer si la technologie VRET fonctionne pour d’autres troubles mentaux, tels que la dépression, la toxicomanie, les troubles alimentaires, les troubles paniques et la peur de l’échec.

Rencontre virtuelle avec des peurs réelles

La thérapie d’exposition fait partie de la thérapie comportementale et consiste à confronter les patients à leurs phobies sans qu’ils se trouvent dans une situation gravement dangereuse ou à risque. Cette méthode de traitement est un standard de la psychothérapie. Plusieurs autres études cliniques prouvent l’efficacité de l’approche VRET.

Des résultats positifs ont été obtenus, par exemple, dans l’étude GameChange. Le plus grand essai clinique de psychothérapie assistée par RV à ce jour a été mené au Royaume-Uni de juillet 2019 à mai 2021.

Le programme de thérapie VR, développé à l’Université d’Oxford, permettait aux patients de choisir entre six scénarios VR différents qu’ils évitent dans leur vie quotidienne, comme se rendre dans un café ou un pub, faire ses courses dans un supermarché ou utiliser les transports en commun. Un coach virtuel accompagnait en outre chaque session de RV. Après la thérapie RV de six semaines, les symptômes schizophréniques ou psychotiques des 346 sujets avaient diminué de manière significative.

Une métastude de plus grande envergure a également pu étayer l’efficacité de la méthode de traitement VRET : il a examiné les résultats d’un total de 34 études cliniques publiées entre 2017 et 2021. Les auteurs de la méta-étude ont conclu que cette approche thérapeutique est une méthode de traitement efficace à la fois pour les troubles anxieux et la dépression et qu’elle peut soutenir de manière significative les thérapies conventionnelles.

« Pour que le traitement fonctionne, il faut que votre cerveau sache qu’il se trouve dans cet environnement, et avec le temps, vous vous désensibilisez », a déclaré Hutchinson. Lorsque l’on regarde une simple photo ou une vidéo, par exemple, le cerveau comprend généralement que cet environnement n’est pas réel. Avec l’aide de la réalité virtuelle, cependant, le cerveau peut être amené à croire qu’il se trouve réellement dans cet environnement. « Le traitement est donc efficace », explique M. Hutchinson.

Une application prometteuse avec des obstacles

Bien que la thérapie par confrontation RV ait déjà montré des résultats positifs, une mise en œuvre généralisée dans les pratiques thérapeutiques ou les milieux hospitaliers est actuellement irréaliste. La RV nécessite de l’espace pour être correctement appliquée. En outre, la mise en place de la technologie prend du temps et nécessite un examen minutieux par un personnel dûment formé pour s’assurer que tout fonctionne correctement.

Il ne faut pas non plus oublier le facteur coût. Jusqu’à présent, cette forme de thérapie n’était généralement possible que pour une seule phobie, à l’aide d’appareils haut de gamme. Elle a donc eu tendance à être le domaine de la recherche universitaire. Le potentiel d’une technologie à grande échelle qui pourrait être utilisée dans la thérapie comportementale n’a donc pas pu être exploité. C’est l’une des raisons pour lesquelles cette technologie est souvent accueillie avec scepticisme.

Cependant, une étude menée par l’Université norvégienne de technologie et de sciences naturelles (NTNU) a montré que les thérapeutes qui ont testé eux-mêmes la technologie VRET se sont montrés beaucoup plus réceptifs à cette technologie à la suite d’une auto-expérimentation. L’étude a conclu que l’attitude sceptique des thérapeutes est un obstacle majeur à la diffusion de la méthode de traitement VRET.

Si la méthode VRET doit encore surmonter plusieurs obstacles avant de passer du statut de pur sujet de recherche à celui de réalité virtuelle appliquée à grande échelle, certains psychothérapeutes utilisent déjà cette méthode de traitement depuis un certain temps.

L’un d’eux est le thérapeute comportemental allemand Felix Eschenburg, qui profite de l’accès à la technologie à bas seuil dans sa pratique et l’utilise notamment avec des patients qui ont peur des hauteurs, des araignées ou des guêpes. Dans ce dernier cas, des stimuli auditifs sont également utilisés pour donner aux patients l’impression qu’une guêpe vole.


Les contenus sur les mêmes sujets :
entrainement VR

Partagez ce moment !

Publié par Al

Abdelghafour Lammamri, 27 ans, Rédacteur Web, passionné par le monde des technologies (les smartphones et la réalité virtuelle/augmentée).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.